Rechercher

L’Iran annonce la mort d’un officier des Gardiens dans un raid israélien en Syrie

Téhéran promet de riposter contre le régime sioniste et déclare que le conseiller Milad Heydari est "tombé en martyr" lors de la deuxième frappe en 24 heures

Des membres du Corps des gardiens de la révolution islamique d'Iran (IRGC) défilent lors du défilé militaire annuel marquant l'anniversaire du déclenchement de la guerre dévastatrice de 1980-1988 avec l'Irak de Saddam Hussein, dans la capitale Téhéran, le 22 septembre 2018. (Crédit : Stringer/AFP)
Des membres du Corps des gardiens de la révolution islamique d'Iran (IRGC) défilent lors du défilé militaire annuel marquant l'anniversaire du déclenchement de la guerre dévastatrice de 1980-1988 avec l'Irak de Saddam Hussein, dans la capitale Téhéran, le 22 septembre 2018. (Crédit : Stringer/AFP)

Un officier des Gardiens de la révolution, l’armée idéologique de la République islamique d’Iran, a été tué vendredi matin dans un raid israélien visant la capitale syrienne, a annoncé l’agence officielle des Gardiens.

« Milad Heidari, l’un des officiers et conseillers militaires des Gardiens en Syrie, est tombé en martyr à l’aube ce vendredi, dans l’attaque criminelle du régime sioniste contre la banlieue de Damas », a affirmé Sepah News.

L’agence de presse officielle syrienne SANA avait fait état de frappes de missiles ciblées vendredi après minuit au sud-ouest de la capitale, attribuant ces attaques à Israël.

C’est la deuxième frappe israélienne près de Damas en moins de 24 heures, après un raid israélien qui a blessé deux soldats syriens dans la nuit de mercredi à jeudi près de la capitale syrienne.

« Sans aucun doute, le régime sioniste recevra une réponse pour ce crime », a averti l’agence des Gardiens sur son site, dénonçant « le silence des assemblées internationales » face aux « agressions » israéliennes en Syrie.

Principal allié régional de la Syrie, l’Iran soutient le régime de Bachar al-Assad depuis le déclenchement de la guerre civile en 2011 en déployant notamment des conseillers militaires sur le terrain.

Le porte-parole de la diplomatie iranienne, Nasser Kanani, a condamné vendredi « les attaques du régime sioniste » contre « certains centres situés à Damas et dans sa banlieue ».

Au cours des dernières années, Israël a mené des centaines de frappes aériennes en Syrie, visant à la fois les positions du régime syrien et celles des forces iraniennes et du Hezbollah libanais, alliés de Damas et ennemis jurés d’Israël.

En mars 2022, les Gardiens avaient rapporté que deux de leurs officiers avaient été tués dans une attaque israélienne en Syrie, avertissant qu’Israël « paierait pour ce crime ».

Selon l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH), Israël a mené six raids aériens en Syrie ce mois-ci, ciblant notamment deux fois l’aéroport d’Alep, ville du nord du pays où les groupes pro-iraniens ont une grande influence.

Israël, voisin de la Syrie, commente rarement les frappes au cas par cas, mais a reconnu en avoir mené des centaines depuis 2011. L’armée israélienne les justifie en affirmant qu’elles sont nécessaires pour empêcher l’Iran de s’implanter à ses portes.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : [email protected]
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à [email protected].
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.