Rechercher

Michal Klein/Walla : « Tout ce qui était lié à Netanyahu devait être approuvé »

L'ex-cheffe du département d'information de Walla a témoigné au procès de l'Affaire 4000, dans laquelle l'ex-Premier ministre est poursuivi pour corruption

La cheffe du département de l'information du site Walla Michal Klein lors de son témoignage dans le procès de l'ex-Premier ministre Benjamin Netanyahu devant la Cour de district de Jérusalem, le 18 octobre 2021. (Crédit : , Yonatan Sindel/Flash90)
La cheffe du département de l'information du site Walla Michal Klein lors de son témoignage dans le procès de l'ex-Premier ministre Benjamin Netanyahu devant la Cour de district de Jérusalem, le 18 octobre 2021. (Crédit : , Yonatan Sindel/Flash90)

Apportant son témoignage au procès de Benjamin Netanyahu, lundi, l’ancienne responsable du bureau de l’information du site Walla a déclaré que lorsqu’elle dirigeait ce département, tout ce qui était publié en liaison avec la famille Netanyahu devait être approuvé au préalable par son supérieur qui bloquait les articles négatifs à l’encontre de l’ex-Premier ministre et de ses proches.

« Quand j’ai été nommée à la tête du bureau de l’information, j’ai compris – de ce que m’avait dit à l’époque [le directeur-général de Walla] Ilan [Yeshua] – que tout ce qui était relatif à la famille Netanyahu devait être approuvé par lui », a déclaré Michal Klein pendant son témoignage dans la dite Affaire 4000.

Dans ce dossier – c’est l’un des trois qui visent l’ancien chef de gouvernement – Netanyahu est accusé d’avoir abusé de son autorité lorsqu’il était à la fois Premier ministre et ministre des Communications, de 2014 à 2017. Netanyahu est accusé d’avoir privilégié de manière illicite et lucrative les intérêts de l’actionnaire majoritaire de la firme de télécommunications Bezeq, Shaul Elovitch, en échange d’une couverture positive des actions du Premier ministre sur le site d’information Walla, propriété de Bezeq.

Netanyahu est accusé de corruption, de fraude et d’abus de confiance, tandis qu’Elovitch et son épouse doivent répondre de corruption. Les trois accusés n’ont cessé de clamer leur innocence.

A LIRE / Etat d’Israël vs. Netanyahu : détails de l’acte d’accusation du Premier ministre

En réponse aux questions posées par le procureur du parquet, Amir Tabenkin, Klein s’est souvenue que peu après avoir été recrutée à son poste, elle avait « commencé à recevoir des communiqués de presse [du porte-parole de Netanyahu à ce moment-là] Nir Hefetz, la plupart liés à Sara Netanyahu. On m’a dit quand ils devaient être placés en tête du site et pour combien de temps ».

« Je me suis pas mal disputée avec Ilan Yeshua. Il y avait des moments où j’ai pu me dire que j’allais choisir mes combats contre Ilan. Par exemple, je ne me suis pas querellée sur un article positif qui avait été écrit au sujet de Sara Netanyahu. Pourquoi ? Parce que j’ai estimé que ce n’était pas aussi grave que de censurer un article négatif », a-t-elle continué.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu et Nir Hefetz, à gauche, lorsqu’il était à la tête de l’administration d’information nationale, arrivent à la réunion hebdomadaire de cabinet au bureau du Premier ministre de Jérusalem, le dimanche 27 décembre 2009 (Crédit : Yossi Zamir/Flash 90)

Lors de ses propres apparitions devant la cour, pendant plusieurs mois, Yeshua avait affirmé avoir subi des pressions similaires de la part des conseillers de Netanyahu.

« Ilan me disait : ‘Tu sais, ça me rend malade’, ou ‘c’est très dur pour moi’. Il me disait : ‘On est dans le même bateau’ – des choses comme ça. Il nous faisait savoir ainsi que lui aussi se trouvait dans cette situation difficile. C’était peut-être une manière de calmer les objections », a continué Klein.

L’ancienne responsable du site s’est aussi rappelée de la censure exercée sur des articles négatifs en général qui n’avaient rien à voir directement avec Netanyahu.

« Le premier incident de ce type, je m’en souviens, c’est quand je me suis coordonnée avec les journalistes avant les élections de 2013 », a dit Klein.

L’ancien PDG du site d’information Walla, Ilan Yeshua, arrive pour son témoignage dans l’affaire contre l’ancien Premier ministre Benjamin Netanyahu au tribunal de district de Jérusalem, le 29 septembre 2021. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

« On était au desk et on échangeait nos idées sur un rapport sur la pauvreté. On collectait des réponses et on préparait un article politique de suivi. Peu après, on nous a dit que l’article devait figurer en bas du site », a-t-elle expliqué.

Alors qu’il lui était demandé pourquoi elle était restée à son poste alors qu’elle ressentait un malaise face aux contraintes imposées, Klein a répété qu’elle avait tenté de tirer le meilleur d’une situation mauvaise et que ses éventuels remplaçants auraient rencontré les mêmes consignes – ajoutant qu’elle devait gagner sa vie pour répondre aux besoins de sa famille et qu’elle trouvait que le travail effectué par Walla conservait néanmoins de la valeur.

Le procès a officiellement commencé au mois de mai 2020 mais il a subi une série de reports et des mois de pause. La phase de présentation des preuves a débuté au mois d’avril, cette année. De son côté, Netanyahu a largement brillé par son absence dans la salle d’audience.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...