Mon premier voyage officiel sera en Israël, dit le gouverneur-élu de Floride
Rechercher

Mon premier voyage officiel sera en Israël, dit le gouverneur-élu de Floride

Ron De Santis a déclaré à un journal israélien qu'il chercherait à renforcer les liens économiques et académiques pour promouvoir la reconnaissance de la souveraineté du Golan

Ron DeSantis durant un meeting électoral à Orlando, le 5 novembre 2018. (Crédit : AP/John Raoux)
Ron DeSantis durant un meeting électoral à Orlando, le 5 novembre 2018. (Crédit : AP/John Raoux)

La Floride a récemment élu le gouverneur Ron DeSantis, un vigoureux pro-israélien au Congrès. Il a alors déclaré que sa première visite après sa prise de fonction serait pour l’Etat hébreu quelques jours après avoir remporté sa victoire électorale.

Le candidat républicain De Santis, est un fervent soutien de Donald Trump. Il s’est exprimé au journal quotidien gratuit Israel Hayom, sur sa volonté de renforcer les efforts contre le boycott d’Israël à l’échelle de son Etat et promet de durcir fermement la législation existante contre le BDS qui est un mouvement pro-palestinien appelant régulièrement à boycotter les produits israéliens.

D’autre part, le gouverneur récemment élu a dit qu’il souhaitait amplifier la coopération entre les universités et les entrepreneurs israéliens et de Floride afin de développer les liens économiques et de mobiliser l’ingéniosité israélienne pour aider à résoudre certains problèmes, comme la prolifération d’algues nuisibles sur la côte de l’État de Floride.

DeSantis, qui était l’un des principaux partisans du transfert de l’ambassade américaine en Israël à Jérusalem, et qui a également appelé à la reconnaissance de la souveraineté israélienne sur le plateau contesté du Golan, a déclaré qu’il continuerait à plaider la cause avec le président Donald Trump.

« Le Golan, (a-t-il dit), doit rester aux mains d’Israël pour des raisons stratégiques ».

Ron DeSantis, représentant républicain de la Floride, en conférence de presse à Jérusalem, le 5 mars 2017. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

DeSantis a défait mardi le maire sortant de Tallahassee, Andrew Gillum. Il avait participé à presque tous les scrutins jusqu’au jour de l’élection, mais il s’était opposé aux fortes convictions du candidat Trump lors des primaires aux élections du parti républicain afin de créer une surprise.

Quand on lui a demandé s’il croyait que ses positions au sein de l’Etat juif l’avaient aidé avec la communauté juive de Floride, DeSantis a répondu qu’il ne connaissait pas les chiffres, mais qu’il s’était clairement montré tout au long de la course comme le candidat pro-israélien.

En mars 2017, M. DeSantis s’est rendu en Israël dans le cadre d’une mission du Congrès composée d’un représentant, qui devrait examiner la question de la relocalisation de l’ambassade des États-Unis à Jérusalem.

Le gouverneur récemment élu avait alors déclaré que, tout comme la délocalisation de son ambassade par Washington aiderait à retirer Jérusalem de la table des négociations de paix, la reconnaissance américaine de la souveraineté d’Israël sur le plateau du Golan clarifierait son intention de ne pas obliger Jérusalem à céder son territoire, que l’Etat hébreu récupéra après la guerre des Six jours de 1967 sur la Syrie.

Il a déclaré que de telles actions lui semblaient être une suite naturelle au déménagement de l’ambassade de Tel-Aviv à Jérusalem, en particulier à la lumière de la guerre civile en Syrie et des tentatives de l’Iran de se retrancher à la frontière israélienne.

En mai dernier, DeSantis a présenté une proposition en ce sens à la Chambre, bien qu’elle ait été bloquée à la suite de l’opposition signalée par les chefs de parti et les membres de l’administration. La Maison Blanche a nié toute implication.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...