Malgré un passé nazi, des parents du prince Philip ont assisté à ses funérailles
Rechercher

Malgré un passé nazi, des parents du prince Philip ont assisté à ses funérailles

Si sa mère avait sauvé une famille juive, les sœurs du duc d'Edimbourg avaient épousé des aristocrates allemands liés à Hitler ; des liens glaciaux s'étaient retissés après-guerre

Stuart Winer est journaliste au Times of Israël

Philipp, le prince de Hohenlohe-Langenburg, deuxième à gauche, lors des funérailles du prince Philip d'Angleterre au château de Windsor, en Angleterre, le 17 avril 2021. (Crédit :  Chris Jackson/Pool via AP)
Philipp, le prince de Hohenlohe-Langenburg, deuxième à gauche, lors des funérailles du prince Philip d'Angleterre au château de Windsor, en Angleterre, le 17 avril 2021. (Crédit : Chris Jackson/Pool via AP)

Trois parents allemands du prince Philip ont figuré parmi les quelques personnes triées sur le volet qui ont assisté à ses funérailles, dans la journée de samedi. Le duc d’Edimbourg avait, de son vivant, spécifiquement demandé que cette partie de sa famille soit représentée lors de sa future inhumation.

Deux arrière-petits-neveux et le petit-fils de l’un de ses cousins ont donc pris part à la cérémonie qui a eu lieu au château de Windsor, en présence de 30 personnes seulement.

Ont ainsi figuré dans l’assistance Bernhard, prince héréditaire de Baden ; le prince Philipp de Hohenlohe-Langenburg, et le prince Donatus, comte de Hesse.

« C’est réellement un honneur incroyable et nous sommes tous extrêmement touchés et privilégiés d’avoir été ainsi conviés à représenter plus largement notre famille », a fait savoir, avant la cérémonie intimiste, le prince Philipp de Hohenlohe-Langenburg.

Le Prince Philipp et Bernhard sont des descendants des sœurs du duc d’Edimbourg, dont les mariages à des aristocrates allemands – certains étaient membres du parti nazi – avaient entraîné un malaise après la guerre.

Le grand-père du prince Donatus, le cousin de Philip, était également membre du parti national-socialiste allemand.

Le prince Henry Donatus de Hesse, comte de Hesse, arrive au porche de Galilée à la chapelle St George du château de Windsor, en Angleterre, pour les funérailles du prince Philip britannique, le 17 avril 2021. (Crédit : Steve Parsons/Pool via AP)

Même si aucun membre de la famille du prince Philip, du côté allemand, n’avait été invité lors du mariage de ce dernier à celle qui, à l’époque, devait encore devenir la reine Elizabeth – en raison des affiliations familiales au parti nazi – le duc d’Edimbourg aura maintenu le contact, plus tard, avec ses proches allemands, avec lesquels il aura finalement entretenu des relations étroites.

Dans un post publié sur sa page Instagram, la semaine dernière, le prince Philipp avait écrit : « Nos pensées attristées et nos condoléances à Sa majesté la reine et à toute votre famille d’Angleterre. Le prince Philip était un vrai gentleman doté d’un formidable sens de l’humour, d’un incroyable sens du devoir et il avait un nombre infini de centres d’intérêt ».

Il avait noté également que le duc d’Edimbourg se montrait « très familier à notre égard à Langenburg, » là où se trouve la demeure familiale.

Philip avait quatre sœurs – les princesses Margarita, Theodora, Cecilie et Sophie – qui avaient toutes épousé des aristocrates allemands après le départ en exil de la famille originaire de Grèce en 1922, suite à un coup d’état qui avait renversé la monarchie.

Sa plus jeune sœur, la princesse Sophie, avait épousé le prince Christoph de Hesse, officier SS allemand, en 1930. L’un de leurs fils, neveu du duc d’Edimbourg, – le prince Karl Adolf Andreas of Hesse – aurait hérité de son prénom de l’admiration vouée par son père à Adolf Hitler.

Le prince Philip britannique arrive à une cérémonie, au château de Windsor, en Angleterre, le 22 juillet 2020. (Crédit : Adrian Dennis / Pool via AP)

Un an plus tard, sa sœur aînée, la princesse Margarita, s’était unie au prince Gottfried de Hohenlohe-Langenburg d’Allemagne, un parent éloigné de la reine Victoria. En 1937, l’homme avait rejoint le parti nazi, il avait combattu au sein de l’armée allemande, au grade d’officier, pendant la Seconde Guerre mondiale et il avait été grièvement blessé. Il avait toutefois été renvoyé de l’armée suite à une tentative d’attentat manquée contre Adolf Hitler en 1944.

En 1931, la princesse Theodora avait épousé Berthold, marquis de Baden, qui avait été blessé alors qu’il combattait aux côtés de l’armée allemande pendant la guerre.

La même année, la princesse Cecilie devait épouser l’homme qui allait devenir le grand duc George Donatus de Hesse. Le couple avait rejoint le parti nazi en 1937. Cecilie, George et trois de leurs enfants allaient mourir, quelques mois plus tard, lors d’un accident d’avion. Un quatrième enfant devait succomber à une méningite en 1939, alors qu’il avait deux ans.

Philip, qui n’avait que 16 ans à ce moment-là, s’était rendu lors de ses funérailles qui avaient été organisées à Darmstadt, près de Francfort, en 1937. Une photo de l’époque le montre entouré des membres de sa famille et de dignitaires – dont un grand nombre porte l’uniforme nazi. L’histoire raconte que ce jour-là, la foule qui avait pris d’assaut les rues lors de l’inhumation avait fait le salut nazi et crié : « Heil Hitler ».

Si Philip devait servir à un poste d’officier au sein de la marine royale, pendant la Seconde Guerre mondiale, deux de ses beaux-frères devaient combattre aux côtés des forces allemandes.

Les trois membres de la famille du duc d’Edimbourg qui ont pris part aux funérailles du côté allemand restent des personnalités éminentes de l’aristocratie du pays.

Le prince Donatus, âgé de 54 ans, est à la tête de la maison de Hesse, la famille dans laquelle étaient entrées par mariage deux des sœurs de Philip, Cecilie et Sophie. Son grand-père, Philipp, comte de Hasse, avait rejoint le parti nazi dès 1930 et il était proche de Hitler – mais il s’était ensuite opposé au Führer qui l’avait emprisonné au camp de concentration de Flossenburg. Son épouse, la princesse Mafalda, avait été emmenée à Buchenwald où elle était morte pendant un bombardement du camp, avait fait savoir The Spectator en 2006. Philipp, pour sa part, avait été libéré de Flossenburg par les Alliés. Il avait retrouvé définitivement sa liberté après un interrogatoire.

Le petit-fils de la princesse Margarita, le prince Philipp, 51 ans, et le petit-fils de la princesse Theodora – Bernhard, prince héréditaire de Baden, âgé de 50 ans – étaient les arrière-petits neveux du prince Philip d’Angleterre.

Le prince héréditaire Bernhard de Baden et son épouse, la princesse Stephanie, lors d’une soirée festive au théâtre de Baden-Baden, en Allemagne, le 11 mai 2021. (Crédit : Uli Deck/DPA via AP)

Les trois Allemands étaient arrivés en Grande-Bretagne la semaine dernière et ils ont passé leur quarantaine obligatoire dans une maison située à proximité d’Ascot avant la cérémonie.

Si les sœurs du prince Philip s’étaient intimement liées aux nazis, la princesse Alice de Grèce, sa mère, avait sauvé une famille juive en la cachant pendant la Seconde Guerre mondiale, ce qui lui a valu d’être reconnue comme « Juste parmi les Nations par le musée de la Shoah Yad Vashem, en Israël.

Evy Cohen, dont la grand-mère, l’oncle et la tante avaient été sauvés des nazis par la princesse Alice de Grèce, a ainsi rendu hommage samedi à une princesse « aux qualités extraordinaires » lors d’une diffusion télévisée des funérailles du prince Philip sur une chaîne israélienne.

Alice avait abrité la famille pendant plus d’un an.

« A une occasion, la Gestapo était venue à la résidence parce qu’elle avait sans doute entendu dire qu’il y avait des Juifs là-bas », a raconté Cohen. « Et elle a utilisé sa surdité réelle – elle pouvait lire sur les lèves très, très bien – mais elle a utilisé sa surdité pour dire qu’elle ne parvenait pas à comprendre ce dont les nazis parlaient. La Gestapo est partie et elle n’est jamais revenue ».

Evy Cohen, dont la grand-mère, la tante et l’oncle ont été sauvés des nazis par la princesse Alice de Grèce, interrogée le 17 avril 2021. (Capture d’écran : Douzième chaîne)

Le Prince Philip, décédé le 9 avril à l’âge de 99 ans et qui a été inhumé samedi, avait fait une visite historique en Israël en 1994 – la première visite réalisée par un membre de la famille royale britannique – pour rendre hommage à Alice, qui est enterrée sur le mont des Oliviers à Jérusalem.

La princesse Sophie et le prince Philip dans la salle des souvenirs, à Yad Vashem, déposent une gerbe en l’honneur des victimes de la Shoah, le 30 octobre 1994. (Crédit : Yad Vashem)

Il était venu accepter la reconnaissance comme « Juste parmi les Nations » par Yad Vashem de sa mère, pour le secours qu’elle avait apporté à la famille Cohen, soulignant dans un discours que la princesse Alice ne lui avait jamais raconté ce qu’elle avait fait. Il était accompagné, lors de ce séjour, par sa sœur, la princesse Sophie – la mère du prince Karl Adolf Andreas.

L’équipe du Times of Israel a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...