Les Israéliens, officiellement autorisés à se rendre en Arabie saoudite
Rechercher

Les Israéliens, officiellement autorisés à se rendre en Arabie saoudite

Le ministre de l'Intérieur a signé une ordonnance permettant aux citoyens d'aller dans le royaume mais, pour être mise en vigueur, Ryad doit aussi lever des restrictions d'entrée

Vue de Ryad (Credit : CC BY Hic et nunc/Wikimedia Commons)
Vue de Ryad (Credit : CC BY Hic et nunc/Wikimedia Commons)

Nouveau signe de réchauffement des liens entre Israël et l’Arabie saoudite, les citoyens de l’Etat juif seront dorénavant officiellement autorisés à voyager dans le royaume arabe voisin sous certaines conditions, a annoncé dimanche le gouvernement.

Le ministre de l’Intérieur Aryeh Deri a signé une ordonnance permettant aux Israéliens de se rendre dans le royaume pour participer à des réunions d’affaires ou à des levées de fonds, sous réserve de pouvoir se prévaloir de l’invitation d’une instance officielle et d’avoir soumis les documents nécessaires à l’entrée du pays.

Le décret permet officiellement aux citoyens musulmans d’Israël de se rendre dans la ville saoudienne de la Mecque à l’occasion du Hajj ou du pèlerinage religieux de l’Umrah. Les pèlerins israéliens vont habituellement au Hajj grâce à des papiers temporaires délivrés par la Jordanie.

Un communiqué du ministère a expliqué que les Israéliens auraient l’autorisation de rester en Arabie saoudite pour neuf jours maximum, mais un responsable a ensuite clairement établi qu’ils pourraient rester dans le pays jusqu’à 90 jours.

Jusqu’à présent, la loi israélienne interdisait aux citoyens de se rendre dans un grand nombre de pays arabes – dont l’Arabie saoudite – sans autorisation en bonne et due forme accordée par le ministère, et les visites de plus en plus banales dans ces pays des hommes d’affaires israéliens avaient généralement lieu secrètement.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu et le ministre de l’Intérieur Aryeh Deri lors d’une conférence de presse à Jérusalem, le 3 décembre 2017. (Yonatan Sindel/Flash90)

Ryad n’a fait aucune annonce de son côté concernant un éventuel allègement de ces restrictions d’entrée sur le territoire.

Les relations clandestines ont augmenté, ces dernières années, entre Jérusalem et Ryad. Elles concernent majoritairement les questions d’ordre sécuritaire en particulier au vu d’une animosité des deux pays à l’égard de l’Iran.

Au mois de juillet, le Premier ministre Benjamin Netanyahu avait accueilli un citoyen saoudien, le blogueur Mohammed Saud, à son bureau de Jérusalem, vingt-quatre heures après que le jeune homme a été attaqué par des Palestiniens furieux de ses points de vue pro-israéliens. Saud, connu pour être un partisan fervent du Premier ministre, avait été invité au sein de l’Etat juif par le ministère des Affaires étrangères dans le cadre d’une délégation de blogueurs et de journalistes en provenance de pays arabes variés.

Au mois de septembre, l’Arabie saoudite s’était insurgée avec force contre l’annonce faite par Netanyahu de sa volonté d’annexer la vallée du Jourdain et d’autres parties de la Cisjordanie, et décrété en urgence une rencontre de l’Organisation de la coopération islamique (OCI) pour condamner cette initiative.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...