Liberman : le tueur de Shevach vit « comme un chien traqué », plus pour longtemps
Rechercher

Liberman : le tueur de Shevach vit « comme un chien traqué », plus pour longtemps

Le ministre de la Défense affirme que le Hamas ne peut pas à la fois déplorer la pauvreté à Gaza, attaquer en Cisjordanie et construire des infrastructures dans le sud du Liban

Jacob Magid est le correspondant pour les questions liées aux implantations pour le Times of Israël

Le ministre de la DéfenseAvigdor Liberman lors d'une cérémonie commémorative au mont Herzl, le 16 janvier 2018. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Le ministre de la DéfenseAvigdor Liberman lors d'une cérémonie commémorative au mont Herzl, le 16 janvier 2018. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Le ministre de la Défense, Avigdor Liberman, a déclaré vendredi que le terroriste qui a réussi à s’échapper lors du raid des forces de sécurité à Jénine cette semaine pour rechercher la cellule responsable de l’assassinat de Raziel Shevach « vivait comme un chien en fuite ».

S’adressant aux journalistes à l’extérieur du centre médical de Rambam à Haïfa après avoir rendu visite aux deux policiers blessés dans l’opération, Liberman a de nouveau remercié les forces de sécurité qui ont participé au raid dans la ville du nord de la Cisjordanie: « il ne s’agissait pas d’une simple intervention mais d’un travail constant ».

« Nous allons bientôt attraper ce terroriste qui a réussi à s’échapper et le juger. Qu’il sache qu’il est actuellement comme un chien en fuite. Ce n’est qu’une question de temps, et nous allons le trouver », a déclaré le ministre de la Défense.

La branche de Jénine du Hamas a clamé qu’ Ahmad Nassar Jarrar, 22 ans, qui a mortellement blessé un Israélien en Cisjordanie, était l’un de ses membres. Le père d’Ahmad – en haut à gauche-
était un haut responsable du Hamas durant le seconde intifada, selon le groupe terroriste (Crédit : Twitter)

Plus tôt vendredi, les responsables de la défense ont reconnu que le chef de la cellule terroriste à l’origine du meurtre de Shevach avait réussi à s’échapper au cours de la fusillade de Jénine tôt jeudi matin.

Le raid a été mené par une unité de la police des frontières d’élite en coopération avec les troupes de l’IDF et le service de sécurité du Shin Bet. Les forces sont parvenues à tuer un terroriste et à capturer deux autres membres de la cellule. L’armée a déclaré qu’au moins deux autres terroristes étaient en fuite.

Le rabbin Raziel Shevach avec sa fille, photo non-datée (Autorisation de la famille)

Initialement identifié par le ministère de la Santé palestinien comme étant Ahmad Nassar Jarrar, 22 ans, et la faction du groupe terroriste Hamas a publié une déclaration disant qu’il faisait partie de son aile militaire, les Brigades Izz ad-Din al-Qassam et l’ont érigé en « martyr ».

Quelques heures plus tard, le ministère palestinien de la Santé avait annoncé avoir fait une erreur et qu’un homme différent, un homonyme, avait été tué. Il s’agirait d’Ahmad Ismail Muhammad Jarrar, 31 ans.

Des informations non confirmées parues dans les médias israéliens avaient indiqué que le jeune Jarrar était le chef présumé de la cellule terroriste et que l’autre Jarrar était l’un de ses membres.

La famille du jeune Jarrar a fait une déclaration jeudi publiée sur le site d’information Palinfo, affirmant que son fils était encore en vie. Des proches ont clamé qu’Israël avait diffusé des informations fausses sur la mort présumée du jeune homme afin de lui faire quitter sa cachette.

Selon le Hamas, le jeune Jarrar est le fils de Nassar Jarrar. Ce dernier était commandant en chef du Hamas en Cisjordanie et chef des forces du groupe terroriste à Jénine avant d’être tué par les troupes israéliennes en 2002.

Interrogé sur le fait que les forces de sécurité étaient au courant de l’identité du terroriste qui a réussi à s’échapper, Liberman a déclaré : « Nous savons tout : qui sont les terroristes, qui sont leurs complices… et nous atteindrons tout le monde ».

En plus des menaces visant Jarrar, Liberman a déclaré que le Hamas est actuellement dans un état de décomposition à Gaza, où il règne, et tente donc d’organiser des attaques terroristes en Cisjordanie, comme l’attaque du 9 janvier à l’extérieur d’Havat Gilad qui a tué Shevach. Le groupe terroriste travaillerait également à l’ouverture d’un nouveau front depuis le sud du Liban, a ajouté Liberman.

Les forces israéliennes de sécurité lors d’un raid dans la ville de Jénine, en Cisjordanie, à la poursuite des meurtriers palestiniens du rabbin israélien Raziel Shevach, le 18 janvier 2018 (Crédit : Police israélienne)

Liberman a déclaré qu’Israël ne pouvait pas accepter que le Hamas « parle de détresse (à Gaza) et du besoin d’aide humanitaire d’une part, tout en continuant à essayer de mener des attaques terroristes depuis la Judée et la Samarie et construire des infrastructures terroristes à partir du sud du Liban ».

Le ministre de la Défense a ajouté que « l’amitié soudaine » entre le haut représentant du Hamas Saleh al-Arouri et le chef du Hezbollah, Hassan Nasrallah, était suivie de près par Israël, qui réagirait « de manière appropriée ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...