Lapid : les Israéliens « ne vivent plus dans une démocratie »
Rechercher

Lapid : les Israéliens « ne vivent plus dans une démocratie »

Les discussions entre les factions politiques sur la création de commissions parlementaires après la prestation de serment de la nouvelle Knesset hier semblent échouer, les partis Likud et Kakhol lavan s’accusant mutuellement de l’impasse.

« Il se peut que cela ne vous intéresse pas vraiment avec tous les coronavirus dans l’air, mais à partir d’aujourd’hui vous ne vivez plus en démocratie », a écrit le n°2 de Kakhol lavan, Yair Lapid, sur Facebook.

« Le pouvoir judiciaire a été suspendu il y a quatre jours, avec un ordre émis à une heure du matin, sans que personne ne le sache. Le pouvoir législatif a été suspendu aujourd’hui illégalement. Le président de la dernière Knesset [Yuli Edelstein], qui n’a pas été reconduit dans ses fonctions, a suspendu la Knesset. Auparavant, il avait refusé une demande de la majorité des membres de la Knesset – 62 au total – pour désigner un nouveau président de la Knesset ».

Le président de la Knesset, Yuli Edelstein, lors d’une déclaration à la presse à la Knesset, le 12 janvier 2019. (Crédit : Yonatan Sindel / Flash90)

Lapid accuse Edelstein de refuser de choisir les membres des nombreuses commissions de la Knesset qui, selon lui, pourraient contribuer à la lutte contre le coronavirus.

Le député Miki Zohar du Likud affirme que c’est la faute de Kakhol lavan.

« Kakhol lavan » tente à nouveau d’enfreindre les règles de la Knesset. Ils se conduisent de manière brutale et sont déconnectés de la réalité à cause de leur haine pour le Premier ministre », a-t-il tweeté.

Miki Zohar prétend que le Likud a proposé d’établir 10 commissions de la Knesset, ce que Kakhol lavan a refusé.

C’est vous qui le dites...