Rechercher

Malgré la menace iranienne, les Israéliens continuent de partir en Turquie

Les voyageurs rencontrés à l'aéroport ont déclaré que les mises en garde qui ont été émises étaient trop tardives pour annuler leur déplacement

Photo d'illustration : Des voyageurs dans une file d'attente à l'aéroport international Ben Gurion, le 13 juin 2022. (Crédit : Yossi Aloni/FLASH90)
Photo d'illustration : Des voyageurs dans une file d'attente à l'aéroport international Ben Gurion, le 13 juin 2022. (Crédit : Yossi Aloni/FLASH90)

Les Israéliens partis en vacances en Turquie ont fait savoir qu’ils ne tiendraient pas compte de l’appel les sommant de revenir sans délai qui a été lancé par l’État juif, inquiet que des attaques iraniennes ne prennent pour cible ses ressortissants. Même son de cloche chez les touristes en partance pour la Turquie qui ont expliqué, de leur côté, qu’ils allaient ignorer les mises en garde aux voyageurs émises pour décourager un éventuel déplacement sur le territoire turc.

Le ministre israélien des Affaires étrangères Yaïr Lapid a appelé lundi les ressortissants israéliens qui se trouvent en Turquie à quitter immédiatement le pays par crainte d’attaques iraniennes. Il a par ailleurs conseillé aux potentiels voyageurs de s’abstenir d’aller en Turquie sur fond de révélation d’informations portant sur un complot iranien visant à assassiner des Israéliens à Istanbul qui aurait été déjoué à la dernière minute, et suite à la découverte, par les autorités turques, d’un réseau d’agents iraniens qui auraient été chargés de prendre pour cible des Israéliens.

« A la suite d’une série de tentatives d’attentats terroristes iraniens ces dernières semaines contre des Israéliens en vacances à Istanbul, nous appelons les Israéliens à ne pas prendre l’avion pour Istanbul et (…) si vous êtes déjà à Istanbul, retournez en Israël dès que possible », a déclaré Lapid dans un communiqué. « Et si vous avez programmé un voyage à Istanbul – annulez-le. Aucun séjour touristique ne mérite de risquer sa vie ».

Le Conseil de la sécurité nationale a émis plus tard sa mise en garde aux voyageurs la plus grave en raison de craintes liées à des attaques imminentes, demandant aux Israéliens de rester à l’écart de la Turquie.

Et pourtant, lundi, 21 vols transportant 3 759 Israéliens sont partis pour la Turquie, a rapporté le site d’information Walla, avec notamment des voyageurs faisant escale dans le pays. Les autorités israéliennes ont indiqué qu’une escale à Istanbul ne présentait pas de danger particulier à condition de ne pas sortir de l’aéroport.

Une femme qui s’est présentée sous le nom de Susie, qui se trouvait à l’aéroport en compagnie de son mari et de leurs trois enfants avant de décoller pour un séjour familial en Turquie, a témoigné auprès du site d’information.

Elle a expliqué qu’elle avait acheté les billets d’avion avant les récentes mises en garde. « C’est clair que cela nous aurait fait réfléchir à deux fois à ce voyage, mais c’est impossible pour nous d’annuler. Il y a toujours cette crainte à l’étranger », a-t-elle confié, fataliste, à Walla.

« Il y a aussi du danger en Israël », a dit un autre voyageur à la Douzième chaîne.

Un reportage de la radio militaire a montré une longue file d’attente d’Israéliens attendant au guichet d’enregistrement d’un vol à destination d’Istanbul.

Le ministre du Tourisme, Yoel Razvozov, a demandé aux transporteurs aériens de rembourser les Israéliens désireux de suivre la mise en garde faite aux voyageurs et qui annulent leur déplacement.

Pour leur part, les Israéliens qui se trouvent d’ores et déjà en Turquie disent se sentir en sécurité et ne pas prévoir de partir avant la fin des vacances.

Nitza Levi, qui se trouve à Istanbul, a déclaré devant les caméras de la Treizième chaîne que « nous ne sommes pas des prophètes : Tout peut arriver ».

« Ce qui est écrit dans notre avenir est écrit et il faut que nous en soyons convaincus », a-t-elle ajouté avec une certaine résignation.

Elle a indiqué qu’elle ne se sentait pas inquiète et que les autres Israéliens prenant part à son voyage de groupe profitaient, eux aussi, de leur séjour.

Rejetant les mises en garde en évoquant « une campagne pour faire peur », elle a indiqué que les Turcs locaux lui avaient assuré que la République islamique ne se risquerait pas à commettre une attaque sur le sol turc.

« Mais nous devons être prudents comme nous le sommes partout où nous allons », a-t-elle reconnu, notant que les Israéliens qui se trouvaient dans le pays s’échangeaient toutes les nouvelles informations qui pouvaient être rendues publiques.

« Je ne prévois pas de repartir pour le moment, je repartirai à la fin du voyage », a-t-elle continué, supposent que l’inquiétude est plus forte en Israël qu’elle ne l’est, pour le moment, en Turquie.

Le ministre des Affaires étrangères Yair Lapid au début de sa réunion de faction à la Knesset, le 13 juin 2022. (Capture d’écran/Tal Schneider)

Shirley Elisha, qui se trouve, pour sa part, pour la toute première fois en séjour à Istanbul, a dit devant les caméras de la Treizième chaîne qu’elle et son mari ne raccourciraient pas leurs vacances et qu’il est probable qu’elle reviendra dans le pays à l’avenir.

Le secteur dans lequel elle passe son séjour « est bondé de touristes, en particulier d’Israéliens », a-t-elle expliqué. Tout en affirmant se sentir en sécurité, Elisha a déclaré qu’elle ne téléchargerait aucune photo et qu’elle ne publierait rien concernant ses vacances sur les réseaux sociaux avant son retour en Israël, « parce qu’il est impossible de savoir qui vous suit en réalité ».

Cette mise en garde aux voyageurs a été émise après que les autorités ont décelé des activités suspectes d’acteurs qui semblaient se préparer à planifier des attentats contre les Israéliens, ces dernières semaines. Elles ont transmis ces informations à leurs homologues israéliens, les avertissant du potentiel danger encouru par les ressortissants de l’État juif sur le sol turc, a fait savoir la chaîne publique Kan.

« Je voudrais remercier le gouvernement turc pour les efforts qu’il déploie pour protéger la vie des citoyens israéliens », avait déclaré Lapid en conséquence.

La Treizième chaîne, de son côté, a indiqué que plusieurs Israéliens qui se trouvaient à Istanbul avaient été ramenés au sein de l’État juif en urgence par les responsables de la sécurité israéliens qui avaient obtenu l’information d’un complot iranien visant à les assassiner.

Selon la chaîne, le gouvernement a ensuite attendu jusqu’à lundi pour émettre une mise en garde générale contre la menace imminente pesant sur les Israéliens qui se trouvent actuellement en Turquie; par égard pour les autorités turques qui avaient besoin de temps pour gérer la situation.

Par ailleurs, le ministère turc des Affaires étrangères a affirmé mardi que la Turquie était « un pays sûr », répondant ainsi indirectement aux autorités israéliennes.

« Certains pays ont diffusé des avertissements à leurs ressortissants en Turquie (…) La Turquie est un pays sûr et continue de lutter contre le terrorisme à l’intérieur et hors de ses frontières », a affirmé le ministère dans un communiqué, sans jamais citer Israël.

Selon Ankara, les appels à quitter la Turquie sont liés à « des développements sur le plan international ».

Les tensions entre Israël et l’Iran se sont fortement accrues, ces dernières semaines, après l’assassinat d’un officier iranien à Téhéran survenu le mois dernier, des frappes aériennes menées contre des cibles liées à la république islamique en Syrie, une rhétorique menaçante adoptée par les leaders iraniens et les violations de plus en plus importantes par le régime des Ayatollahs de l’accord sur le nucléaire iranien.

Il y a deux semaines, la Douzième chaîne a annoncé que les responsables israéliens avaient appelé et directement mis en garde plus de cent citoyens israéliens en Turquie, leur disant qu’ils étaient dans la ligne de mire de l’Iran et leur demandant de revenir immédiatement chez eux.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...