Rechercher

Le Shin Bet révèle des détails de l’enquête Abu Khdeir

Après une enquête de près de deux semaines sue l’assassinat dans la matinée du 2 juillet et sept arrestations dans l’affaire, les enquêteurs ont obtenu des aveux des trois auteurs de l’assassinat, dit l’organisation dans un communiqué.

Les trois suspects sont liés. Un adulte de 30 ans, tandis que les deux autres sont mineurs. Tous sont résidents de Jérusalem ou des communautés avoisinantes.

Tous les trois ont avoué le crime brutal, qui comprenait l’enlèvement, l’agression et la mise à feu – apparemment en vie – de 16 ans Abu Khdeir.

Selon les témoignages des suspects, le mobile du crime était une vengeance pour les enlèvements des meurtres des trois adolescents juifs le 12 juin en Cisjordanie par une cellule affiliée au Hamas, ainsi que d’autres attaques terroristes contre les Juifs.

Les suspects ont choisi la victime au hasard, ont conclu les chercheurs. Ils ne connaissaient pas Abu Khdeir.

L’enquête a également confirmé les revendications des Palestiniens que l’enlèvement d’Abu Khdeir fait suite à la tentative d’enlèvement d’un garçon palestinien de huit ans la veille, à 1 heure du matin le 1er juillet, par deux des trois suspects. Que l’enlèvement a été empêché, les enquêteurs ont conclu (à nouveau en harmonie avec les rapports palestiniens), par la mère du garçon qui a chassé les assaillants.

Muhammad Abu Khdeir (Crédit : Elhanan Miller/Times of Israel)
Muhammad Abu Khdeir (Crédit : Elhanan Miller/Times of Israel)

Les deux suspects ont quitté les lieux de la tentative d’enlèvement et tenté de mettre le feu à des voitures à Jérusalem Est qu’ils croyaient appartenir à des Arabes.

La nuit suivante, à 03h48 le 2 juillet, après avoir conduit pendant des heures dans les quartiers arabes de Jérusalem, les suspects ont vu Abu Khdeir et ont décidé de le kidnapper et de l’assassiner.

Ils l’ont attrapé dans la rue, l’ont conduit dans la forêt de Jérusalem et ont tiré Abu Khdeir de la voiture. Le suspect adulte l’a alors frappé à la tête plusieurs fois avec un démonte-pneu, puis lui a mis le feu à l’aide d’un des mineurs.

Selon les enquêteurs, ils ont ensuite passé les quelques jours suivants à tenter de détruire les preuves du crime.

Quatre autres personnes ont été arrêtées dans cette affaire, tous proches des suspects, mais ont été libérés lorsque les enquêteurs ont exclu toute possibilité qu’ils ont été impliqués dans le crime.

Jusqu’à aujourd’hui, l’affaire a fait l’objet d’un embargo imposé par le tribunal de district de Petah Tikva. L’embargo est levé sur tous les détails de l’enquête, sauf l’identité, afin de prévenir des cycles supplémentaires de vengeance et d’attaques contre les familles des suspects.

C’est vous qui le dites...