Israël en guerre - Jour 138

Rechercher

Malgré les temps difficiles, l’Orchestre d’Ashdod marque ses 30 ans

Les musiciens ont joué dans des hôpitaux et des bases militaires et sont prêts à retourner sur scène

Jessica Steinberg est responsable notre rubrique « Culture & Art de vivre »

La chanteuse Valerie Hamaty se produira avec l'Orchestre andalou d'Ashdod lors de sa première série de concerts depuis le 7 octobre 2023. (Crédit : Autorisation)
La chanteuse Valerie Hamaty se produira avec l'Orchestre andalou d'Ashdod lors de sa première série de concerts depuis le 7 octobre 2023. (Crédit : Autorisation)

Ce n’est qu’au cours des dernières semaines que l’Orchestre andalou d’Ashdod a décidé de poursuivre la série de concerts prévue pour marquer son 30e anniversaire.

« Il n’était pas évident de savoir si nous allions le faire ou non », a déclaré le directeur et violoniste Elad Levi. « Tout change d’un instant à l’autre ces jours-ci. »

Les musiciens de l’orchestre – un groupe majoritairement jeune, selon Levi – voulaient retrouver leur public, malgré ce qui est arrivé à Israël le 7 octobre, lorsque le groupe terroriste palestinien du Hamas a attaqué les communautés frontalières de Gaza, tuant 1 200 personnes et en enlevant 253 autres, et alors que leurs propres amis servent sur la ligne de front.

Les deux solistes, Benjamin Bouzaglo et Valerie Hamaty, étaient également de la partie.

« Nous nous sommes donc dit que nous allions tenter notre chance », a ajouté Levi. « Quoi qu’il arrive, nous aurons au moins essayé. »

Les sept concerts de l’orchestre se déroulent dans tout le pays, du nord au sud, ainsi qu’à Tel Aviv et à Jérusalem, et se concentrent sur la musique arabe traditionnelle connue sous le nom de maqam, le système des modes mélodiques, ainsi que sur les prières liturgiques.

Bouzaglo est un barde franco-israélien qui interprète de la musique arabe, andalouse et nord-africaine, et qui est le chanteur principal de l’orchestre. Hamaty est une chanteuse arabo-israélienne qui se produit en hébreu, en arabe et en anglais, pour différents publics et dans différents lieux.

Le répertoire de l’orchestre a également été modifié depuis le 7 octobre.

« Aucun d’entre nous n’est le même depuis cette date », a souligné Levi. « Il y a des chansons que Benjamin avait l’habitude de chanter, mais qu’il ne peut plus supporter. Nous ne sommes pas dans une situation normale et nous le ressentons tous. »

La musique, cependant, est la thérapie qu’ils recherchent tous, et Levi et de nombreux autres musiciens de l’orchestre se sont produits régulièrement au cours des trois derniers mois, se portant volontaires dans les hôpitaux, pour les soldats et les personnes évacuées.

« Chaque fois que nous nous sommes produits, le public a voulu que nous soyons là », a-t-il précisé.

Pourtant, le moment était venu de retourner sur scène pour offrir au public un événement digne de ce nom.

« En tant que musiciens, jouer pour des gens qui viennent vous écouter nous manque », a expliqué Levi, qui a récemment recommencé à jouer avec le musicien Amir Benayoun, et qui a dit combien c’était formidable de voir un public habillé pour sortir et écouter de la musique.

« C’est quelque chose que l’on ressent de son public », a-t-il déclaré.

« Lorsque nous jouons pour des soldats, ils sont prêts, ils veulent que vous leur redonniez le moral. C’est la même chose pour le public habituel en ce moment. »

Hamaty, qui a 24 ans, s’est également produite dans des hôpitaux et pour des personnes évacuées, ainsi que sur la « Place des Otages » à Tel Aviv au cours des derniers mois. Elle est connue du jeune public pour avoir remporté la deuxième place de l’émission de télé-réalité musicale « Rising Star » en juin 2021, perdue face au talentueux Tamir Grinberg.

« C’est compliqué et je suis quelque part entre les deux à cause de mon identité, mais je suis dans la même situation que tout le monde », a affirmé Hamaty.

Au cours des derniers mois, Hamaty a chanté pour les survivants du 7 octobre et a découvert que sa musique aidait souvent les gens à surmonter leurs traumatismes, ne serait-ce qu’un peu.

« J’ai accompagné des personnes qui avaient vécu des choses terribles et qui ne s’étaient pas encore laissées aller, qui n’avaient pas encore pleuré », dit-elle. « Quelque chose dans la musique leur a été salvateur. »

Elle se réjouit de jouer avec l’Orchestre andalou, même pendant la guerre.

« C’est l’occasion de se connecter à quelque chose de plus normal en ces temps, à quelque chose qui manque aux gens », a-t-elle souligné. « La musique apaise vraiment l’âme en ce moment. »

Hamaty interprétera une demi-douzaine de chansons pour la série de concerts, dont deux sont ses propres chansons originales, deux sont des reprises de la musique de Fairuz, une chanteuse emblématique du monde arabe, et deux sont des duos avec Bouzaglo, dont le classique « Hallelujah » de Leonard Cohen, qu’elle avait chanté avec Tamir Grinberg.

« C’est très compliqué, mais il est important de suivre son cœur en ce moment », a affirmé Hamaty.

« C’est ce qui nous aide à guérir. »

Pour connaître les dates des concerts et acheter des billets, consultez le site web de l’orchestre andalou.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.