Les invités du “mariage de la haine”, dont le marié, placés en résidence surveillée
Rechercher

Les invités du “mariage de la haine”, dont le marié, placés en résidence surveillée

Yakir Ashbel, Daniel Pinner, et un mineur anonyme renvoyés à la maison après la décision de la police de ne pas faire appel

Yakir Ashbel (au centre), le marié du "mariage de la haine", est présenté devant la cour de Jérusalem le 31 décembre 2015. (Crédit : Flash90)
Yakir Ashbel (au centre), le marié du "mariage de la haine", est présenté devant la cour de Jérusalem le 31 décembre 2015. (Crédit : Flash90)

Trois personnes arrêtées pour une vidéo montrant des douzaines d’invités d’un mariage israélien célébrant les meurtres d’une famille palestinienne ont été relâchés jeudi et placés en résidence surveillée, après que la police a renoncé à faire appel de cette décision.

La cour a ordonné que les trois suspects – le marié Yakir Ashbal, l’activiste d’extrême-droite Daniel Pinnor et un mineur dont l’identité n’a pas été révélée – soient placés en résidence surveillée mercredi, mais ont retardé leurs libérations afin de laisser du temps à la police pour faire appel de cette décision.

La police a déclaré ultérieurement qu’elle ne soulèverait pas d’objection à l’ordre de la cour, et le trio a été renvoyé à la maison jeudi.

Ashbal et les autres ont été interrogés sur leur participation à l’évènement, pendant lequel des invités ont dansé avec des armes à feu, des couteaux et un faux cocktail Molotov, et ont célébré les meurtres de la famille Dawabsha.

Les suspects avaient été arrêtés mardi, et interrogés pour des présomptions d’incitation à la violence et détention illégale d’armes à feu.

Pinner, un résident de l’implantation de Tapuah, en Cisjordanie, a été vu en train de danser au mariage avec un t-shirt du mouvement d’extrême-droite illégal Kach. Il a déclaré à la Deuxième chaîne de télévision après la diffusion de la vidéo, la semaine dernière, qu’il brandissait un jouet en forme d’arme, et ne pensait pas avoir fait quelque chose d’illégal.

Le marié avait déjà déclaré qu’il n’était pas au courant du comportement des invités au mariage.

« Je ne l’ai même pas vu. A mon mariage, j’étais dans les nuages, pas sur terre du tout », avait déclaré Ashbal à la Dixième chaîne la semaine dernière. Il a trouvé la vidéo « choquante », mais a souligné qu’ « il y avait environ 600 personnes à mon mariage, et ce n’est pas quelque chose auquel j’ai donné mon accord. Il y a avait un million de gens. Je ne contrôle pas ce qu’il se passe à mon mariage. Je suis juste le marié, je n’ai même pas payé pour le photographe ou le chanteur. »

La vidéo, diffusée par la Dixième chaîne, montrait aussi des invités tenir et poignarder une photo d’Ali Dawabsha, 18 mois, qui a été brûlé à mort dans l’incendie criminel du 31 juillet qui a brûlé la maison de la famille à Duma, en Cisjordanie. Ses parents, Riham et Saad Dawabsha, ont succombé à leurs blessures à la suite de l’attaque. Un seul membre de la famille, Ahmed, 5 ans, a survécu à l’incendie, et est toujours hospitalisé en Israël.

Daniel Pinner est amené devant la cour de Jérusalem après avoir été arrêté pour suspicion d'incitation au racisme et à la haine, pendant le "mariage de la haine" (Crédit : Hadas Parush/Flash90)
Daniel Pinner est amené devant la cour de Jérusalem après avoir été arrêté pour suspicion d’incitation au racisme et à la haine, pendant le « mariage de la haine » (Crédit : Hadas Parush/Flash90)

La foule vue dans la vidéo chantait les paroles d’une chanson qui inclut un verset des Juges 16:28, citant Samson, aveuglé à Gaza, déclarant « pour que je me venge des Philistins en une seule vengeance pour mes deux yeux », mais en changeant le mot Philistins en Palestine

La vidéo s’est attiré une large condamnation de tout le spectre politique, bien que quelques députés de droite aient accusé les fonctionnaires de la sécurité d’avoir fait fuiter la vidéo pour diaboliser les extrémistes juifs investigués dans le cadre de l’attaque de Duma.

Adiv Sterman, Judah Ari Gross et Raoul Wootliff ont contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...