Les Juifs de Casablanca célèbrent en ligne le « miracle » diplomatique
Rechercher

Les Juifs de Casablanca célèbrent en ligne le « miracle » diplomatique

Des Marocains dispersés dans le monde entier, parmi lesquels l'humoriste franco-marocain Gad Elmaleh, ont participé à distance à la célébration de Hanoukka

Un rabbin marocain lors d'une cérémonie qui se déroule la cinquième nuit de la fête juive de Hanoukka, le 14 décembre 2020 à Casablanca. (Crédit : FADEL SENNA / AFP)
Un rabbin marocain lors d'une cérémonie qui se déroule la cinquième nuit de la fête juive de Hanoukka, le 14 décembre 2020 à Casablanca. (Crédit : FADEL SENNA / AFP)

La communauté juive de Casablanca a organisé lundi soir une cérémonie virtuelle pour célébrer avec des Marocains dispersés dans le monde entier, la fête traditionnelle de « Hanoukka » et le « miracle » de la reprise des relations israélo-marocaines.

« L’annonce a été faite le premier jour de Hanoukka (…) , donc c’est notre miracle de Hanoukka 2020 », a déclaré le rabbin Levi Banon, au cours de la cérémonie diffusée en direct sur la plate-forme Zoom depuis le Stade Olympique Casablancais (SOC).

Quelques dizaines de fidèles, parmi lesquels l’humoriste franco-marocain Gad Elmaleh, ont participé à distance à cette fête, avec des invités de marque comme l’ambassadeur des Etats-Unis au Maroc, David Fischer, a constaté l’AFP.

« Habituellement, on passe Hanoukka ensemble en communauté, (c’est) un moment de chaleur et de lumière, cette année, on ne pouvait pas le faire en présentiel, mais on a dit ‘non’ à l’obscurité », a expliqué le rabbin marocain à l’AFP après avoir rituellement allumé des bougies à l’aide d’une longue allumette.

Gad Elmaleh (à l’écran) et un membre de la communauté juive marocain lors d’une cérémonie qui se déroule la cinquième nuit de la fête juive de Hanoukka, le 14 décembre 2020 à Casablanca. (Crédit : FADEL SENNA / AFP)

Selon la tradition juive, on allume chaque soir, pendant les huit jours de la « fête des lumières », une nouvelle lumière sur un chandelier à huit branches pour commémorer la nouvelle consécration du Second Temple après sa profanation dans les années -160 avant l’ère commune.

Plusieurs participants ont souligné lundi que la reprise des relations diplomatiques entre le Maroc et Israël coïncidait avec la première bougie de cette fête annuelle.

« Que ça puisse tomber particulièrement le jour de la première bougie de Hanoukka, c’est un signe de Dieu pour moi, le signe d’un miracle », s’extasie ainsi Ken Ouhanna, désigné comme le maître de la cérémonie. « C’est un moment exceptionnel ! », dit ce père de famille âgé de 35 ans.

Présente au Maroc depuis l’Antiquité, la communauté juive qui reste la plus importante d’Afrique du Nord, a crû au cours des siècles, notamment avec l’arrivée des Juifs expulsés d’Espagne par les rois catholiques à partir de 1492 lors de l’Inquisition.

Elle a atteint environ 250 000 âmes à la fin des années 1940, soit environ 10 % de la population. Beaucoup de Juifs sont partis après la création d’Israël en 1948, et il en reste environ 3 000. La communauté de Casablanca est une des plus actives.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...