Liberman demande aux députés de se calmer au sujet de l’annexion de la Cisjordanie
Rechercher

Liberman demande aux députés de se calmer au sujet de l’annexion de la Cisjordanie

Le ministre de la Défense a accusé le parti HaBayit Hayehudi d’opportunisme dans ses appels à l’annexion de Maalé Adumim et estime qu’une telle mesure sera préjudiciable pour la diplomatie et les implantations

Stuart Winer est journaliste au Times of Israël

Le ministre de la Défense Avigdor Liberman devant l'auditoire d'une conférence du  Limmud FSU à Eilat, le 15 décembre 2016 (Crédit : Limmud FSU)
Le ministre de la Défense Avigdor Liberman devant l'auditoire d'une conférence du Limmud FSU à Eilat, le 15 décembre 2016 (Crédit : Limmud FSU)

Le ministre de la Défense Avigdor Liberman a sévèrement critiqué ceux qui appellent à l’annexion d’implantations de Cisjordanie. Il a déclaré qu’ils cherchaient à faire les gros titres au détriment de la diplomatie israélienne et qu’ils devraient adopter une approche plus subtile.

Liberman s’est exprimé durant une rencontre entre les militants de son parti Yisrael Beytenu à Petah Tikva, dans le centre, mardi soir, au lendemain des propos du ministre de l’Éducation Naftali Bennett.

Ce dernier avait déclaré qu’il avait l’intention de déposer un projet de loi ce mois-ci pour étendre la souveraineté israélienne sur l’implantation de Maalé Adumim, dans la région de Jérusalem, réitérant ainsi une promesse qu’il avait déjà faite.

« Nous ne devons pas chercher à faire de la provocation », a déclaré Liberman, chef du parti de droite Yisrael Beytenu. « Tout ce qui est fait doit être fait calmement, intelligemment et avec détermination. »

L'implantation israélienne de Maale Adumim, en Cisjordanie, le 25 février 2016. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
L’implantation israélienne de Maale Adumim, en Cisjordanie, le 25 février 2016. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

« Quand Begin a fait passer la loi sur le plateau du Golan, il y a eu trois lectures le même jour, sans tout ce cirque au préalable », a-t-il ajouté, en évoquant l’annexion de 1981, sous le Premier ministre de l’époque Menachem Begin, de la région septentrionale prise par Israël des mains des Syriens durant la guerre de Kippour en 1973.

Liberman a affirmé que toute cette vantardise sur la souveraineté israélienne et autres mesures législatives liées à la Cisjordanie « sont préjudiciables pour l’activité dans les implantations, pour les efforts diplomatiques et aident nos ennemis ».

Le ministre, qui réside lui-même dans une implantation de Cisjordanie, a accusé les autres politiciens de tenter de faire de la récupération politique en parlant d’annexion de la Cisjordanie alors qu’il n’ont aucunement l’intention de mettre ce projet en oeuvre.

« Peut-être qu’ils vont gagner des électeurs, mais ce gain est une perte diplomatique et sera fait au détriment de l’activité dans les implantations », a déclaré Liberman.

« Personne n’a l’intention de faire quoi que ce soit, et rien d’autres ne se passera, à part les gros titres pendant une journée. Pour être sérieux, il faut maintenir un consensus. C’est là toute la différence entre une droite pragmatique et une droite dogmatique. »

Le parti HaBayit HaYehudi, qui a dirigé l’engouement pour l’annexion de Maalé Adumim et d’autres implantations, a rétorqué que Liberman avait lui-même déjà proposé un projet de loi pour annexer Maalé Adumim.

« Au lieu de parler et de radoter, il devrait arrêter de se concentrer sur les salaires des terroristes et s’occuper d’[Ismail] Haniyeh », a déclaré le parti Beytenu, selon la radio israélienne, en parlant du dirigeant du Hamas qu’il avait promis d’assassiner si le groupe terroriste envoyait une roquette en Israël.

Naftali Bennett, chef du parti HaBayit HaYehudi et ministre de l'Education pendant la conférence diplomatique du Jerusalem Post, à Jérusalem, le 23 novembre 2016. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)
Naftali Bennett, chef du parti HaBayit HaYehudi et ministre de l’Education pendant la conférence diplomatique du Jerusalem Post, à Jérusalem, le 23 novembre 2016. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)

Bennett propose depuis longtemps qu’Israël annexe de grandes parties de la Cisjordanie affirmant que la création d’un état palestinien dans cette région menacerait l’existence d’Israël.

Dans le cadre de la récente résolution anti-implantation votée par le Conseil de Sécurité il y a deux semaines, Bennett a lancé des appels pour l’annexion de grandes régions de la Cisjordanie, considérées par les Palestiniens comme faisant partie de leur futur État.

Israël contrôle la Cisjordanie depuis sa prise en 1967, lors de la Guerre des Six Jours, mais n’est jamais allé jusqu’à annexer des territoires au-delà de l’extension de la souveraineté à Jérusalem-Est. Plus tard, la législation israélienne a été appliquée au plateau du Golan.

La plupart des experts considèrent la politique d’extension de la souveraineté israélienne comme un équivalent à une annexion.

L’équipe du Times of Israel a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...