Rechercher

Menaces du Hamas après des appels à des sacrifices pour Pessah sur le mont du Temple

Les autorités israéliennes ont indiqué qu'elles s'opposeraient au projet du groupe "Retour au mont" qui promet des récompenses ; la Jordanie et l'AP ont condamné la publication

Un mouton est transporté en vue de la cérémonie du sacrifice pascal à Beit Orot à Jérusalem-Est, le 18 avril 2016. (Crédit : Hadas Parush/Flash90)
Un mouton est transporté en vue de la cérémonie du sacrifice pascal à Beit Orot à Jérusalem-Est, le 18 avril 2016. (Crédit : Hadas Parush/Flash90)

Le groupe terroriste du Hamas a menacé mercredi Israël en réaction au projet d’extrémistes juifs de procéder à des sacrifices rituels sur le mont du Temple, à Jérusalem, affirmant qu’il ne le permettrait « à aucun prix ». Les factions terroristes de Gaza devaient se réunir pour envisager une réaction commune aux « agressions » présumées.

Les autorités israéliennes ont, de leur côté, promis de déjouer toute tentative d’introduire des animaux sacrificiels dans l’enceinte, comme elles l’ont déjà fait par le passé.

Le groupe extrémiste « Retour au mont », qui prône la construction d’un troisième temple, a annoncé sur Facebook qu’il offrirait une récompense en espèces à ceux qui réussiraient à sacrifier un agneau sur le mont du Temple, ainsi qu’à ceux qui seraient interpellés dans leur tentative.

Le mont du Temple, connu des musulmans sous le nom de Haram al-Sharif, est le site le plus saint du judaïsme et le troisième plus saint de l’islam. En vertu d’un statu quo très fragile, les Juifs sont autorisés à visiter l’enceinte mais ne peuvent pas y prier ni y accomplir de rituel religieux.

Un petit groupe d’extrémistes juifs tente régulièrement de pratiquer le sacrifice de Pessah prescrit par la Bible sur le mont du Temple. Mais la police en a toujours empêché les auteurs en les interpellant.

Cette année, la campagne des extrémistes a eu un fort écho dans les médias palestiniens et arabes à la suite d’une publication sur les réseaux sociaux offrant une récompense en espèces à ceux qui en feraient la tentative, même s’ils se faisaient arrêter.

« Arrêté ? 400 shekels. Arrêté avec une chèvre ou un agneau ? 800 shekels. Vous avez réussi à faire le sacrifice ? 10 000 shekels », peut-on lire dans le message de Retour au mont.

La publication a suscité, en réaction, des menaces de la part du Hamas et la condamnation de la Jordanie et de l’Autorité palestinienne.

« Nous rappelons que notre peuple ne le permettra à aucun prix. »

« Nous rappelons que cela constitue une escalade dangereuse qui s’affranchit de toutes les lignes rouges. C’est une attaque directe contre les croyances et sentiments de notre peuple, de notre nation, particulièrement pendant ce mois sacré », a déclaré le Hamas, faisant référence au Ramadan.

« Nous tenons [Israël] responsable de toutes les conséquences qui pourraient en découler », a-t-il averti.

Le porte-parole arabophone du Premier ministre, Naftali Bennett, a nié l’existence de projets d’introduire des sacrifices au sommet de la colline, et a déclaré que toute tentative de le faire se heurterait à l’action de la police.

« Les allégations selon lesquelles des Juifs auraient l’intention de pratiquer des sacrifices sur Haram al-Sharif sont complètement fausses et sont promues par des organisations terroristes palestiniennes et d’autres pour inciter à la haine », a écrit Ofir Gendelman sur Twitter.

« Nous nous attacherons à préserver le statu quo dans les lieux saints et ne permettrons aucun trouble à la sécurité ou à l’ordre public, que ce soit à Jérusalem ou ailleurs », a-t-il ajouté.

Selon les médias pro-Hamas, le chef du Hamas à Gaza, Yahya Sinwar, devait accueillir mercredi une réunion des factions du groupe terroriste pour évoquer les réactions possibles aux tensions croissantes entre Israël et Palestiniens.

La police israélienne escorte un groupe de Juifs religieux alors qu’ils visitent le mont du Temple, dans la Vieille Ville de Jérusalem, le 31 mars 2022. (Crédit : Jamal Awad / Flash90)

Entre autres questions à l’ordre du jour, les factions devaient discuter des « menaces sionistes d’envahir la mosquée Al-Aqsa, vendredi, et d’y pratiquer des sacrifices », a indiqué une source de haut niveau à Safa News.

Le responsable du Hamas, Zaher Jabareen, a précisé que le groupe terroriste avait informé les médiateurs qu’Israël « jouait avec le feu » avec ses prétendues « agressions » à Jérusalem et contre la mosquée Al-Aqsa.

« C’est une ligne rouge avec laquelle Israël joue. C’est inacceptable pour les Palestiniens », a déclaré Jabareen.

Un haut responsable du Jihad islamique, Khadr Habib, a déclaré que son groupe offrirait un front uni sur la question.

« La position des factions sera forte. Tout le monde soutiendra la décision qui sera prise », a indiqué Habib.

Le Hamas avait déjà évoqué la question des sacrifices dans plusieurs déclarations publiées la semaine passée, y compris dans une déclaration se réjouissant de l’attentat terroriste meurtrier perpétré à Tel Aviv.

Le mont du Temple est l’épicentre émotionnel du conflit israélo-palestinien et les tensions qui s’y concentrent peuvent facilement dégénérer en conflagrations plus graves. L’action de la police pour y réprimer les émeutes, l’an dernier, avait contribué à déclencher la guerre de 11 jours à Gaza en mai 2021.

La police a indiqué que des tentatives de sacrifice d’agneaux sur le mont du Temple se produisaient chaque année. Depuis longtemps, des fanatiques contestent les restrictions et tentent de pratiquer des sacrifices à l’endroit de la Vieille Ville de Jérusalem où se trouvaient les temples bibliques.

Des prêtres juifs s’exercent au sacrifice pascal dans la vieille ville de Jérusalem le 15 avril 2019. (Crédit : Noam Revkin Fenton/Flash90)

Par le passé, des cérémonies de sacrifice ont pu avoir lieu, avec l’autorisation de la police, en d’autres quartiers de la Vieille Ville.

« Le but est de renouer avec le sacrifice de Pessah. Oui, c’est l’objectif. Chaque année, nous essayons de procéder au sacrifice et nous nous faisons arrêter. Cette année, nous avons publié cette annonce et eu un écho réellement impressionnant », a déclaré Raphael Morris, responsable de Retour au mont, à la Douzième chaîne mercredi.

La Torah prescrit le sacrifice de l’agneau pascal à la veille de Pessah, qui commence le vendredi soir. Selon la Bible, la viande doit être mangée le premier soir de la fête, avec du pain sans levain – matzah – et des herbes amères. Les sacrifices rituels juifs ont pris fin avec la destruction du Second Temple, en 70 de notre ère.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...