Les manifestations devant les maisons de Netanyahu se poursuivent
Rechercher

Les manifestations devant les maisons de Netanyahu se poursuivent

Des manifestants devant la résidence du Premier ministre à Jérusalem et son domicile à Césarée, lui demandent de démissionner en raison des procès et de la gestion du coronavirus

Des Israéliens protestent contre le Premier ministre Benjamin Netanyahu devant sa résidence officielle à Jérusalem, le 7 août 2020. (Flash90)
Des Israéliens protestent contre le Premier ministre Benjamin Netanyahu devant sa résidence officielle à Jérusalem, le 7 août 2020. (Flash90)

Des centaines de personnes se sont rassemblées vendredi soir pour protester contre le Premier ministre Benjamin Netanyahu, dans le cadre des manifestations en cours contre son inculpation pour corruption et sa gestion de la pandémie de coronavirus.

Les manifestants ont déclaré qu’ils ne laisseraient pas les nouvelles de jeudi concernant l’accord historique de normalisation conclu entre Israël et les Emirats arabes unis détourner l’attention des échecs de Netanyahu.

« Cet accord ne rend pas notre gouvernement plus fonctionnel, cet accord ne rend pas le Premier ministre moins corrompu, cet accord, surtout, ne nous fera pas partir », a déclaré le protestataire Eli Brook à la foule.

Environ 1 000 personnes ont participé aux manifestations hebdomadaires du vendredi, appelées « Kabbalat Shabbat », et qui ont tendance à attirer plus de jeunes familles que les grandes manifestations du samedi soir, qui sont souvent marquées par des affrontements entre les manifestants et la police.

Une centaine d’autres personnes ont manifesté devant la résidence privée de Netanyahu à Césarée.

Les manifestants organisent depuis longtemps des rassemblements devant la résidence du Premier ministre sur la rue Balfour à Jérusalem, ainsi qu’à Tel Aviv et dans d’autres quartiers, appelant le Premier ministre à démissionner en raison de son inculpation pour corruption. Ils ont été rejoints ces dernières semaines par des personnes protestant contre les politiques économiques du gouvernement pendant la pandémie de coronavirus, avec des foules par milliers.

Netanyahu est jugé pour une série d’affaires dans lesquelles il aurait reçu de somptueux cadeaux d’amis milliardaires en échange de faveurs réglementaires avec des magnats des médias pour une couverture plus favorable de lui-même et de sa famille. Le Premier ministre a nié tout méfait, accusant les médias et les forces de l’ordre d’une chasse aux sorcières pour l’évincer de son poste.

Samedi dernier, des dizaines de milliers de personnes ont participé à des manifestations dans tout le pays.

La principale manifestation s’est déroulée devant la résidence du Premier ministre à Jérusalem, où des rassemblements anti-Netanyahu ont eu lieu régulièrement ces derniers mois. Selon les médias israéliens, le taux de participation a dépassé les
15 000 personnes, tandis que les organisateurs ont estimé la foule à quelque 32 000 personnes, en se basant sur le nombre de brassards distribués aux manifestants à leur arrivée sur la place.

Des centaines de policiers ont été déployés sur les lieux.

Des manifestations plus modestes ont également eu lieu à Césarée, devant la résidence privée de Netanyahu, et sur les autoroutes du pays.

Des Israéliens manifestent contre le Premier ministre Benjamin Netanyahu aux abords de la résidence officielle du Premier ministre à Jérusalem, le 8 août 2020. (Olivier Fitoussi/Flash90)

Le nombre de familles avec enfants était particulièrement important lors de la manifestation de Jérusalem, en plus des groupes de jeunes.

De nombreux militants se sont déguisés en extraterrestres, en se moquant du fils du Premier ministre, Yair Netanyahu, qui, au début de la semaine dernière, a ridiculisé les manifestants en les qualifiant d’“aliens”.

Des travailleurs indépendants se sont joints à la protestation, car aucune manifestation séparée de ceux qui ont été frappés économiquement par la pandémie n’a eu lieu. Les organisateurs ont plutôt demandé qu’une manifestation unique et unifiée soit organisée à la résidence du Premier ministre.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...