L’Iran ripostera contre Israël, le moment venu, affirme le chef des armées
Rechercher

L’Iran ripostera contre Israël, le moment venu, affirme le chef des armées

Mohammad Bagheri affirme que le pouvoir et la force de la République islamique dissuadera tout ennemi d'attaquer

Le major-général Mohammed Hussein Afchardi connu sous le nom de Mohammed Hussein Bagheri est le commandant en chef du Corps des Gardiens de la révolution islamique qui occupe actuellement la position militaire la plus haute disponible en Iran, le chef d'état-major des Forces armées iraniennes. (Capture d'écran Twitter)
Le major-général Mohammed Hussein Afchardi connu sous le nom de Mohammed Hussein Bagheri est le commandant en chef du Corps des Gardiens de la révolution islamique qui occupe actuellement la position militaire la plus haute disponible en Iran, le chef d'état-major des Forces armées iraniennes. (Capture d'écran Twitter)

Le chef d’état-major de l’armée iranienne a averti lundi que le régime répondrait à toute agression israélienne « à un moment opportun », alors que le pays continue de faire face à des menaces commerciales dans un contexte de tensions croissantes.

« Si l’ennemi porte atteinte à nos intérêts ou s’il commet [même] un tout petit acte d’agression, la République islamique ripostera de manière appropriée à un moment opportun », a déclaré le général Mohammad Bagheri, selon la chaîne de télévision Press TV, affiliée au régime.

Il a affirmé que la puissance et la force de l’armée iranienne dissuaderaient tout ennemi d’attaquer.

« La puissance et la force de défense de l’armée iranienne ont amené l’ennemi à considérer que toute agression contre le pays n’aurait aucun résultat, à l’exception des pertes et des coûts, et qu’il lui serait impossible d’atteindre aucun de ses objectifs », a déclaré Press TV.

Des Iraniens se rassemblent à côté d’une réplique d’un missile balistique de moyenne portée lors d’une manifestation devant l’ancienne ambassade des États-Unis à Téhéran, la capitale iranienne, le 4 novembre 2017, marquant l’anniversaire de la prise d’otages par des étudiants qui a déclenché la crise des otages en 1979. (AFP Photo/Atta Kenare)

Les responsables de la défense israélienne ont averti dimanche que l’Iran avait l’intention de riposter en lançant des missiles de précision sur des cibles militaires dans le nord d’Israël à court terme.

Téhéran a promis de se venger après que la base militaire T-4 en Syrie a été frappée lors d’un raid aérien le 9 avril, tuant au moins sept membres du Corps des Gardiens de la Révolution iranienne. La frappe a été largement attribuée à Israël, bien que Jérusalem ait refusé de commenter. T-4 était la base à partir de laquelle Israël a déclaré que l’Iran avait lancé un drone d’attaque contre Israël en février. À la fin du mois dernier, une deuxième frappe, prétendument menée par Israël, contre une base contrôlée par l’Iran dans le nord de la Syrie aurait tué plus de deux douzaines de soldats iraniens.

Bagheri a affirmé qu’il y aurait une riposte, même si elle n’est pas immédiateme.

« Le fait de ne pas avoir réagi à certains événements de ces derniers jours ne signifie pas que nous ne le ferons pas », aurait déclaré M. Bagheri, selon les médias iraniens.

Dimanche, Bagheri a souligné que son armée était prête à faire face à toute menace.

« A l’heure actuelle, les forces armées maintiennent un haut niveau de préparation pour répondre à toute menace et à tout acte d’agression de la part des ennemis de l’Iran islamique », a-t-il déclaré, selon Press TV.

Le mois dernier, le ministre de la Défense Avigdor Liberman a déclaré qu’Israël était prêt à frapper le territoire iranien. « S’ils attaquent Tel Aviv, nous frapperons Téhéran.

Cependant, Ali Shamkhani, secrétaire du Conseil suprême de sécurité nationale de l’Iran, a déclaré qu’il ne pensait pas qu’Israël allait attaquer.

« En tant que responsable de l’organe de sécurité nationale du pays, j’annonce explicitement et en toute confiance que la possibilité d’une guerre [contre l’Iran] est exclue en raison de la prise en compte par les ennemis de la force politique de la République islamique, de sa préparation militaire et sécuritaire sur les scènes nationale et étrangère, ainsi que de leur manque de détermination, de cohérence et de capacité opérationnelle », a-t-il déclaré.

Dimanche, tous les bulletins d’information israéliens du soir ont rapporté que l’armée et les services de renseignement israéliens avaient repéré les activités préliminaires de l’Iran en Syrie pour exercer ses représailles, en utilisant son Corps des Gardiens de la révolution islamique, le groupe terroriste Hezbollah et les milices chiites locales pour lancer une pluie de missiles guidés de précision, probablement sur des cibles militaires israéliennes dans le nord du pays.

Plus tôt dimanche soir, le cabinet de sécurité israélien s’est réuni pendant  trois heures et demie pour discuter des récents développements dans la région, notamment les tensions avec l’Iran en Syrie et la décision prochaine de Trump concernant l’accord sur le nucléaire.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...