Lod: 5 Arabes inculpés pour avoir participé aux émeutes durant le conflit à Gaza
Rechercher

Lod: 5 Arabes inculpés pour avoir participé aux émeutes durant le conflit à Gaza

Les suspects sont accusés de possession illégale d'armes, d'avoir jeté des cocktails Molotov sur des voitures et des habitations et d'avoir agressé des policiers

La police israélienne dans les rues de la ville de Lod, dans le centre d'Israël, où des synagogues et des voitures ont été incendiées et des magasins vandalisés, des résidents arabes de la ville ayant participé à des émeutes le 12 mai 2021 (Crédit : Yossi Aloni / Flash90)
La police israélienne dans les rues de la ville de Lod, dans le centre d'Israël, où des synagogues et des voitures ont été incendiées et des magasins vandalisés, des résidents arabes de la ville ayant participé à des émeutes le 12 mai 2021 (Crédit : Yossi Aloni / Flash90)

Les procureurs ont mis en examen, jeudi, cinq résidents arabes israéliens de Lod accusés d’une série de délits criminels suite à leur participation présumée aux émeutes violentes qui ont eu lieu dans cette ville mixte pendant le conflit à Gaza qui, au mois de mai, a opposé Israël et le Hamas.

Moussa Hassouna (20 ans), Muhammad Masri (30 ans), Muhammad Hassouna (24 ans), Ayub Hassouna (30 ans) et Muhammad Elawer (25 ans) devront répondre de divers chefs d’inculpation et notamment d’avoir illégalement fabriqué, acheté et utilisé une arme. Ils auraient aussi agressé des policiers.

Les suspects sont des proches ou des parents de Moussa Hassouna, qui aurait été tué par des émeutiers juifs aux premiers jours des violences ethniques qui ont déchiré le pays au mois de mai.

La police avait arrêté quatre suspects juifs après les tirs qui ont tué Hassouna, mais ces derniers avaient affirmé avoir agi en légitime défense et que la victime faisait partie d’un groupe d’individus qui les avait attaqués. Les suspects ont ensuite été libérés sous caution et aucun d’entre eux n’a été mis en examen pour le moment.

Selon l’acte d’inculpation émis jeudi par la Cour du district central, les actes criminels des Arabes israéliens auraient commencé lors des funérailles de Hassouna. Ils auraient alors brûlé des pneus, bloqué des routes et jeté des pierres sur la police arrivée sur les lieux.

Deux des suspects auraient préparé des cocktails Molotov afin de prendre pour cible les résidents juifs de Lod, et l’un d’entre eux serait parvenu à jeter une bombe incendiaire sur une habitation – vide à ce moment-là – d’une famille juive de la ville.

Des Arabes israéliens manifestent après l’assassinat par balle de Musa Hassouna, devant le tribunal central du district de Lod, le 28 mai 2021. (Crédit : Avshalom Sassoni / Flash90)

Les suspects auraient aussi caché 15 cocktails Molotov dans une mosquée de Lod, fabriqués par leurs soins et qu’ils auraient utilisés pour incendier des voitures en stationnement.

Des centaines de mises en examen ont été émises contre des Juifs et des Arabes durant les émeutes où des individus des deux côtés ont attaqué des membres de l’ethnie opposée dans une série de violences sans précédent depuis des décennies. Les tensions avaient été partiellement attisées par le conflit opposant l’État juif aux groupes terroristes de Gaza et par des manifestations pro-palestiniennes violentes à Jérusalem.

La semaine dernière, quatre Juifs israéliens ont été mis en examen pour l’agression brutale d’un Arabe israélien à Bat Yam, ville du centre du pays, au mois de mai.

Trois adultes sont ainsi accusés d’acte de terrorisme, de vandalisme et de participation à des émeutes. Un mineur, pour sa part, devra répondre d’agression aggravée et de vandalisme à motivation raciste, a annoncé le site Ynet.

Saeed Mousa avait été grièvement blessé lors de cette agression violente du mois de mai qui avait été diffusée en direct à la télévision.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...