Israël en guerre - Jour 236

Rechercher

Macron, qui a parlé avec plusieurs dirigeants, « condamne les attaques contre Israël »

Le président français s'est entretenu avec le président égyptien, al-Sissi, le dirigeant de l'Autorité palestinienne, Abbas, et le chef du gouvernement libanais, Mikati

Emmanuel Macron prononçant un discours lors des 80 ans de la Rafle du Vel d'Hiv à la gare de Pithiviers, le 17 juillet 2022. (Crédit : Capture d'écran YouTube)
Emmanuel Macron prononçant un discours lors des 80 ans de la Rafle du Vel d'Hiv à la gare de Pithiviers, le 17 juillet 2022. (Crédit : Capture d'écran YouTube)

Le chef de l’État français Emmanuel Macron a indiqué samedi s’être entretenu avec le président israélien, Isaac Herzog, et le chef du gouvernement, Benjamin Netanyahu, quelques heures après le début d’une attaque sans précédent du groupe terroriste palestinien du Hamas contre Israël.

« Je condamne les attaques menées depuis Gaza contre Israël, ses soldats et sa population », a poursuivi le président de la République française dans un message publié sur  X, en martelant que « la France est solidaire d’Israël et des Israéliens, attachée à leur sécurité et à leur droit de se défendre ».

L’Élysée a par ailleurs précisé samedi soir que Macron s’était entretenu avec le président égyptien, Abdel Fattah al-Sissi, le président de l’Autorité palestinienne (AP), Mahmoud Abbas, et le chef du gouvernement libanais, Najib Mikati, en leur exprimant « sa préoccupation face à la situation et a rappelé à chacun l’importance de condamner sans équivoque les attaques terroristes menées contre Israël, ses soldats et sa population ».

« Le Président de la République reste en contact étroit avec les autorités de l’État d’Israël » et « continuera à s’entretenir dans les prochaines heures et les prochains jours avec les principaux acteurs régionaux », a ajouté la présidence française.

Dans la matinée, Macron avait déjà exprimé sa « pleine solidarité avec les victimes, leurs familles et leurs proches », en écho à la condamnation exprimée plus tôt dans la matinée par le ministère des Affaires étrangères. « La violence est une impasse », avait estimé la cheffe de la diplomatie, Catherine Colonna.

La classe politique française – dans la majorité présidentielle, parmi les droites, et chez les socialistes et les écologistes – a également très largement exprimé sa solidarité avec Israël et condamné le Hamas.

Des corps gisant sur une route principale près du kibboutz Gevim, le 7 octobre 2023, suite à une attaque par des terroristes du Hamas. (Crédit : Oren Ziv/AFP)

Le leader de La France insoumise (LFI) Jean-Luc Mélenchon a de son côté appelé à ce que cesse la violence émanant des deux parties, soulevant encore une fois une polémique.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.