Rechercher

Les stations de ski françaises à la reconquête des Israéliens

À l’approche de l'hiver, les professionnels du tourisme redoublent d'efforts pour satisfaire les Israéliens souhaitant voyager, en France notamment après deux ans de restrictions

La station de ski de Val Thorens, en France (capture d'écran YouTube)
La station de ski de Val Thorens, en France (capture d'écran YouTube)

Comme annoncé, ce week-end a enregistré une baisse des températures vertigineuse en Israël. Des prémices de l’hiver qui marque la fin des baignades et des séances de bronzage sur la plage. Face à ce constat, les professionnels des sports d’hiver accélèrent le rythme. Au début du mois, professionnels du tourismes français et israéliens se sont même rencontrés à Tel-Aviv. Objectif : proposer des offres adaptées au public israélien, de plus en plus friands d’activités sportives, de ski notamment.

Actuellement, pour se rendre en France, un Israélien vacciné qui n’est pas membre de l’Union européenne, doit simplement présenter un certificat de vaccination avec schéma vaccinale complet et une déclaration sur l’honneur attestant l’absence de symptômes d’infection au Covid-19 et de contact avec malade.
Après deux années de circulation restreinte, les voyages vers la France depuis Israël ont donc été largement facilités. Mais les autres touristes habitués des stations de ski françaises pourraient ne pas avoir cette chance cette année.

Face à la recrudescence des cas de Covid-19 en Europe, plusieurs pays de cet espace ont annoncé de nouvelles restrictions et devraient en rajouter.

“Il y a un doute cette année pour les Anglais de rentrer en France par rapport à leur vaccination et les stations de ski savent que les Israéliens sont de bons clients et elles espèrent gagner davantage de revenus avec cette clientèle de manière à compenser, en partie au moins (Ndlr, la baisse de) la clientèle anglaise”, a expliqué Laurent Roumani, Atout France en Israël au micro d’I24News.

Pour séduire les Israéliens, presque absents des pistes françaises ces deux dernières années, les innovations sont de mise. Parmi elles : des cours de ski dispensés en hébreu et la mise à disposition de test PCR, de quoi soulager les Israéliens, Israël exigeant encore la présentation d’un test négatif aux voyageurs de retour de l’étranger.

De son côté, les acteurs du tourisme israélien espèrent aussi accélérer la cadence de travail, leur activité ayant fortement été impactée par la crise sanitaire…

Mardi, les autorités sanitaires israélienne ont convenu d’assouplir légèrement les exigences relatives au dépistage du COVID-19 avant les vols pour les personnes se rendant en Israël depuis l’étranger.

Actuellement, toute personne entrant en Israël doit présenter un test PCR négatif effectué dans les 72 heures précédant le départ. Mais, en vertu de la nouvelle proposition, qui est soumise à l’approbation du gouvernement et de la Knesset, les voyageurs pourront bientôt choisir de présenter un test antigénique négatif – administré par un organisme de dépistage, et non à domicile – effectué dans les 24 heures précédant l’embarquement.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...