Rechercher

Les médecins mettent en garde contre la menace d’une « épidémie » de poliomyélite

Deux nouveaux cas et des traces dans les eaux usées de Jérusalem suscitent des craintes de résurgence de la polio, en particulier dans la communauté ultra-orthodoxe

Illustration : Une enfant reçoit un vaccin oral contre la poliomyélite, le 18 août 2013. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Illustration : Une enfant reçoit un vaccin oral contre la poliomyélite, le 18 août 2013. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Après qu’Israël a confirmé son premier cas de poliomyélite depuis 1988 cette semaine, les médecins ont déclaré vendredi qu’il y avait deux autres résultats positifs à partir d’échantillons de selles, faisant craindre une épidémie.

Une fillette de quatre ans non vaccinée a été confirmée positive dimanche et a depuis quitté le centre médical Hadassah de Jérusalem pour recevoir des soins dans un hôpital spécialisé, après que le virus ait endommagé ses muscles.

Le diagnostic constitue le premier cas clinique de poliomyélite en Israël en 34 ans.

Les deux résultats n’ont pas encore été confirmés : l’un proviendrait d’un échantillon prélevé sur un contact de la jeune fille et le second correspondrait à un échantillon de selles envoyé au laboratoire pour d’autres motifs, également testé pour la poliomyélite.

Pour autant que l’on sache, les deux nouveaux tests proviennent de personnes asymptomatiques.

« Je craignais que le diagnostic de l’enfant hospitalisé soit suivi d’autres tests positifs », a déclaré au Times of Israel le professeur Orna Tal, directeur adjoint du centre médical Shamir et expert en poliomyélite. « Je crains qu’il y ait davantage de cas et qu’il y ait une menace d’épidémie. »

Le professeur Hagai Levine, épidémiologiste de l’Université hébraïque, s’est dit préoccupé par le fait que ce qui a été documenté jusqu’à présent ne soit que « la partie émergée de l’iceberg ».

« Nous savons par expérience que, lorsque vous trouvez un cas de poliomyélite, il en existe en fait des dizaines ou des centaines », a-t-il déclaré au Times of Israel.

Des travailleurs médicaux se préparent à distribuer des médicaments contre la poliomyélite, le 4 août 2013. (Crédit : Flash90)

Tal et Levine pensent tous deux qu’il existe un réel danger de résurgence des cas de poliomyélite – en nombre gérable, mais suffisant pour laisser certains enfants avec des dommages à long terme.

En plus de détecter la poliomyélite dans les deux nouveaux échantillons et de diagnostiquer le patient – tout cela dans la région de Jérusalem –, le ministère de la Santé a détecté cette semaine la polio dans les eaux usées de Jérusalem.

Levine a déclaré que cela suggérait que la polio se propage dans certaines zones de Jérusalem, apparemment dans les quartiers ultra-orthodoxes, commentant : « Jusqu’à présent, le virus est localisé à Jérusalem et dans les communautés ultra-orthodoxes, mais il est probable qu’il y ait aussi une transmission dans d’autres régions et d’autres communautés. »

Il a déclaré que l’analyse suggérait que le virus trouvé dans les échantillons provenait d’un contact avec des excréments d’enfants ayant reçu un vaccin fabriqué à partir du virus vivant. Cela peut se produire, par exemple, si un employé d’une garderie change la couche d’un enfant nouvellement vacciné et ne se lave pas les mains avant de préparer la nourriture.

Tal a déclaré que le risque d’infection par cette voie était normalement très faible, car la plupart des enfants sont au moins partiellement vaccinés à partir de deux mois. « Si vous avez 96 % de la population vaccinée en Israël, comme nous le faisons, cela donne une protection élevée », a-t-elle commenté.

Levine était moins optimiste, affirmant que si les taux de vaccination nationaux sont élevés, il y a des quartiers, en particulier à Jérusalem, où la vaccination est beaucoup plus faible. « Si, au niveau local, la couverture est faible, c’est un problème, car en matière de vaccination, nous sommes aussi forts que notre maillon le plus faible », a-t-il déclaré.

Israël a commencé à vacciner contre la poliomyélite en 1988, avec une combinaison de vaccins – avec des virus tués, vivants ou atténués. En 2005, après une décennie sans que la poliomyélite n’apparaisse dans la surveillance des eaux usées, les vaccins atténués n’ont plus été employés. Mais en 2013, la poliomyélite a resurgi dans les eaux usées au sud d’Israël, et les enfants ont depuis reçu le virus tué dans certaines doses et le virus atténué dans d’autres.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...