Liberman : les députés arabes et l’AP sont responsables des attentats terroristes
Rechercher

Liberman : les députés arabes et l’AP sont responsables des attentats terroristes

Alors que les partis de l'opposition ont déposé des motions de censure sur la gestion de la crise par le gouvernement, Naftali Bennett offre son soutien à Netanyahu

Avigdor Liberman, président de Ysrael Beytenu et ministre de la Défense, lors d'une réunion de son groupe parlementaire à la Knesset, le 8 mai 2017. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)
Avigdor Liberman, président de Ysrael Beytenu et ministre de la Défense, lors d'une réunion de son groupe parlementaire à la Knesset, le 8 mai 2017. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)

Le ministre de la Défense Avigdor Liberman a accusé lundi les dirigeants palestiniens et les députés arabes de la Knesset des deux derniers attentats terroristes et de l’escalade des tensions.

Il s’est exprimé lors de la cérémonie organisée pour la pose de la première pierre d’un mémorial en l’honneur des soldats druzes de l’armée israélienne. Liberman a affirmé que les attentats étaient le résultat direct de l’incitation palestinienne.

« Les deux attentats sont le résultat d’une incitation constante par les dirigeants palestiniens et les membres de la Knesset de la Liste arabe unie et du mouvement islamique, qui présentent leurs condoléances aux familles des terroristes qui ont tué d’innocents israéliens », dit-il.

« Ils refusent de condamner les attentats terroristes et continuent à inciter. »

Deux policiers druzes ont été tués lors de l’attentat du 14 juillet, quand trois arabes israéliens sont arrivés sur le mont du Temple, munis d’armes qu’ils avaient cachées dans la mosquée.

Après l’attentat, Ayman Odeh chef de la Liste arabe unie, parti qui détient 13 sièges dans le gouvernement actuel, avait tièdement rejeté l’usage d’armes et de violence dans la résistance face à Israël.

« Notre position est claire et univoque », avait déclaré Odeh dans une publication Facebook « La population arabe a choisi la voie de la lutte politique et populaire, et nous nous opposons fermement à l’usage d’armes. »

Odeh avait également accusé Israël pour cet attentat, indiquant que « l’occupation est la source de tout le Mal, et l’exigence principale est désormais la réouverture de toutes les entrées de la mosquée d’Al-Aqsa ».

Juste après la fusillade, Israël a bouclé le mont du Temple pour une durée de 48 heures, et a installé des détecteurs de métaux aux entrées vers le lieu saint.

Vendredi, les membres de la Liste arabe unie ont rencontré les dirigeants du Waqf islamique, l’instance jordanienne qui administre le mont du Temple, avant de défiler avec les manifestants à travers Jérusalem Est en direction de la Vieille ville. La police a accusé les députés d’agacer la foule, dans une situation déjà tendue.

Ayman Odeh, tête de la Liste arabe unie, à la tribune de la Knesset, le 28 mars 2016. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Ayman Odeh, tête de la Liste arabe unie, à la tribune de la Knesset, le 28 mars 2016. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Vendredi soir, Omar al-Abed, un Palestinien de 19 ans, a fait irruption dans l’implantation de Halamish, en Cisjordanie, et a poignardé à mort trois membres d’une famille, réunie pour célébrer la naissance d’un petit-fils. Yosef Salomon, 70 ans, sa fille Chaya, 46 ans et son fils Elad, 36 ans, ont été tués.

Après la réunion hebdomadaire du parti HaBayit HaYehudi lundi, le ministre de l’Éducation Naftali Bennett a soutenu le Premier ministre Benjamin Netanyahu dans la gestion de cette crise.

« Le gouvernement israélien agit responsablement, avec unité et prévenance, face à une situation diplomatique et une situation sécuritaire diplomatique compliquées », dit-il. « Je soutiens pleinement le Premier ministre, la police israélienne, et toutes les forces de l’ordre. »

Le ministre de l’Éducation a également appelé l’opposition à soutenir le gouvernement, soulignant que l’heure devait être à l’unité.

« Quand la sécurité présente un défi, nous devons travailler ensemble et éviter un discours d’accusations mutuelles », a-t-il dit. « Je me tourne vers les membres de l’opposition. L’heure est à l’unité. »

En dépit d’un appel à l’unité, des motions de censure ont été présentées à la Knesset par l’Union sioniste, le Meretz et la Liste arabe unie.

Avi Gabbay, chef de l’Union sioniste, a déclaré dans un communiqué qu’au « vu de la situation, spécialement au vu de la situation, nous soumettons une motion de censure aujourd’hui. »

Gabbay a ajouté que le pays avait perdu la confiance qu’il avait dans la façon dont Netanyahu gérait la situation.

« Même en temps de crise, il nous revient de dire la vérité à la population », a-t-il déclaré. « Netanyahu gère mal le pays. Il n’écoute pas le Shin Bet ni les autres forces de sécurité, et par conséquent, de moins en moins d’Israéliens ont confiance en sa capacité à diriger le pays. »

Il a appelé Netanyahu et Bennett à écouter les conseils du personnel de sécurité plutôt que de faire de la récupération politique pour tenter de marquer des points.

Dimanche, le chef du parti Yesh Atid, Yair Lapid a annoncé qu’il retirerait sa motion de censure à la lumière de la situation, indiquant qu’au regard du contexte, le gouvernement doit « s’unir contre le terrorisme ».

Les trois motions de censure ont été rejetées par la coalition.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...