Pence à Jérusalem, en ami pour les Israéliens, importun pour les Palestiniens
Rechercher

Pence à Jérusalem, en ami pour les Israéliens, importun pour les Palestiniens

Plusieurs dignitaires, dont David Friedman et Ron Dermer, font partie du comité d'accueil ; le vice-président espère que "l'Autorité palestinienne reprendra bientôt le dialogue"

Le vice-président américain Mike Pence et son épouse Karen Pence à leur arrivée à Ben Gurion, l' 21 janvier 2018. (Crédit : AFP / Jack GUEZ)
Le vice-président américain Mike Pence et son épouse Karen Pence à leur arrivée à Ben Gurion, l' 21 janvier 2018. (Crédit : AFP / Jack GUEZ)

Le vice-président américain Mike Pence est arrivé dimanche soir en Israël où il sera reçu les bras grands ouverts alors que les Palestiniens traiteront sa venue par le dédain.

La visite de M. Pence, arrivé de Jordanie pour l’ultime étape de sa première tournée dans la région commencée samedi en Egypte, est placée sous le signe de la reconnaissance de Jérusalem comme la capitale d’Israël par les Etats-Unis.

En rompant unilatéralement le 6 décembre avec des décennies de diplomatie américaine et avec le consensus international, le président américain Donald Trump a réalisé pour les Israéliens un acte « historique » reconnaissant le lien millénaire entre les juifs et la ville.

Les Palestiniens au contraire, considèrent qu’il a ouvertement manifesté le parti pris pro-israélien affiché depuis des mois, et disqualifié les Etats-Unis dans le rôle de médiateur de l’effort de paix. Fait exceptionnel au cours d’une telle visite, M. Pence ne devrait rencontrer aucun dirigeant palestinien.

M. Pence a dit espérer que « l’Autorité palestinienne reprenne bientôt le dialogue », lors d’une visite surprise à des soldats américains combattant l’Etat islamique près de la frontière syrienne, après avoir rencontré le roi Abdallah II de Jordanie et avant de prendre le chemin d’Israël.

Des panneaux pour souhaiter la bienvenue au vice-président américain Mike Pence, à Jérusalem, le 21 janvier 2018. (Crédit : Menahem KAHANA / AFP)

De grandes affiches ont été placardées dans Jérusalem pavoisés de drapeaux américains, et des encarts publiés dans la presse israélienne pour souhaiter la bienvenue à M. Pence, « véritable ami de Sion ».

ברוך הבא, ידידי סגן הנשיא מייק פנס!

Posted by ‎Benjamin Netanyahu – בנימין נתניהו‎ on Sunday, 21 January 2018

« Un grand ami, un véritable ami de l’Etat d’Israël arrive ce soir », a déclaré le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu à l’occasion du conseil des ministres.

Il a été accueilli à l’aéroport international Ben Gurion par le ministre du Tourisme Yariv Levin. D’autres dignitaires, notamment l’ambassadeur américain David Friedman, et l’envoyé israélien aux Etats-Unis Ron Dermer, font partie du comité d’accueil.

Lors de la cérémonie de bienvenue à l’aéroport, Levin a remercié Pence pour la reconnaissance de Jérusalem comme capitale d’Israël par les Etats-Unis.

« Je l’ai félicité pour sa visite en Israël et je l’ai remercié pour son rôle important dans la déclaration du président concernant Jérusalem », a-t-il expliqué aux journalistes. « J’ai exprimé notre profonde gratitude pour son amitié avec l’Etat d’Israël ».

Le président américain Donald Trump pose pour un selfie avec le député Oren Hazan à l’aéroport Ben Gurion le 22 mai 2017 (Oren Hazan)

Sur Twitter, dans un anglais approximatif, le député agitateur Oren Hazan a souhaité la bienvenue au vice président « Mike Penes » (sic) et espéré que « personne ne viendrait [les] déranger pour [leur] selfie », faisant référence à sa photo prise en mai dernier avec Donal Trump.

« M. le Vice Président Mike Penes (sic), mon ami, Bienvenue dans notre terre sainte », a-t-il écrit. « Je tenais à m’excuser : je n’ai pas pu vous accueillir à l’aéroport. Je vous attendrai à Jérusalem, notre capitale éternelle. J’espère que personne ne viendra nous déranger pour notre selfie. »

La Route 1, qui relie Tel Aviv à la capitale, sera fermée le temps que le convoi Pence se rende de l’aéroport à l’hôtel King David, dans le centre de Jérusalem, ont indiqué les autorités.

Certains tronçons de la Route 6, à proximité de l’échangeur Ben Shemen, sont également fermés. Les autorités suggèrent d’emprunter la Route 443, qui traverse la Cisjordanie, comme itinéraire alternatif.

Pendant le séjour de M. Pence à Jérusalem jusqu’à mardi soir, les dirigeants israéliens s’entretiendront avec lui des « actes d’agression » de l’Iran et de ses activités nucléaires, ainsi que de « sécurité et de paix », a dit M. Netanyahu.

M. Pence, accompagné de son épouse Karen dans son voyage, aura les honneurs lundi du parlement israélien.

Un jeune Palestinien piétine une affiche à l’effigie du vice-président américain Mike Pence, durant une manifestation à Bethléhem, le 21 janvier 2018. (Crédit : AFP / Musa AL SHAER)

Une coalition des partis arabes au Parlement israélien a annoncé qu’elle boycotterait son discours à la Knesset, qualifiant M. Pence d’homme « dangereux et messianique ». Les organisations palestiniennes ont appelé à la manifestation et à la grève générale mardi.

Il déposera une gerbe au mémorial de l’Holocauste mardi. Puis il se rendra au mur des Lamentations, marchant ainsi sur les pas de M. Trump qui était allé s’y recueillir en mai, accomplissant ce qu’aucun président américain en exercice n’avait fait avant lui du fait de la localisation de ce site sacré juif dans la Vieille ville à Jérusalem-Est.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...