Shoah : Evy Cohen rend hommage à la mère du Prince Philip qui a sauvé sa famille
Rechercher

Shoah : Evy Cohen rend hommage à la mère du Prince Philip qui a sauvé sa famille

Pendant la cérémonie des funérailles du prince diffusée la la télé israélienne, la descendante a salué la princesse Alice qui avait sauvé sa grand-mère, son oncle et sa tante

Le prince Philip d'Angleterre escorte sa mère, la princesse Alice Andreas de Grèce, lors du mariage de la princesse  Margarita de Baden et du Prince Tomislav de Yougoslavie après la cérémonie religieuse, à Salem, en Allemagne, le 5 juin 1957. (Crédit :  AP Photo)
Le prince Philip d'Angleterre escorte sa mère, la princesse Alice Andreas de Grèce, lors du mariage de la princesse Margarita de Baden et du Prince Tomislav de Yougoslavie après la cérémonie religieuse, à Salem, en Allemagne, le 5 juin 1957. (Crédit : AP Photo)

Evy Cohen, dont la grand-mère, l’oncle et la tante avaient été sauvés des nazis par la princesse Alice de Grèce, a rendu hommage samedi à une princesse « aux qualités extraordinaires » lors d’une diffusion télévisée des funérailles du prince Philip sur une chaîne israélienne.

Cohen, qui vit en France, a noté que la mère du duc d’Edimbourg avait connu son grand-père, Haimaki, un ancien politicien grec, des décennies avant la Shoah mais qu’au moment où sa famille avait fait appel à elle, pendant l’occupation nazie de la Grèce, « elle ne s’en rappelait probablement pas ».

Toutefois, quand la famille était parvenue à entrer en contact avec elle – initialement par le biais d’une femme qui jouait aux cartes avec la princesse dont cette dernière avait estimé qu’elle n’était pas digne de confiance, puis via un émissaire qu’elle avait trouvé beaucoup plus fiable – l’aristocrate avait immédiatement répondu qu’elle serait « plus qu’heureuse » d’accueillir les Cohen dans sa résidence.

« C’est une histoire de film. Cela n’a rien de réel. Et pourtant, cela a été la réalité », a déclaré Evy devant les caméras de la Douzième chaîne. Ses parents avaient ainsi rencontré « la bonne personne », qui les avait mis en contact avec Alice, « au bon moment ». Et concernant « la princesse elle-même, cela avait été aussi un miracle parce qu’elle avait réellement voulu les accueillir ».

« La famille était en grand danger », a souligné Cohen. « Ils se sont donc ensuite installés à Athènes. Ils ont ainsi réussi à échapper à l’arrestation de 95 % de la population juive de Salonique, envoyée dans les camps de la mort ».

Evy Cohen, dont la grand-mère, la tante et l’oncle ont été sauvés des nazis par la princesse Alice de Grèce, interrogée le 17 avril 2021. (Capture d’écran : Douzième chaîne)

Alice les avait abrités pendant plus d’un an. « A une occasion, la Gestapo était venue à la résidence parce qu’elle avait sans doute entendu dire qu’il y avait des Juifs là-bas », a raconté Cohen. « Et elle a utilisé sa surdité réelle – elle pouvait lire sur les lèves très, très bien – mais elle a utilisé sa surdité pour dire qu’elle ne parvenait pas à comprendre ce dont les nazis parlaient. La Gestapo est partie et elle n’est jamais revenue ».

Trois des filles d’Alice avaient épousé « des Allemands, des officiels nazis mais son fils, le prince Philip, combattait aux côtés des soldats britanniques en même temps », a précisé Cohen, qui a rendu hommage à la princesse, une « humaniste » aux « qualités extraordinaires ».

« Ce qu’a fait la princesse Alice en réalité, c’est qu’elle a sauvé toute la famille », avait déclaré Cohen dans de précédents entretiens. Clairement, je n’aurais jamais vu le jour, je n’aurais pas été là, jamais je ne serais née sans elle. »

Des croque-morts transportent le cercueil du Prince Philip, duc d’Edinburgh, pendant ses funérailles, à la chapelle Saint George du château de Windsor, en Angleterre, le 17 avril 2021. (Crédit : Dominic Lipinski/Pool via AP)

Le Prince Philip, décédé le 9 avril à l’âge de 99 ans et qui a été inhumé samedi, avait fait une visite historique en Israël en 1994 – la première visite réalisée par un membre de la famille royale britannique – pour rendre hommage à Alice, qui est enterrée sur le mont des Oliviers à Jérusalem.

Il était venu accepter la reconnaissance comme « Juste parmi les Nations » par Yad Vashem de sa mère, pour le secours qu’elle avait apporté à la famille Cohen, soulignant dans un discours que la princesse Alice ne lui avait jamais raconté ce qu’elle avait fait.

Le directeur de Yad Vashem Avner Shalev présente au Prince Philip le certificat de « Juste parmi les nations » et la médaille au nom de la princesse Alice au cours d’une cérémonie à Jérusalem, le 30 octobre 1994. (Crédit : Yad Vahsme)

« Nous ignorions – une information dont, pour autant que je le sache, elle n’a jamais fait part à qui que ce soit – qu’elle avait offert un refuge à la famille Cohen à un moment où tous les Juifs d’Athènes couraient l’immense danger de se faire arrêter et d’être envoyés dans les camps de concentration », avait dit Philip.

« Cette réticence peut sembler étrange rétrospectivement mais je soupçonne ma mère de ne jamais avoir pensé que ces agissements pouvaient être, d’une certaine manière, particuliers. Elle a dû avoir considéré que sa réaction à l’égard d’êtres humains en détresse était parfaitement naturelle. Vous devez également conserver à l’esprit qu’elle était parfaitement consciente, depuis de nombreuses années, des persécutions exercées par les nazis à l’encontre des Juifs, » avait-il ajouté.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...