Israël en guerre - Jour 229

Rechercher

L’INPA réclame une aide supplémentaire pour protéger les précieux vautours menacés

Le ministère de l'Environnement est invité à financer 20 millions de NIS par an pour éliminer les carcasses empoisonnées consommées accidentellement par les oiseaux

Sue Surkes est la journaliste spécialisée dans l'environnement du Times of Israel.

Un vautour fauve. (Crédit : Wikimedia Commons/ CC BY-SA 3.0/Pierre Dalous)
Un vautour fauve. (Crédit : Wikimedia Commons/ CC BY-SA 3.0/Pierre Dalous)

L’Autorité israélienne de la nature et des parcs (INPA) fait pression sur le ministère de l’Environnement pour qu’il alloue 20 millions de shekels par an afin de l’aider à renforcer la protection du vautour fauve, une espèce en voie de disparition.

Cet oiseau emblématique, dont l’envergure peut atteindre jusqu’à 2,8 mètres, est confronté à une longue liste de dangers, depuis les collisions avec les lignes électriques et le saturnisme jusqu’à la perte d’habitat et aux pénuries de nourriture et d’eau dans diverses parties de la région.

Mais sa principale menace est la contamination des charognes par des produits chimiques ou des médicaments vétérinaires, souvent par des agriculteurs ou des éleveurs qui mettent en circulation des carcasses empoisonnées pour protéger les troupeaux des loups, des chacals et même des chiens errants.

S’ils sont approuvés, les 20 millions de shekels du Fonds de maintien de la propreté du ministère seront utilisés par les autorités locales ayant de graves problèmes d’assainissement pour construire des installations de collecte des déchets agricoles (principalement de la viande), clôturer les points de collecte des ordures pour empêcher les chiens d’accéder à la nourriture, payer plus d’agents de sécurité pour localiser et enlever les carcasses empoisonnées et utiliser des chiens pour détecter les poisons.

Les carcasses de huit vautours retrouvées empoisonnées sur le plateau du Golan, le 10 mai 2019. (Crédit : Autorité israélienne de la nature et des parcs)

Jusqu’à présent, l’INPA n’a pris ces mesures que dans les cas où les conseils locaux ont payé pour ces services.

Selon un rapport publié en décembre, il ne reste plus qu’environ 230 vautours fauves en Israël.

Ces vingt dernières années, le nombre de nids a radicalement diminué, passant d’un maximum de 118 en 2001 à 38 l’année dernière.

L’INPA investit énormément de ressources et d’efforts pour protéger la population de vautours et dépense déjà des millions de shekels chaque année pour la reproduction des oiseaux.

Un employé montrant comment une tête d’oiseau factice est insérée dans l’ouverture d’une cage pour nourrir un oisillon de vautour, afin d’éviter tout contact humain qui pourrait nuire à l’introduction du jeune oiseau dans la nature, au Carmel Haï-Bar, dans le nord d’Israël, le 22 mars 2023. (Crédit : Sue Surkes/Times of Israel)

Elle envoie des équipes, principalement composées de rangers bénévoles, pour protéger les œufs de vautours dans les nids et a mis au point une méthode élaborée pour retirer et incuber les œufs pondus en captivité et pour nourrir les oisillons.

Elle équipe les oiseaux d’émetteurs radio afin d’enregistrer leurs mouvements.

Ses rangers enlèvent les carcasses et distribuent de la nourriture pour vautours – des animaux de ferme morts qui n’ont été traités ni avec des produits chimiques ni avec des médicaments – dans environ 25 endroits à travers le pays, en coordination avec les éleveurs.

Des experts en vautours utilisant des œufs factices pour remplacer les vrais œufs pondus par des femelles en captivité au Carmel Hai-Bar de l’INPA, dans le nord d’Israël, le 22 mars 2023. (Crédit : Sue Surkes/Times of Israel)

« Les vautours n’ont pas besoin de nous, nous avons besoin d’eux, ils sont les assainisseurs de la nature », a expliqué Ohad Hazofe, l’écologiste aviaire de l’INPA, ajoutant que les recherches ont montré une augmentation des populations canines et de la rage dans les endroits où les populations de vautours ont pratiquement disparu.

« 99 % des agriculteurs respectent la loi », a-t-il poursuivi. « Mais il suffit qu’un seul d’entre eux mette du poison pour que les vautours disparaissent… Il n’y a pas d’autres espèces pour lesquelles nous investissons autant. »

Outre son travail sur le terrain, l’INPA milite depuis longtemps en faveur d’une modification de la loi sur la faune sauvage afin de faciliter les poursuites et d’alourdir les peines en cas d’empoisonnement d’animaux sauvages.

En décembre 2021, un amendement à la loi présenté par Mossi Raz, ancien membre de la Knesset, a été adopté en lecture préliminaire, mais n’a jamais progressé.

Yehoshua Shkedy, scientifique en chef de l’INPA, a demandé à plusieurs reprises de réduire l’utilisation de pesticides et d’engrais toxiques, d’enregistrer et de réglementer leur propriété et d’adopter une loi permettant aux autorités d’arrêter les personnes soupçonnées d’empoisonner la faune sauvage.

Actuellement, n’importe qui peut acheter ce type de poison et les suspects ne peuvent être inculpés que s’ils sont pris en flagrant délit.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.