L’UE “obsédée” par Israël et les démolitions en Cisjordanie, déplore l’Etat juif
Rechercher

L’UE “obsédée” par Israël et les démolitions en Cisjordanie, déplore l’Etat juif

Jérusalem aurait réprimandé l'envoyé spécial adjoint pour se plaindre des critiques “disproportionnées” de l'Europe concernant la démolition de maisons bédouines construites illégalement

Une femme bédouine inspecte les ruines de sa maison après la démolition par un bulldozer israélien de l'habitation de la famille Dahouk dans la communauté bédouine de Khan Al Ahmar, à l'est de Jérusalem, en Cisjordanie, le 7 avril 2016 (Crédit Flash90)
Une femme bédouine inspecte les ruines de sa maison après la démolition par un bulldozer israélien de l'habitation de la famille Dahouk dans la communauté bédouine de Khan Al Ahmar, à l'est de Jérusalem, en Cisjordanie, le 7 avril 2016 (Crédit Flash90)

Israël a réprimandé cette semaine l’Union européenne (UE) pour sa focalisation « obsessive » sur l’Etat juif après que l’Union a critiqué les démolitions faites dans un village bédouin palestinien de Cisjordanie.

Au cours d’une rencontre des ambassadeurs de l’EU avec le nouveau directeur général du ministère des Affaires étrangères, Yuval Rotem, la semaine dernière, l’ambassadeur de l’Union européenne en Israël a expliqué que les démolitions de 42 constructions à Khan al-Ahmar , dont certaines avaient été financées par les Nations unies, contrevenaient au droit international.

« La pratique de mesures exécutives comme les transferts forcés, les évictions, les démolitions, les confiscations de domicile et d’actifs humanitaires et l’obstruction de la délivrance d’une assistance humanitaire sont contraires aux obligations d’Israël selon les termes du droit international », a déclaré l’envoyé Lars Faaborg-Andersen, selon Reuters.

« Nous appelons donc Israël en tant que puissance occupante à respecter ses obligations vis-à-vis de la population palestinienne […], à arrêter complètement ces démolitions et ces confiscations et à autoriser l’accès de l’aide humanitaire. »

L'ambassadeur de l'UE en Israël, Lars Faaborg-Andersen, dans son bureau de Ramat Gan, le 21 septembre 2015. (Crédit : Raphael Ahren/Times of Israël)
L’ambassadeur de l’UE en Israël, Lars Faaborg-Andersen, dans son bureau de Ramat Gan, le 21 septembre 2015. (Crédit : Raphael Ahren/Times of Israël)

En réponse à cette réprimande publique, le ministère des Affaires étrangères a convoqué l’adjoint de Faaborg-Andersen, Mark Gallagher, et l’a vertement tancé. La responsable de l’Union au ministère, Avivit Bar-Ilan, a déclaré à Gallagher que les constructions en question avaient été érigées en toute illégalité et que « des constructions illégales sont gérées conformément à la loi », selon un article paru mardi dans le quotidien Haaretz.

Bar-Ilan a dit à Gallagher qu’Israël était « perplexe face à l’implication obsessionnelle de l’UE dans ce dossier ».

« Il y a 32 crises humanitaires dans le monde, mais l’UE choisit de se focaliser de manière disproportionnée sur ce qui est fait dans la Zone C de Cisjordanie, qui ne souffre certainement pas d’une crise humanitaire », aurait-elle expliqué.

Israël assure le contrôle civil et sécuritaire de la Zone C, qui comprend environ 60 % du territoire de la Cisjordanie.

Les Nations Unies ont elles aussi critiqué ces démolitions, le coordinateur humanitaire pour les territoires palestiniens, Robert Piper, ayant déclaré que le village était « l’une des communautés les plus vulnérables de Cisjordanie, luttant pour maintenir un niveau de vie minimum face aux intenses pressions exercées par les autorités israéliennes pour qu’elles partent. »

Israël affirme que les constructions ont été construites sans permis, mais l’ONU et l’UE répliquent que de tels permis sont impossibles à obtenir pour les Palestiniens.

L’AFP a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...