L’oncle du terroriste abattu déclare que Elor Azaria devrait s’excuser, pas être emprisonné
Rechercher

L’oncle du terroriste abattu déclare que Elor Azaria devrait s’excuser, pas être emprisonné

Al-Sharif dit espérer qu'on lui rende le corps de son neveu et que le processus de paix se poursuive

Dov Lieber est le correspondant aux Affaires arabes du Times of Israël

Capture d'écran de Fathi al-Sharif, l'oncle d'Abdel Fattah al-Sharif qui a été abattu par un soldat de Tsahal à Hébron (Crédit : capture d'écran Deuxième chaîne)
Capture d'écran de Fathi al-Sharif, l'oncle d'Abdel Fattah al-Sharif qui a été abattu par un soldat de Tsahal à Hébron (Crédit : capture d'écran Deuxième chaîne)

L’oncle de l’agresseur de Hebron tué par un soldat israélien alors qu’il gisait par terre, blessé, le mois dernier, a déclaré au Times of Israël qu’il ne souhaitait pas voir le soldat qui a abattu son neveu envoyé en prison.

« Ce qui est arrivé, est arrivé. Le fait qu’il soit en prison ne nous aidera ni moi ni le reste de la famille », a déclaré au téléphone Fathi al-Sharif alors qu’il était à son domicile, à Hébron.

Lundi, Elor Azaria a été inculpé d’homicide involontaire pour le meurtre d’Abdel Fattah al-Sharif, 21 ans, suite à une attaque au couteau, dans une enclave juive d’une ville de Cisjordanie, le 24 mars.

Azaria a été placé en prison puis en détention surveillée peu de temps après l’incident, suscitant la colère de sa famille et de certains militants et politiciens de droite, qui pensent que l’armée l’a abandonné.

Les soldats israéliens portant le corps d'un Palestinien qui a poignardé un soldat dans la ville de Hébron en Cisjordanie le 24 Mars 2016 (Crédit : Wissam Hashlamon / Flash90)
Les soldats israéliens portant le corps d’un Palestinien qui a poignardé un soldat dans la ville de Hébron en Cisjordanie le 24 Mars 2016 (Crédit : Wissam Hashlamon / Flash90)

Al-Sharif dit qu’il n’a pas connaissance des propos exprimés mardi par le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, appelant à « l’équité » au cours du procès Azaria, mais explique douter du fait qu’Azaria sera véritablement poursuivi en justice.

Al-Sharif souligne cependant que le résultat de cette affaire judiciaire importe peu pour lui et sa famille. « Ce qui est important pour moi est que le soldat admette que ce qu’il a fait était mal, qu’il présente des excuses à la famille, et s’il vous plaît, s’il vous plaît, que l’on me rende le corps de mon neveu », a-t-il déclaré.

« La chose la plus importante est que le processus de paix se poursuive. Nous devons augmenter l’amour entre les deux peuples qui sont côte à côte, l’un près de l’autre ».

« Nous en avons assez de la mort et de la haine », a-t-il ajouté.

« Je ne déteste pas les Juifs », a déclaré al-Sharif. « Mais il y a une chose que je déteste et qui doit finir. C’est l’occupation. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...