Malgré ses fanfaronnades sur les tunnels, le Hamas dit qu’il ne veut pas la guerre
Rechercher

Malgré ses fanfaronnades sur les tunnels, le Hamas dit qu’il ne veut pas la guerre

Un haut responsable de l'organisation terroriste affirme qu'un message apaisant a été envoyé à Jérusalem via des canaux diplomatiques

Avi Issacharoff est notre spécialiste du Moyen Orient. Il remplit le même rôle pour Walla, premier portail d'infos en Israël. Il est régulièrement invité à la radio et à la télévision. Jusqu'en 2012, Avi était journaliste et commentateur des affaires arabes pour Haaretz. Il enseigne l'histoire palestinienne moderne à l'université de Tel Aviv et est le coauteur de la série Fauda. Né à Jérusalem , Avi est diplômé de l'université Ben Gourion et de l'université de Tel Aviv en étude du Moyen Orient. Parlant couramment l'arabe, il était le correspondant de la radio publique et a couvert le conflit israélo-palestinien, la guerre en Irak et l'actualité des pays arabes entre 2003 et 2006. Il a réalisé et monté des courts-métrages documentaires sur le Moyen Orient. En 2002, il remporte le prix du "meilleur journaliste" de la radio israélienne pour sa couverture de la deuxième Intifada. En 2004, il coécrit avec Amos Harel "La septième guerre. Comment nous avons gagné et perdu la guerre avec les Palestiniens". En 2005, le livre remporte un prix de l'Institut d'études stratégiques pour la meilleure recherche sur les questions de sécurité en Israël. En 2008, Issacharoff et Harel ont publié leur deuxième livre, "34 Jours - L'histoire de la Deuxième Guerre du Liban", qui a remporté le même prix

Des membres du Hamas aux funérailles d'un groupe de sept ouvriers qui creusaient un tunnel de combat contre Israël qui s'est effondré, à Gaza ville, le 29 janvier 2016. (Crédit : Mohammed Abed/AFP)
Des membres du Hamas aux funérailles d'un groupe de sept ouvriers qui creusaient un tunnel de combat contre Israël qui s'est effondré, à Gaza ville, le 29 janvier 2016. (Crédit : Mohammed Abed/AFP)

Le Hamas ne veut pas la guerre et est déterminé à maintenir la trêve fragile avec Israël, a déclaré au Times of Israel un haut responsable du Hamas, cherchant à apaiser la montée des tensions dûe aux rapports sur la construction de tunnels dans la bande de Gaza.

Malgré les déclarations récentes du Hamas que ses tunnels atteignaient le territoire israélien et qu’il se préparait à lancer des attaques terroristes « de haute qualité » contre des Israéliens depuis la Cisjordanie, le responsable qui a parlé sous couvert d’anonymat a affirmé que « Notre position est claire: nous ne voulons pas d’escalade [de la violence] et nous ne voulons pas la guerre ».

« Nous n’avons aucune intention à l’heure actuelle ou dans l’avenir de commencer une guerre, et de notre point de vue l’option n’est pas à l’ordre du jour, » a dit le responsable, demandant qu’Israël réagisse avec retenue à la récente rhétorique du Hamas.

Le responsable a confié que le Hamas avait envoyé le même message apaisant à Israël par des médiateurs turcs et qataris.

Les dirigeants du groupe terroriste ont également demandé au Coordonnateur spécial pour le processus de paix au Moyen-Orient l’ONU Nikolay Mladenov de transmettre le message aux dirigeants israéliens.

« Nous avons dit à toutes les parties, de la manière la plus claire possible : Nous ne sommes pas intéressés par une guerre. Nous sommes intéressés par une tahdiya [calme temporaire] et par le calme », a dit l’officiel.

Interrogé sur les récents propos de l’adjoint au chef du bureau politique du Hamas et l’ancien Premier ministre basé à Gaza, Ismail Haniyeh, que des tunnels ont été creusés et de nouvelles roquettes ont été testées, le haut fonctionnaire a déclaré que ces propos ont été prononcés lors de l’enterrement de 7 membres de la branche militaire du Hamas, et ne reflètait pas les intentions immédiates du groupe.

« Haniyeh a également déclaré plus d’une fois qu’il n’est pas intéressé par une escalade de la violence », a-t-il rappelé.

Le responsable a indiqué que le Hamas a démontré qu’il est en mesure de prévenir les attaques contre Israël depuis son territoire, comme en témoigne le nombre relativement faible de roquettes tirées depuis la bande de Gaza.

« Il est vrai qu’il y a de temps en temps des tirs [de roquettes], mais c’est très limité, et en général nous contrôlons la situation », a-t-il dit.

L’organisation est « inquiète », a-t-il confirmé, « des intentions d’Israël, et notre sentiment est que les choses peuvent changer à tout moment, parce que le point de vue [d’Israël] [sur la situation] est susceptible de changer à tout moment. »

« Nous le disons de la manière la plus explicite possible, nous nous préparons et sommes prêts à nous défendre, nous avons la possibilité de reprendre le combat, si un conflit devait commencer, et allons faire preuve de détermination. Si Israël a l’intention de prendre des mesures contre la bande de Gaza, il paiera un lourd tribut. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...