Les manifestants anti-Netanyahu se rassemblent pour la 25e semaine d’affilée
Rechercher

Les manifestants anti-Netanyahu se rassemblent pour la 25e semaine d’affilée

Au moins six personnes ont été arrêtées lors de manifestations ; un groupe jure "d'assiéger" la résidence du Premier ministre à Jérusalem

Les manifestants israéliens réclament le départ du Premier ministre Benjamin Netanyahu lors d'une manifestation hebdomadaire à Jérusalem, le 12 décembre 2020. (Crédit :Yonatan Sindel/Flash90)
Les manifestants israéliens réclament le départ du Premier ministre Benjamin Netanyahu lors d'une manifestation hebdomadaire à Jérusalem, le 12 décembre 2020. (Crédit :Yonatan Sindel/Flash90)

Des manifestants anti-Netanyahu se sont rassemblés à travers tout Israël samedi soir. C’est la 25e semaine consécutive de rassemblements massifs dénonçant le Premier ministre pour ses mises en examen pour corruption et sa gestion économique de la pandémie de COVID-19.

Les principaux rassemblements ont été organisés aux abords de la résidence du Premier ministre à Jérusalem et au domicile privé de Netanyahu, dans la ville côtière de Césarée. Près de 2 000 personnes se sont regroupées à Jérusalem et elles étaient plusieurs centaines à Césarée.

Selon la police, quatre personnes ont été appréhendées suite à une altercation survenue lors d’une manifestation à Haïfa. Les détenus sont trois manifestants et un résident de Haïfa, selon le quotidien Haaretz.

A Jérusalem, deux protestataires ont été arrêtés, soupçonnés d’avoir cherché à bloquer le tramway.

Les manifestants israéliens réclament la démission du Premier ministre Benjamin Netanyahu lors d’une manifestation hebdomadaire à Jérusalem, le 12 décembre 2020. (Crédit :Yonatan Sindel/Flash90)

De plus petits regroupements ont aussi eu lieu sur les pont autoroutiers et aux carrefours de tout le pays, samedi. Un a notamment été organisé au sein du conseil régional de Misgav, dans le nord, où un groupe de manifestants a défilé en portant des torches. Certains manifestants, devant la résidence du Premier ministre, ont également brandi des flambeaux.

De plus, des participants au mouvement de protestation se sont aussi retrouvés devant le domicile du ministre de la Défense Benny Gantz, à Rosh Haayin, pour sa décision prise, au début de l’année, de former un gouvernement avec Netanyahu. Gantz avait basé ses campagnes électorales sur le remplacement du leader de longue date.

L’un des groupes a promis « d’assiéger » la résidence du Premier ministre après l’arrestation, lors de la manifestation de la semaine dernière, de 27 personnes qui avaient tenté de bloquer les entrées et les sorties de la maison de la rue Balfour.

« On va l’enfermer jusqu’à ce qu’il parte », a fait savoir l’organisation du ministre du Crime dans un communiqué.

Les manifestants israéliens réclament le départ du Premier ministre Benjamin Netanyahu lors d’une manifestation hebdomadaire à Jérusalem, le 12 décembre 2020. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

De nombreuses routes, aux alentours de la résidence du Premier ministre, ont été fermées par la police en amont de la manifestation.

Ces dernières semaines, le nombre de participants à ces rassemblements nationaux a baissé – même si celui qui a été organisé la semaine dernière à Jérusalem aurait été beaucoup plus important que ceux qui ont pu être récemment enregistrés.

Les manifestants organisent des manifestations régulières depuis des mois pour dénoncer Netanyahu, réclamant sa démission dans le cadre de son procès pour corruption, fraude et abus de confiance. Ils critiquent également la gestion gouvernementale de la pandémie de coronavirus. De son côté, Netanyahu n’a cessé de clamer son innocence, affirmant que ses mises en examen résultent d’une initiative menée à la fois par ses adversaires politiques, les médias, la police et les procureurs de l’écarter du pouvoir.

A LIRE – Etat d’Israël vs. Netanyahu : détails de l’acte d’accusation du Premier ministre

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...