L’Israélien Elbit conclut un accord de 153 M de $ en drones avec un pays d’Asie
Rechercher

L’Israélien Elbit conclut un accord de 153 M de $ en drones avec un pays d’Asie

Le contrat avec l'État non cité offre un système de drones modulable, incluant plus de 1 000 véhicules de reconnaissance miniatures

Luke Tress est le vidéojournaliste et spécialiste des technologies du Times of Israël

Un soldat de l'armée israélienne avec un drone Skylark pendant un exercice à la base militaire de Tzéélim, le 5 août 2013. (Miriam Alster/Flash90)
Un soldat de l'armée israélienne avec un drone Skylark pendant un exercice à la base militaire de Tzéélim, le 5 août 2013. (Miriam Alster/Flash90)

La société israélienne de défense Elbit a conclu un accord de drones avec un pays asiatique d’une valeur d’environ 153 millions de dollars, a déclaré dimanche la société.

Le contrat comprendra un système de drones modulable en réseau, avec des véhicules aériens de différentes tailles et capacités, et sera livré à ce pays d’Asie du Sud-Est dont le nom est non précisé sur une période de 22 mois.

Le matériel comprendra plus de 1 000 mini-drones THOR d’Elbit, qui ressemblent à des drones à rotor grand public et sont destinés à effectuer des opérations de surveillance et de reconnaissance. Le dispositif aérien sans pilote peut voler à une altitude de 600 mètres et à 65 km/h.

Il comprendra également des dizaines de drones Skylark, de petits avions lancés et exploités par une équipe de deux personnes qui sont largement utilisés par l’armée israélienne. Le Sky Rider, comme on l’appelle en hébreu, est un drone de surveillance tactique exploité par le Corps d’Artillerie qui fournit une transmission vidéo en direct aux soldats au sol.

Ils s’écrasent parfois en raison de leur taille et de leur conception simple.

Enfin, la commande comprend l’Hermes 450, un véhicule aérien sans pilote de longue endurance de taille moyenne et de pointe.

Un avion sans pilote Elbit Systems Hermes 450 construit en Israël est remorqué hors d’un hangar à l’aéroport de Hillsboro, dans le Dakota du Nord, où il est utilisé pour recueillir des données agricoles, 20 mai 2016. (AP Photo/Dave Kolpack)

L’Hermès est principalement utilisé pour des missions de reconnaissance et de surveillance, mais il existe une version d’attaque qui peut être armée de munitions air-sol. La société n’a pas précisé quelle version était retenue dans la récente transaction, ni combien de drones Hermes devaient être livrés.

« Ce contrat souligne notre avantage concurrentiel alors que les armées considèrent de plus en plus les solutions multicouches (systèmes d’avions sans pilote) comme essentielles pour fournir une intelligence supérieure tout en maintenant un haut niveau de flexibilité opérationnelle », a déclaré Bezhalel Machlis, le PDG de Elbit, dans un communiqué.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...