Englman rejette la demande du Likud d’enquêter sur Mandelblit
Rechercher

Englman rejette la demande du Likud d’enquêter sur Mandelblit

Le contrôleur de l'Etat déclare qu'il n'y a aucune raison d'enquêter sur la désignation du procureur-général, la Haute-cour s'étant déjà prononcée sur cette nomination en 2016

Le procureur général Avichai Mandelblit et le contrôleur de l'État Matanyahu Englman lors de la conférence annuelle de la Justice à Airport City, en périphérie de Tel Aviv, le 3 septembre  2019. (Crédit : Tomer Neuberg/Flash90)
Le procureur général Avichai Mandelblit et le contrôleur de l'État Matanyahu Englman lors de la conférence annuelle de la Justice à Airport City, en périphérie de Tel Aviv, le 3 septembre 2019. (Crédit : Tomer Neuberg/Flash90)

Le contrôleur de l’Etat Matanyahu Englman a rejeté, dimanche, une requête déposée par un député du Likud réclamant l’ouverture d’une enquête sur la nomination d’Avichai Mandelblit au poste de procureur-général.

Mandelblit, ancien secrétaire de cabinet du Premier ministre Benjamin Netanyahu, avait été désigné procureur-général par le leader du Likud en 2016. Au cours de son mandat, il a été amené à mettre en examen le Premier ministre pour corruption, fraude et abus de confiance. Le procès de Netanyahu a déjà commencé.

Netanyahu nie tout acte répréhensible. Lui et ses alliés dénoncent un complot ourdi par le système judiciaire et les médias pour l’écarter du pouvoir.

Lorsque Mandelblit avait inculpé Netanyahu, les partisans et les soutiens du Premier ministre avaient alors cherché à le discréditer en soulignant le rôle qu’il avait tenu dans ce qui avait été appelé « l’Affaire Harpaz », il y a dix ans, un dossier dans lequel il avait été blanchi par la Haute-cour.

A LIRE : Comment Netanyahu, inculpé, a mis son procureur général sur le banc des accusés

La semaine dernière, un député du Likud, Shlomo Karai, a demandé au contrôleur de l’Etat de se pencher plus minutieusement sur le processus de nomination de Mandelblit.

Une demande qu’Englman a déclinée, disant à Karai dans un courrier, dimanche, que cette désignation avait d’ores et déjà été au cœur d’une enquête dans le cadre d’une plainte déposée auprès de la Cour suprême israélienne en 2016 qui avait remis en cause la nomination de Mandelblit et qui avait été rejetée.

Au mois de mai, Englman avait également rejeté une demande émanant du ministre de la Justice de l’époque, Amir Ohana, qui réclamait une large enquête sur les procureurs d’Etat. Dans un courrier adressé à Ohana, Englman avait écrit qu’il n’y avait « aucune raison de dévier du plan de travail qui a été déterminé en ce qui concerne le bureau du procureur d’Etat », et que le bureau du contrôleur de l’Etat, pour sa part, continuerait à mener à bien sa mission, qui comprend un réexamen général du travail des procureurs.

Ohana, fervent allié de Netanyahu, a fréquemment et âprement critiqué le système judiciaire et il a fustigé la mise en examen du Premier ministre pour corruption.

A LIRE – Etat d’Israël vs. Netanyahu : détails de l’acte d’accusation du Premier ministre

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...