Israël en guerre - Jour 149

Rechercher

Les partis haredi menacent l’adoption du projet de loi sur la peine de mort

La législation a été approuvée en lecture préliminaire par 55 voix contre 9, mais les partis haredim ont prévenu qu'elle était en contradiction avec leurs croyances religieuses

Le ministre de la Sécurité nationale, Itamar Ben Gvir, prenant la parole lors d'une session plénière de la Knesset, le 1er mars 2023. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Le ministre de la Sécurité nationale, Itamar Ben Gvir, prenant la parole lors d'une session plénière de la Knesset, le 1er mars 2023. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Le parti d’extrême-droite Otzma Yehudit a prévenu jeudi qu’il pourrait faire effondrer la coalition si les partis ultra-orthodoxes ne soutenaient pas son projet de loi sur la peine de mort pour les terroristes reconnus coupables d’avoir tué des Israéliens.

Des sources au sein du parti ont déclaré au site web Srugim que « s’ils sont libres de leurs choix, nous pourront être tout aussi libres concernant d’autres projets de loi ».

Le projet de loi a passé sa lecture préliminaire en plénière à la Knesset mercredi, mais les partis haredim ont prévenu qu’il était peu probable qu’ils le soutiennent lors de votes ultérieurs en raison de leurs croyances religieuses.

Le projet de loi a été approuvé par 55 voix contre 9, avec le soutien du parti de l’opposition Yisrael Beytenu.

Le parti du ministre de la Sécurité nationale Itamar Ben Gvir a parrainé le projet de loi, et sa collègue, la députée Limor Son Har Melech a salué son avancement mercredi, affirmant que même lorsque les terroristes palestiniens sont jugés et condamnés, ils bénéficient de conditions de détention agréables, reçoivent des allocations de l’Autorité palestinienne (AP) et sont souvent libérés lors d’échanges de prisonniers.

La législation initiale stipule que les tribunaux pourront imposer la peine de mort à ceux qui ont commis un meurtre à motivation nationaliste sur un citoyen d’Israël. Toutefois, elle ne s’appliquerait pas à un Israélien qui aurait tué un Palestinien.

L’initiative est envisagée depuis longtemps par la droite israélienne, mais elle s’est toujours heurtée à l’opposition de l’establishment de la sécurité, qui fait valoir qu’elle ne dissuaderait pas de futures attaques terroristes, et de l’establishment judiciaire, qui cite des contestations juridiques et avertit qu’elle pourrait nuire à Israël dans les forums internationaux.

Dans ses propres remarques au cours du débat mercredi, le député Ahmad Tibi (Hadash-Taal) a déclaré que son parti est idéologiquement opposé à la peine de mort en toutes circonstances, et a noté que le grand rabbin séfarade d’Israël, Yitzhak Yosef s’est récemment prononcé contre la peine de mort, à l’instar des grands rabbins précédents.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.