Rechercher

L’Iran annonce la mise en orbite d’un nouveau satellite militaire

L'IRNA affirme que le vaisseau spatial Noor-2 a décollé du désert de Shahroud et a atteint une orbite terrestre basse, mais n'a pas précisé quand cela a été réalisé

Illustration : une fusée iranienne transportant un satellite est lancée depuis un site non divulgué, le 22 avril 2020. (Crédit : IRIB via AP).
Illustration : une fusée iranienne transportant un satellite est lancée depuis un site non divulgué, le 22 avril 2020. (Crédit : IRIB via AP).

L’Iran a affirmé mardi avoir placé en orbite un nouveau satellite militaire, alors que les négociations à Vienne visant à sauver un accord sur le nucléaire iranien se trouvent dans une phase cruciale.

« Le deuxième satellite militaire iranien dénommé Nour-2 a été envoyé dans l’espace par le lanceur Qassed appartenant aux forces aérospatiales des Gardiens (de la Révolution, l’armée idéologique d’Iran classée organisation terroriste par Washington, NDLR) et placé avec succès en orbite à 500 kilomètres » d’altitude, a annoncé l’agence officielle Irna.

Les Gardiens de la Révolution ont présenté Nour-2 comme un « satellite de reconnaissance », selon un communiqué sur leur site officiel Sepah News.

Ils avaient lancé en avril 2020 leur premier satellite militaire, Nour-1. Pour les Etats-Unis, ce lancement prouvait que le programme spatial iranien était destiné à des fins militaires plus que commerciales.

Mardi, Sepah News a affirmé que Nour-1 était « toujours actif ».

Téhéran maintient n’avoir aucune intention d’acquérir des armes nucléaires et répète que ses activités aérospatiales sont pacifiques et conformes avec une résolution du Conseil de sécurité de l’ONU.

Le lancement du nouveau satellite survient sur fond de déclarations optimistes à propos d’un accord imminent dans les négociations nucléaires à Vienne.

L’enjeu est de faire revenir dans l’accord international conclu en 2015 les Etats-Unis – qui l’avaient quitté en 2018 – et de ramener Téhéran au respect de ses engagements.

A la mi-janvier, les Gardiens avaient annoncé avoir testé « avec succès » une fusée dont le moteur à combustible solide peut transporter des satellites.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...