L’UNICEF dit avoir besoin de 350 millions de dollars pour aider le Yémen
Rechercher

L’UNICEF dit avoir besoin de 350 millions de dollars pour aider le Yémen

"C'est rien par rapport aux milliards de dollars actuellement investis dans la guerre", a déclaré le directeur du Fonds pour l'enfance pour le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord

Geert Cappelaere, directeur régional du Fonds des Nations unies pour l'enfance pour le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord. (Capture d'écran Twitter)
Geert Cappelaere, directeur régional du Fonds des Nations unies pour l'enfance pour le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord. (Capture d'écran Twitter)

L’Unicef a besoin d’urgence de près de 350 millions de dollars pour des projets humanitaires au Yémen, a indiqué dimanche un haut responsable de l’organisation, estimant que cette somme était dérisoire comparé aux dépenses militaires engagées dans ce pays.

« Pour son programme humanitaire en 2018, l’Unicef demande près de 350 millions de dollars (environ 283 millions d’euros, ndlr). C’est rien par rapport aux milliards de dollars actuellement investis dans la guerre », a déclaré Geert Cappelaere, directeur régional du Fonds des Nations unies pour l’enfance pour le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord.

« Ce que nous demandons, c’est rien », a-t-il déclaré aux journalistes à Amman après une visite au Yémen.

L’administration américaine a annoncé jeudi avoir donné son feu vert pour des contrats d’armement pour un montant total de plus d’un milliard de dollars avec l’Arabie saoudite, dont le prince héritier était en visite aux Etats-Unis.

Ryad est à la tête d’une coalition militaire qui intervient au Yémen depuis mars 2015 contre les rebelles Houthis soutenus par l’Iran.

Le conflit a fait près de 10 000 morts, des dizaines de milliers de blessés et provoqué la pire crise humanitaire au monde, selon l’ONU, avec des cas de famine, de choléra et de diphtérie.

Par ailleurs, 80 % de la population du Yémen vit dans la pauvreté et les enfants sont les premières victimes de la guerre, a souligné M. Cappelaere.

« J’ai été choqué la semaine dernière à Sanaa de voir des centaines, des milliers d’enfants mendier dans les rues », a-t-il dit.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...