Des enregistrements de Mandelblit contre Nitzan déclenchent la colère du Likud
Rechercher

Des enregistrements de Mandelblit contre Nitzan déclenchent la colère du Likud

Dans des enregistrements de 2015/16, Avichai Mandelblit se plaint de la manière dont Shai Nitzan a géré un scandale militaire; les alliés du Premier ministre demandent sa démission

Le procureur général Avichai Mandelblit, (à gauche), et le procureur sortant Shai Nitzan assistent à une cérémonie d'adieu organisée pour Nitzan à Jérusalem, le 18 décembre 2019. (Olivier Fitoussi/Flash90)
Le procureur général Avichai Mandelblit, (à gauche), et le procureur sortant Shai Nitzan assistent à une cérémonie d'adieu organisée pour Nitzan à Jérusalem, le 18 décembre 2019. (Olivier Fitoussi/Flash90)

Dans des conversations téléphoniques enregistrées datant de 2015 et 2016, on peut entendre le procureur général Avichai Mandelblit s’en prendre à Shai Nitzan, le procureur de l’État à l’époque.

La diffusion des cassettes mardi a suscité une réaction furieuse des alliés du Premier ministre Benjamin Netanyahu, que Mandelblit avait inculpé de corruption en début d’année. Le procureur général et Nitzan, une autre figure clé de l’affaire, ont été des cibles régulières du Premier ministre et de ses alliés dans leurs tentatives de discréditer les accusations portées contre Netanyahu.

Les conversations ont eu lieu entre Mandelblit et le chef de l’Association du Barreau israélien de l’époque, Efi Nave, et ont été diffusées par la Douzième chaîne mardi soir.

Dans les enregistrements, le procureur général reproche à Nitzan de ne pas l’avoir blanchi de ses agissements dans une affaire connue sous le nom de affaire Harpaz, un scandale militaire datant de 2010.

Mandelblit, qui était à l’époque l’avocat général de l’armée, le meilleur juriste de l’armée, a été brièvement soupçonné d’avoir aidé des gradés de l’armée à couvrir une campagne de diffamation.

Il a été interrogé en garde à vue en juin 2014, alors qu’il avait déjà quitté l’uniforme et qu’il était le secrétaire de cabinet de Netanyahu. Il a ensuite été innocenté par la Cour suprême de justice pour son implication dans l’affaire et a été déclaré « n’avoir rien fait de mal ».

Cependant, il appartenait à Nitzan et aux forces de l’ordre de déclarer si l’affaire était close en raison d’un manque de preuves ou de l’absence de fondement d’une accusation.

Pour Mandelblit, qui était secrétaire de cabinet au moment de l’appel téléphonique avec Nave, une conclusion pour manque de preuves aurait pu anéantir ses espoirs d’être nommé procureur général. Mandelbit a finalement été nommé procureur général et a pris ses fonctions en février 2016, bien que l’affaire Harpaz contre lui n’ait pas été officiellement close.

La Douzième chaîne n’a pas fourni de dates précises concernant les appels téléphoniques.

L’ancien procureur général de l’État, Shai Nitzan, s’exprime lors de la conférence Calcalist à Tel Aviv, le 31 décembre 2019. (Miriam Alster/FLASH90)

« Est-ce que tu comprends que ce maniaque ne prend pas de décision sur mon dossier ? », entend-on Mandelblit dire à Nave, en référence à Nitzan, qui a depuis pris sa retraite. « Je ne sais pas quoi faire avec lui ». (En hébreu, le mot « maniaque » a des connotations péjoratives et insultantes).

« Il le fait exprès. Je ne sais pas quoi faire », dit Mandelblit.

« Il est possible qu’il veuille me prendre à la gorge », dit-il. « Je ne sais pas ce qu’il pense. A la fin, je vais craquer et je vais avoir un gros scandale à cause de ça. »

Nave demande alors à Mandelblit pourquoi cela le dérange tant.

« Parce que dans les dossiers de la police, j’apparais comme ‘en attente d’éclaircissements dans son dossier’. Il n’y a pas de décision finale me concernant. Ils n’ont pas clôturé mon dossier », répond Mandelblit.

« Est-ce que cela te dérange aujourd’hui ? » demande Nave.

« C’est important pour moi », dit Mandelblit. « Je veux être sûr que cette affaire a été classée pour absence de faute ».

L’affaire ouverte contre Mandelblit a été utilisée comme une arme contre lui par des associés de Netanyahu qui ont cherché à discréditer le ministère public alors qu’il poursuit les accusations de corruption contre le Premier ministre.

Israël est sans procureur permanent depuis décembre 2019, avec la fin du mandat de Nitzan. Nitzan a été l’une des figures clés de l’enquête et de l’inculpation de Netanyahu pour corruption.

Le mois dernier, un rapport a affirmé que la couverture par Nitzan d’éventuelles fautes de la police avait pour but d’éviter de donner des munitions aux alliés du Premier ministre, qui ont cherché à présenter les affaires criminelles contre lui comme une « chasse aux sorcières ».

La Douzième chaîne a déclaré que les enregistrements diffusés mardi ont été obtenus par des moyens légaux et ont été créés avec une application sur le téléphone de Nave qui enregistre automatiquement les conversations.

Mandelblit était en visioconférence avec le cabinet dit « du coronavirus » lorsque la Douzième chaîne a diffusé les enregistrements, et a éteint sa caméra quand le reportage a été diffusé, a rapporté la chaîne.

L’ancien président de l’Association du Barreau israélien, Efi Nave, au tribunal de Tel Aviv, le 16 janvier 2019. (Koko/Pool/Flash90)

Nitzan a réagi mardi à la publication des enregistrements : « La décision concernant l’affaire Mandelblit a été prise en mars 2017, des années avant les décisions concernant les affaires du Premier ministre, et il n’y a aucun lien entre les deux ».

« Il y a ceux, dont les motivations sont claires pour tout le monde, qui continuent à répandre des théories du complot totalement infondées, qui contredisent complètement les faits », a déclaré M. Nitzan.

Les députés du Likud ont déchiré Mandelblit à la suite de cette publication.

Le président de la Knesset, Yariv Levin, du Likud, a déclaré : « Une situation où le procureur général lui-même témoigne que le procureur de l’État le tient à la gorge est est d’une gravité sans précédent ».

« Le processus décisionnel est fondamentalement défectueux et l’indépendance nécessaire à la prise en compte des avis est gravement compromise », a déclaré M. Levin.

Le ministre de la Sécurité publique Amir Ohana du Likud, dans un post sur Twitter, a simplement écrit : « Je vous l’avais dit ».

Miki Zohar, chef de file de la coalition du Likud, a déclaré : « La justice a été révélée au grand jour. Il est clair que Mandelblit a subi des pressions de la part de Shai Nitzan pour qu’il mette en accusation le Premier ministre. Le retrait des actes d’accusation, des excuses publiques de la part des deux parties et la démission de Mandelblit ne répareront pas la terrible et inutile injustice faite à Netanyahu et au Likud ».

Netanyahu n’a pas encore réagi suite à ce rapport.

Dans un communiqué, le bureau de Mandelblit a qualifié les enregistrements de « conversation privée entre des amis proches datant de plus de cinq ans ».

« Il n’y a aucun lien entre ces éléments et les décisions professionnelles prises par le procureur général dans les enquêtes sur les affaires. Les décisions ont été prises dans le cadre d’un processus ordonné et professionnel, uniquement en fonction des preuves et de la loi », peut-on lire dans le communiqué. « Les relations de travail entre Mandelblit et l’ancien procureur général, Shai Nitzan, étaient excellentes, et les deux ont travaillé en totale coopération ».

En juillet, un médiateur du ministère public a critiqué Nitzan pour son refus d’innocenter Mandelblit, affirmant que la police et les procureurs avaient fait preuve d’une « conduite inappropriée » en ne déclarant pas que l’affaire était close en raison d’une absence de culpabilité.

Le juge David Rozen a déclaré que Nitzan n’avait pas agi avec la transparence requise dans cette affaire, malgré la demande de Mandelblit de consigner officiellement la raison de la clôture de l’enquête sur l’affaire il y a dix ans.

Nave et Mandelbit étaient des amis proches, et le procureur général s’est récusé de traiter les propres affaires criminelles de Nave dans lesquelles il est soupçonné de préconiser des nominations judiciaires en échange de relations sexuelles.

Nave a également été inculpé en 2018 pour avoir fait sortir clandestinement du pays une connaissance de sexe féminin pour un voyage à l’étranger, puis avoir tenté de la faire revenir sans être enregistrée en passant les contrôles aux frontières.

L’affaire Harpaz a refait surface en mai après qu’un journaliste a rompu un ordre de non publication pour soulever des questions sur la conduite de Mandelblit dans le scandale.

Plus tôt, en février, la Treizième chaîne de télévision a publié des enregistrements d’appels téléphoniques de 2010, révélant que Mandelblit cherchait à se tenir à l’écart de l’affaire, et que ce désir a peut-être aidé par inadvertance d’autres personnes soupçonnées.

En janvier, Mandelblit a inculpé Netanyahu pour corruption, fraude et abus de confiance, accusations pour lesquelles le Premier ministre est actuellement en procès. Netanyahu nie tout acte répréhensible et lui et ses partisans allèguent une conspiration des forces de l’ordre et des médias visant à le chasser du pouvoir.

En juin, le contrôleur de l’État, Matanyahu Englman, a rejeté la demande d’un député du parti du Likud de Netanyahu de lancer une enquête sur la nomination de Mandelblit en raison de l’affaire Harpaz.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...