L’ex-maire d’une ville druze condamné à 20 ans de prison pour un meurtre filmé
Rechercher

L’ex-maire d’une ville druze condamné à 20 ans de prison pour un meurtre filmé

Salman Amar a également été condamné à payer le maximum légal de 258 000 NIS à la famille de l'homme qu'il a abattu en 2016 lors d'une querelle de clans

Salman Amar, l'ancien maire de Julis, au tribunal de Haïfa, le 28 juillet 2020. (Meir Vaknin/Flash90)
Salman Amar, l'ancien maire de Julis, au tribunal de Haïfa, le 28 juillet 2020. (Meir Vaknin/Flash90)

L’ancien maire de la ville druze du nord, Julis, a été condamné mardi à 20 ans de prison suite à sa condamnation pour meurtre.

Le tribunal de district de Haïfa a également ordonné à Salman Amar de verser 258 000 NIS à la famille de la victime, soit le maximum prévu par la loi.

Peu avant que la sentence ne soit prononcée, Amar a insisté sur le fait qu’il ne devrait pas être condamné.

« Je n’ai jamais eu l’intention de faire du mal à qui que ce soit », a-t-il déclaré au radiodiffuseur public Kan.

Amar a été condamné en juillet pour le meurtre en 2016 de l’entrepreneur en jardinage Monir Nibwani, avec qui il avait été impliqué dans une querelle de clans en cours avant la fusillade dans un parking près de la mairie de Julis.

Dans la vidéo de l’incident, on voit Amar garer sa voiture dans le parking adjacent au bâtiment de la mairie alors qu’une autre voiture le bloque.

Nibwani sort ensuite de la deuxième voiture, en tirant du coffre un long club en bois ou une batte de base-ball. Nibwani semble menacer Amar alors qu’il sort de sa voiture.

Alors que Amar est vu retournant dans sa voiture, la vidéo montre que Nibwani commence à briser les vitres et la voiture avec la batte.

Un autre homme s’approche pour mettre fin au combat. Pendant qu’il fait cela, Amar sort de la voiture et tire sur Nibwani à plusieurs reprises, le touchant à la poitrine et à l’estomac.

Alors que Nibwani est courbé, la vidéo semble montrer qu’Amar tire au moins deux autres coups à bout portant sur sa tête avant que Nibwani ne s’effondre.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...