Ministère de la Santé du Hamas : 2 Palestiniens tués par l’armée israélienne
Rechercher

Ministère de la Santé du Hamas : 2 Palestiniens tués par l’armée israélienne

Un tank de l'armée a effectué des "tirs d'avertissement" à l'attention d'un groupe qui s'approchait de la barrière "de manière suspecte" dans un contexte d'escalade dans le sud

Soldats israéliens en patrouille près de la frontière entre Israël et la bande de Gaza, au niveau du kibboutz Kissufim, le 30 octobre 2017. (Crédit : Menahem Kahana/AFP)
Soldats israéliens en patrouille près de la frontière entre Israël et la bande de Gaza, au niveau du kibboutz Kissufim, le 30 octobre 2017. (Crédit : Menahem Kahana/AFP)

Deux Palestiniens ont été tués par des tirs de tank à Gaza tôt dans la matinée de dimanche, ont indiqué des sources médicales de l’enclave côtière contrôlée par le groupe terroriste palestinien du Hamas, durant une recrudescence de violence arrivée après que quatre soldats israéliens ont été blessés par un dispositif explosif installé le long de la frontière de la bande et qu’une roquette a touché une maison d’une ville frontalière israélienne.

Selon des témoins oculaires palestiniens, les deux hommes ont été tués par des tirs aux abords de la frontière.

L’armée israélienne a indiqué que ses forces avaient lancé des tirs d’avertissement en direction de plusieurs Palestiniens qui s’approchaient de la clôture frontalière de manière suspecte.

Les victimes ont été identifiées par le ministère de la Santé de Gaza. Il s’agirait de deux adolescents âgés de 17 ans, Salam Sabah et Abdullah Abu Sheikha, morts au cours d’une frappe survenue à l’est de Rafah, dans le sud de Gaza.

Des avions-chasseurs israéliens ont également lancé une série de frappes aériennes au cours du week-end visant « 18 cibles » du Hamas dans la bande de Gaza, après que quatre soldats Israéliens ont été blessés dont deux gravement par des dispositifs explosifs implantés sur la frontière.

Dix « cibles terroristes » liées au groupe du Hamas ont été détruites aux premières heures de dimanche, a fait savoir l’armée. Huit ont été touchées par des frappes aériennes et deux par des tirs de tank transfrontaliers, selon les militaires.

Illustration : Des attaques contre la bande de Gaza vues depuis la région de Sderot dans le sud d’Israël, le 19 juillet 2014 (Crédit :Nati Shohat/Flash90)

Plus tôt dans la nuit, huit sites, notamment l’un d’eux qui, selon l’armée, était géré par le Jihad islamique palestinien, ont été détruits en réponse à l’attaque à la bombe lancée contre une patrouille de l’armée israélienne.

Parmi les cibles, un tunnel d’attaque et des usines d’armement du Hamas, ont fait savoir les soldats.

Les militaires ont également indiqué qu’un certain nombre de sirènes d’alarme avaient été entendues dans la nuit dans la région frontalière mais qu’il s’agissait de fausses alertes.

« Il n’y a pas eu de tir de roquettes vers le territoire israélien », a expliqué le porte-parole des militaires évoquant les sirènes entendues quelques heures après qu’une roquette torée depuis Gaza a frappé une maison dans la communauté de Shaar Hanegev, causant des dégâts significatifs mais ne faisant aucun blessé.

Lors du quatrième signal d’avertissement de la nuit, les résidents des villes du sud d’Ashkelon et de Sderot sont allés se réfugier dans les abris antiaériens peu après 3 heures du matin. Quelques moments plus tôt, des alarmes similaires avaient été entendues dans les régions de Shaar Hanegev et de Hof Ashkelon.

Plus tôt, une roquette avait frappé une maison dans la communauté de Shaar Hanegev, causant des dégâts significatifs à son toit mais ne faisant aucune victime. Plusieurs résidents de la communauté ont été pris en charge pour anxiété.

Concernant l’attaque à la bombe, l’armée a dit que des soldats avaient été touchés lorsqu’une patrouille s’était arrêtée le long de la frontière pour ôter un drapeau qui avait été placé sur la clôture vingt-quatre heures auparavant durant une manifestation, et qu’un dispositif planté sous le drapeau avait alors explosé.

Le porte-parole a dit que la patrouille – constituée de soldats d’infanterie Golani et des membres d’une unité de génie de combat – avait agi selon les procédures en vigueur pour faire disparaître tout objet étranger de la clôture frontalière mais que les procédures seraient dorénavant réexaminées.

Les soldats ont été évacués par hélicoptère à l’hôpital de Soroka de Beer Sheva pour y être soignés, et trois d’entre eux ont subi une chirurgie. Les soldats ne se trouvaient pas dans un état menaçant leur survie, ont indiqué les responsables de l’hôpital samedi en fin de journée.

L’aile armée du Hamas, les brigades Ezzedine al-Qassam, a affirmé avoir utilisé des missiles anti-aériens contre les avions-chasseurs israéliens qui survolaient le territoire côtier.

Le Hamas ne permettra pas à Israël « d’imposer aucune équation sur le terrain ou d’exporter ses crises internes et les affaires de corruption de ses leaders en accroissant l’agression contre notre peuple », a dit Abd al Latif Kanou, porte-parole du groupe terroriste.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...