Rechercher

Manifestation à Jérusalem pour accueillir des Juifs éthiopiens « en danger »

"Alyah, maintenant" et "Sauvez-les", scandaient des manifestants munis de photos de leurs proches, rejoints par la ministre de l'Immigration, Pnina Tamano-Shata, native d'Ethiopie

  • Des Israéliens de la communauté éthiopienne tiennent des photos de leurs proches lors d'une manifestation demandant le sauvetage de leurs parents restés au pays pendant le conflit en Éthiopie, devant le bureau du Premier ministre, rue Kaplan à Jérusalem, le 14 novembre 2021. (Crédit : AHMAD GHARABLI / AFP)
    Des Israéliens de la communauté éthiopienne tiennent des photos de leurs proches lors d'une manifestation demandant le sauvetage de leurs parents restés au pays pendant le conflit en Éthiopie, devant le bureau du Premier ministre, rue Kaplan à Jérusalem, le 14 novembre 2021. (Crédit : AHMAD GHARABLI / AFP)
  • La ministre de l'Intégration Pnina Tamano Shata, avec des Israéliens de la communauté éthiopienne qui tiennent des photos de leurs proches lors d'une manifestation demandant le sauvetage de leurs parents restés au pays pendant le conflit en Éthiopie, devant le bureau du Premier ministre, rue Kaplan à Jérusalem, le 14 novembre 2021. (Crédit : AHMAD GHARABLI / AFP)
    La ministre de l'Intégration Pnina Tamano Shata, avec des Israéliens de la communauté éthiopienne qui tiennent des photos de leurs proches lors d'une manifestation demandant le sauvetage de leurs parents restés au pays pendant le conflit en Éthiopie, devant le bureau du Premier ministre, rue Kaplan à Jérusalem, le 14 novembre 2021. (Crédit : AHMAD GHARABLI / AFP)
  • Des Israéliens de la communauté éthiopienne tiennent des photos de leurs proches lors d'une manifestation demandant le sauvetage de leurs parents restés au pays pendant le conflit en Éthiopie, devant le bureau du Premier ministre, rue Kaplan à Jérusalem, le 14 novembre 2021. (Crédit : AHMAD GHARABLI / AFP)
    Des Israéliens de la communauté éthiopienne tiennent des photos de leurs proches lors d'une manifestation demandant le sauvetage de leurs parents restés au pays pendant le conflit en Éthiopie, devant le bureau du Premier ministre, rue Kaplan à Jérusalem, le 14 novembre 2021. (Crédit : AHMAD GHARABLI / AFP)
  • Israelis from the Ethiopian community hold photographs of their relatives during a demonstration demanding the rescue of their relatives left behind amidst the conflict in Ethiopia, outside the Prime Minister's office on Kaplan Street in Jerusalem on November 14, 2021. (Photo by AHMAD GHARABLI / AFP)
    Israelis from the Ethiopian community hold photographs of their relatives during a demonstration demanding the rescue of their relatives left behind amidst the conflict in Ethiopia, outside the Prime Minister's office on Kaplan Street in Jerusalem on November 14, 2021. (Photo by AHMAD GHARABLI / AFP)

Plusieurs centaines de personnes ont manifesté dimanche à Jérusalem pour demander au gouvernement israélien d’accueillir des « Juifs éthiopiens en danger » dans leur pays en proie à un conflit civil, a constaté un photographe de l’AFP.

« Alyah (immigration), maintenant » et « Sauvez-les », scandaient des manifestants, portant des photos de leurs proches, rejoints par la ministre de l’Immigration, Pnina Tamano-Shata, elle-même native d’Ethiopie, devant le bureau du Premier ministre israélien Naftali Bennett.

« Je m’engage à ne pas abandonner ce combat pour faire venir nos familles en Israël », a affirmé la ministre durant la manifestation.

Les manifestants affirment que leurs proches sont en danger en raison de la guerre dans la région du Tigré alors que les combattants du Front de libération du peuple du Tigré (TPLF) ont avancé ces derniers mois dans les régions voisines de l’Afar et l’Amhara, n’excluant pas de marcher sur la capitale Addis Abeba.

« Le gouvernement israélien doit faire venir les juifs d’Ethiopie avant qu’il y ait une catastrophe », affirme dans un communiqué le comité de lutte pour l’immigration des juifs d’Ethiopie à l’origine de cette manifestation.

Selon cette organisation, les ministères de l’Intérieur et de l’Immigration se sont entendus pour faciliter l’arrivée de 5 000 Ethiopiens dont des membres de la famille vivent en Israël.

Contactés par l’AFP, des responsables de ces ministères n’ont pas confirmé cette mesure, indiquant qu’aucune décision n’avait été prise sur le sujet.

La ministre de l’Intégration Pnina Tamano Shata, avec des Israéliens de la communauté éthiopienne qui tiennent des photos de leurs proches lors d’une manifestation demandant le sauvetage de leurs parents restés au pays pendant le conflit en Éthiopie, devant le bureau du Premier ministre, rue Kaplan à Jérusalem, le 14 novembre 2021. (Crédit : AHMAD GHARABLI / AFP)

Le gouvernement israélien avait donné son feu vert fin 2020 à l’immigration de 2 000 membres de la communauté des Falashmuras, au nom du regroupement familial.

Les Falashmuras, des convertis de force au christianisme au XIXe siècle mais qui affirment être des descendants des Juifs éthiopiens, ne bénéficient pas de la Loi du retour permettant à tout juif de la diaspora d’immigrer en Israël et d’en devenir automatiquement citoyen.

La communauté juive éthiopienne d’Israël compte plus de 140 000 personnes.

Ces dernières années, ils ont organisé une série de manifestations pour dénoncer le racisme et les discriminations auxquels ils disent être confrontés et pour exiger que des membres des familles restés en Ethiopie puissent les rejoindre.

Des centaines d’Israéliens éthiopiens pendant une manifestation anti-racisme à Jérusalem, le 30 avril 2015. (Crédit : Yonatan SIndel/Flash90)

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...