L’Iran qualifie de « vol » une décision américaine sur ses fonds gelés
Rechercher

L’Iran qualifie de « vol » une décision américaine sur ses fonds gelés

Deux milliards de dollars devraient être déduits pour dédommager des victimes et familles de victimes d'attentats fomentés ou soutenus par Téhéran

Plusieurs milliers de personnes ont manifesté à Téhéran en criant des slogans anti-américains et en brûlant des drapeaux pour célébrer le 36ème anniversaire de la prise de l'ambassade américaine à Téhéran, le 4 novembre 2015 (Crédit : AFP PHOTO / ATTA KENARE)
Plusieurs milliers de personnes ont manifesté à Téhéran en criant des slogans anti-américains et en brûlant des drapeaux pour célébrer le 36ème anniversaire de la prise de l'ambassade américaine à Téhéran, le 4 novembre 2015 (Crédit : AFP PHOTO / ATTA KENARE)

L’Iran a qualifié jeudi de « vol » la décision de la Cour suprême américaine de déduire deux milliards de dollars sur ses fonds gelés aux Etats-Unis pour dédommager des victimes et familles de victimes d’attentats fomentés ou soutenus par Téhéran.

« La décision est considérée comme un vol contre les avoirs la République islamique d’Iran » et « va à l’encontre du droit international », a affirmé Hossein Jaber Ansari, porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères.

La décision prise mercredi concerne plus de 1.000 Américains.

Ces rescapés d’attaques et ces représentants d’Américains tués demandent le versement de ces fonds actuellement gelés à New York et correspondant à des obligations dans lesquelles avait investi la Banque Markazi, la banque centrale d’Iran.

Parmi eux figurent les proches des 241 soldats américains tués le 23 octobre 1983 dans les deux attentats suicide qui avaient frappé les contingents américain et français de la Force multinationale de sécurité à Beyrouth.

Theodore Olson, ancien avocat général représentant les proches des victimes, s’est dit « extrêmement satisfait » : « La décision de la Cour suprême va apporter un soulagement attendu depuis longtemps par plus de 1.000 victimes du terrorisme iranien et leurs familles, dont beaucoup ont mis des décennies à s’en remettre ».

Cette décision intervient par ailleurs dans un contexte sensible de rapprochement entre les diplomaties iranienne et américaine, neuf mois après la signature à Vienne de l’accord historique sur le nucléaire iranien.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...