Les Palestiniens protestent contre les coupures de courant à Gaza
Rechercher

Les Palestiniens protestent contre les coupures de courant à Gaza

Des manifestations ont été organisées à travers la bande de Gaza suite à la rupture de l'approvisionnement depuis l'Egypte

Avi Issacharoff est notre spécialiste du Moyen Orient. Il remplit le même rôle pour Walla, premier portail d'infos en Israël. Il est régulièrement invité à la radio et à la télévision. Jusqu'en 2012, Avi était journaliste et commentateur des affaires arabes pour Haaretz. Il enseigne l'histoire palestinienne moderne à l'université de Tel Aviv et est le coauteur de la série Fauda. Né à Jérusalem , Avi est diplômé de l'université Ben Gourion et de l'université de Tel Aviv en étude du Moyen Orient. Parlant couramment l'arabe, il était le correspondant de la radio publique et a couvert le conflit israélo-palestinien, la guerre en Irak et l'actualité des pays arabes entre 2003 et 2006. Il a réalisé et monté des courts-métrages documentaires sur le Moyen Orient. En 2002, il remporte le prix du "meilleur journaliste" de la radio israélienne pour sa couverture de la deuxième Intifada. En 2004, il coécrit avec Amos Harel "La septième guerre. Comment nous avons gagné et perdu la guerre avec les Palestiniens". En 2005, le livre remporte un prix de l'Institut d'études stratégiques pour la meilleure recherche sur les questions de sécurité en Israël. En 2008, Issacharoff et Harel ont publié leur deuxième livre, "34 Jours - L'histoire de la Deuxième Guerre du Liban", qui a remporté le même prix

Les Palestiniens de Gaza ont protesté pour la troisième journée consécutive mardi contre la pénurie d’électricité dans la bande de Gaza, qui a récemment subi des coupures d’électricité, dont certaines ont même duré 20 heures.

Des centaines de Palestiniens ont manifesté à Rafah, Khan Younis et dans les camps de réfugiés dans le centre de la bande de Gaza, appelant à une résolution de la crise de l’énergie.

Les habitants de Gaza endurent des pénuries d’électricité depuis des années, mais la situation s’est aggravée la semaine dernière lorsque des lignes électriques en provenance d’Égypte ont baissé d’intensité, en raison « de problèmes techniques », selon les Egyptiens.

Il y a aussi une pénurie dans la fourniture de combustible pour l’unique centrale dans la bande de Gaza, en raison d’un différend entre l’administration de l’Autorité palestinienne en Cisjordanie et les dirigeants du Hamas à Gaza.

Lundi, les manifestants ont brûlé des photos du président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, et le Premier ministre, Rami Hamdallah, à Gaza. Des militants du Fatah, le parti d’Abbas ont accusé l’aile militaire du Hamas de provoquer des manifestations.

La bande de Gaza ne produit actuellement qu’à peu près 28 % de l’électricité qu’elle consomme. Des 212 mégawatts utilisés par les habitants de Gaza, 60 sont produits sur le territoire, 120 sont produits en Israël et 32 ​​en Egypte.

Pendant ce temps, Israël étudie un plan proposé par le Qatar de fournir à la bande de Gaza du gaz naturel. Si le projet va de l’avant, Israël devrait poser une nouvelle canalisation d’Ashdod, où le gaz du champ Tamar entre dans le pays, à la centrale électrique de la bande de Gaza, situé à seulement quelques kilomètres au sud.

La station de Gaza, qui peut actuellement fournir de l’électricité que pendant huit heures par jour, serait convertie pour pouvoir fonctionner avec du gaz naturel, lui permettant ainsi d’augmenter sa production de façon spectaculaire.

La station a également été endommagée lors d’une attaque de l’armée de l’air pendant la guerre de l’été dernier entre Israël et le Hamas. L’armée israélienne a déclaré que la station n’avait pas été délibérément prise pour cible.

Selon la proposition de Muhammad al-Ahmadi, le chef du comité du Qatar pour la réhabilitation de Gaza, l’Etat du Golfe paierait 38,6 millions shekels pour couvrir les coûts d’infrastructure comme la pose de la canalisation.

Le gaz serait payé par l’Autorité palestinienne et les financiers privés palestiniens sous ses auspices.

Ahmadi a également entamé des discussions avec des sociétés privées israéliennes d’énergie solaire pour construire des champs solaires en territoire israélien pour produire 100 mégawatts pour la bande de Gaza.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...