Uzi Dayan : Israël doit « garder sur la table » l’option militaire
Rechercher

Netanyahu : Israël, “pas lié” par l’accord avec l’Iran, saura se “défendre”

L'Iran et les grandes puissances ont finalisé mardi à Vienne un accord sur le nucléaire iranien après 12 ans de tensions diplomatiques

Les représentants des puissances mondiales et de l'Iran posant avant l'annonce d'un accord sur pourparlers nucléaires de l'Iran à Lausanne  le 2 avril 2015. (AFP / FABRICE COFFRINI)
Les représentants des puissances mondiales et de l'Iran posant avant l'annonce d'un accord sur pourparlers nucléaires de l'Iran à Lausanne le 2 avril 2015. (AFP / FABRICE COFFRINI)

L’Iran et les grandes puissances vont tenir une réunion plénière « finale » mardi à 08H30 GMT à Vienne au terme de plus de 16 jours de pourparlers sur le nucléaire iranien, a annoncé l’Union européenne.

La « réunion plénière finale de l’E3/UE3 et de l’Iran aura lieu à 10H30 (08H30 GMT) à l’ONU » à Vienne, a indiqué la porte-parole de l’UE, Catherine Ray, sur son compte Twitter, utilisant la désignation européenne du groupe P5+1 (Chine, Etats-Unis, France, Royaume-Uni, Russie et Allemagne).

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...

Uzi Dayan : Israël doit « garder sur la table » l’option militaire

Pour l’ex-conseiller de sécurité du gouvernement, Israël doit « garder sur la table » l’option militaire.

« S’il n’y a pas un canon chargé et pointé, les Iraniens se diront ‘c’est bon, on peut s’en tirer en souffrant un an ou deux mais ensuite, on aura la capacité nucléaire et tout le monde nous respectera' », dit-il à l’AFP.

Outre les inquiétudes nucléaires, Israël s’inquiète qu’une levée des sanctions permette à l’Iran de financer « le terrorisme », notamment via ses alliés du Hezbollah libanais et du Hamas palestinien, et d’accroître son influence dans la région.

Cet Iran « normalisé » inquiète autant Israël que l’Arabie saoudite, rival sunnite de l’Iran chiite dans la région, assure Dalia Dassa Kaye, du think tank américain Rand.