Miki Zohar interrogé par la police pour ses menaces visant le procureur général
Rechercher

Miki Zohar interrogé par la police pour ses menaces visant le procureur général

L'allié de Netanyahu a parlé de "triste jour pour la démocratie", des semaines après avoir annoncé la publication d'informations préjudiciables si Mandelblit ne démissionnait pas

Le député Likud Miki Zohar préside une réunion de la commission parlementaire sur un projet de loi visant à dissoudre la Knesset et à organiser de nouvelles élections, le 28 mai 2019. (Noam Revkin Fenton/Flash90)
Le député Likud Miki Zohar préside une réunion de la commission parlementaire sur un projet de loi visant à dissoudre la Knesset et à organiser de nouvelles élections, le 28 mai 2019. (Noam Revkin Fenton/Flash90)

Le député du Likud Miki Zohar, un proche allié du Premier ministre Benjamin Netanyahu, a été interrogé par la police jeudi, soupçonné d’extorsion suite à une menace qu’il a faite le mois dernier à l’encontre du procureur général Avichai Mandelblit.

Cette affaire a provoqué un violent retour de bâton de la part des partisans de Netanyahu contre les forces de l’ordre et la communauté judiciaire, notamment de la part du ministre de la Police Amir Ohana, qui a qualifié l’interrogatoire de « honteux ».

Mandelblit a subi d’intenses pressions de la part des partisans de Netanyahu en raison de sa décision d’inculper le Premier ministre pour corruption et autres délits dans trois affaires pénales.

À la mi-octobre, la Douzième chaîne a diffusé des conversations téléphoniques enregistrées dans lesquelles on entend Mandelblit se plaindre amèrement de Shai Nitzan, le procureur de l’État de l’époque, pour ne pas avoir clos une affaire pénale contre lui.

Un jour plus tard, Zohar a réclamé la démission de Mandelblit dans une interview à la radio et a averti que s’il ne démissionnait pas, d’autres enregistrements préjudiciables pourraient être publiés.

L’affaire ouverte contre Mandelblit a été utilisée comme une arme contre lui par des proches de Netanyahu qui ont cherché à discréditer le ministère public alors qu’il poursuit les accusations de corruption contre le Premier ministre.

La diffusion des enregistrements par la Douzième chaîne a été considérée par les alliés de Netanyahu comme soutenant une théorie du complot sans fondement, selon laquelle le procureur général avait été victime de chantage de la part du procureur général, des procureurs et de la police pour engager des poursuites dans le cadre d’une « chasse aux sorcières » visant à évincer le Premier ministre.

Les enregistrements, tout en mettant en évidence un conflit entre Mandelblit et Nitzan des années avant le début des enquêtes sur Netanyahu, n’ont pas fourni de preuves d’un tel chantage.

A l’époque, Zohar a déclaré à Radio 103FM : « Je peux vous garantir que d’autres choses seront bientôt révélées. S’il ne démissionne pas, ce sera un tremblement de terre. Mandelblit n’aura pas d’autre choix que de démissionner et d’annuler les actes d’accusation contre Netanyahu ».

Il a refusé de détailler les informations supplémentaires, mais a déclaré qu’il y avait plus de conversations enregistrées et que Nitzan était assis sur des informations qui pourraient « mettre Mandelblit derrière les barreaux ».

La menace de Zohar a été condamnée à l’époque par Netanyahu et par le parti Kakhol lavan de Benny Gantz, ainsi que par Mandelblit lui-même.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu (à gauche) et le procureur général Avichai Mandelblit lors d’une réunion du gouvernement en juillet 2015, quand Mandelblit était secrétaire du cabinet. (Crédit : Emil Salman/POOL)

L’avocat, Gonen Ben Yitzhak, avait déposé une plainte contre Zohar suite à ces propos, alléguant qu’il faisait du chantage à Mandelblit et de l’obstruction à la justice. Mandelblit avait déclaré qu’un membre du ministère public s’occuperait de la plainte à sa place en raison d’un conflit d’intérêts.

Jeudi, la police israélienne a déclaré dans un communiqué qu’un haut fonctionnaire non identifié avait été interrogé sur des soupçons d’extorsion, ajoutant que le ministère public avait autorisé l’interrogatoire.

Zohar a rapidement confirmé dans un post sur Facebook qu’il était le fonctionnaire en question, affirmant que « c’est un triste jour pour notre démocratie ».

« C’est un interrogatoire destiné à me faire taire, sur la base d’une opinion exprimée dans une interview à la radio », a écrit Zohar, affirmant que l’enquête « absurde » constituait une persécution politique et une tentative de réduire au silence l’ensemble de l’aile droite par un système judiciaire corrompu.

« Je savais qu’en tant que militant de droite luttant pour notre vérité, je pouvais en payer le prix, mais je n’imaginais pas jusqu’où ils iraient pour essayer de m’intimider », a-t-il écrit. Il a affirmé que la décision d’enquêter sur lui serait « dévastatrice pour le système d’application de la loi et pourrait même conduire à la perte totale de la confiance du public, qui est déjà à un niveau historiquement bas ».

En quelques minutes, de nombreux autres ministres et députés de droite se sont fait l’écho du sentiment de Zohar.

« Convoquer le député Zohar pour une enquête criminelle suite à des propos tenus dans une interview radiophonique franchit toutes les lignes rouges concernant l’immunité parlementaire et la liberté d’expression des membres de la Knesset », a déclaré le ministre du likud Zeev Elkin. « Ses propos peuvent être contestés et M. Zohar s’est excusé, mais une enquête criminelle ? Celui qui a approuvé cette enquête a gravement porté atteinte à notre démocratie ».

Le ministre de la Sécurité publique Amir Ohana lors d’une conférence de presse à Jérusalem, le 15 juillet 2020. (FLASH90)

Le ministre de la Sécurité publique Amir Ohana, qui supervise la police, a qualifié cette situation de « honteuse » et qu’elle faisait honte à la police israélienne.

En dehors des rangs du Likud, le député Bezalel Smotrich du parti Yamina, s’est également joint à la critique, la concentrant sur Mandelblit alors même que le procureur général s’était récusé de l’affaire contre Zohar.

« Mandelblit a franchi aujourd’hui une ligne rouge claire qui rapproche Israël d’une dangereuse dictature judiciaire, et il doit démissionner immédiatement », a déclaré M. Smotrich, appelant le gouvernement à « cesser complètement de coopérer avec lui, à ne le convoquer à aucune réunion et à le remplacer par quelqu’un qui connaît mieux le métier ».

Cependant, le Mouvement pour un gouvernement de qualité en Israël s’est félicité de cet interrogatoire.

L’organisme de surveillance de gauche a déclaré qu’“une menace aussi directe, en direct à l’antenne, ne laisse pas d’autre choix que d’ouvrir une enquête. Nous soutenons le système d’application de la loi dans la lutte pour l’intégrité de nos élus”.

Mandelblit – une personne nommée par Netanyahu et son ancien chef de cabinet et proche allié – a inculpé en janvier le Premier ministre pour corruption, fraude et abus de confiance, accusations pour lesquelles le Premier ministre est actuellement en procès. Netanyahu nie tout acte répréhensible et lui et ses partisans allèguent une conspiration des forces de l’ordre et des médias visant à le chasser du pouvoir.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...