Rechercher

Mont du Temple : Des émeutiers palestiniens bloquent l’entrée de visiteurs juifs

De plus, des jets de pierres sur des bus circulant près de la Vieille Ville ont fait plusieurs blessés ; la police a mené plusieurs arrestations sur le mont du Temple

La police des frontières patrouille devant la porte du Lion, dans la Vieille ville de Jérusalem, le 17 avril 2022. (Crédit : Ahmad GHARABLI / AFP)
La police des frontières patrouille devant la porte du Lion, dans la Vieille ville de Jérusalem, le 17 avril 2022. (Crédit : Ahmad GHARABLI / AFP)

La police israélienne est entrée dimanche matin dans le complexe du mont du Temple alors que des centaines de Palestiniens cherchaient à bloquer l’entrée de visiteurs juifs dans ce lieu saint de la Vieille Ville de Jérusalem, deux jours seulement après des affrontements significatifs qui ont eu lieu là-bas.

Selon la police, des centaines de jeunes émeutiers – un grand nombre était masqué – réunissaient des pierres, ainsi que des barres de fer et des barricades artisanales qu’ils comptaient utiliser dans le but de tenter d’empêcher les non-musulmans de pénétrer sur le site.

Le Croissant rouge palestinien a annoncé que 17 Palestiniens ont été blessés et pris en charge lors de ces nouveaux heurts avec la police sur le site et cinq ont été évacués à l’hôpital. Les médias israéliens ont indiqué qu’au moins neuf émeutiers palestiniens avaient été arrêtés, dimanche matin.

Les forces de l’ordre ont indiqué que les agents tentaient d’éloigner les Palestiniens pour permettre l’entrée des visiteurs.

« En plus des visites, la liberté de culte sera totalement préservée pour les fidèles du mont du Temple », a fait savoir un communiqué de la police. « La police continuera à agir contre ceux qui contreviennent à la loi et elle agira aussi contre les émeutiers ».

Des visiteurs juifs ont ensuite été aperçus dans le complexe.

Ces visites ont lieu alors que la fête de Pessah vient tout juste de commencer – une occasion, pour de nombreux Juifs, de faire le pèlerinage traditionnel à Jérusalem. Les non-musulmans ne peuvent se rendre sur le mont du Temple que pendant certains horaires réservés et il leur est interdit de prier sur le site, qui est le lieu le plus saint du judaïsme et le troisième site le plus sacré de l’islam.

Pessah, cette année, coïncide avec le mois musulman du ramadan – une période souvent marquée par des tensions accrues dans la Vieille Ville, où se trouve le mont du Temple. Pâques a lieu dimanche pour les Chrétiens, qui devraient être nombreux dans la Vieille Ville, eux aussi.

Depuis des mois, les autorités craignent que cette coïncidence des dates ne soit potentiellement à l’origine d’un éclatement de violences.

Dimanche également, la police a annoncé que des pierres avaient été jetées en direction des bus qui circulaient aux abords de la Vieille Ville, brisant des fenêtres et faisant plusieurs blessés légers.

Les services de secours du Magen David Adom ont fait savoir que sept personnes avaient été blessées dans l’incident et prises en charge à l’hôpital Shaare Zedek, légèrement touchées. Les forces de l’ordre ont noté que deux suspects avaient été arrêtés et que les agents recherchaient encore d’éventuels complices.

De plus, une bannière au nom du groupe terroriste du Hamas a été accrochée sur le mont du Temple dans la nuit de samedi à dimanche.

« Le Hamas appelle à la mobilisation générale et à repousser la horde de colons menaçant d’envahir al-Aqsa », disait la bannière, se référant à la mosquée située sur le mont du Temple.

Des Palestiniens affrontent les forces de sécurité à la mosquée Al-Aqsa sur le mont du Temple, dans la Vieille Ville de Jérusalem, le 15 avril 2022. (Crédit : AP Photo/Mahmoud Illean)

Vendredi, ce sont des centaines de Palestiniens qui ont été arrêtés dans le cadre d’affrontements avec la police sur le mont du Temple. 158 Palestiniens auraient été blessés, en majorité après avoir inhalé des gaz toxiques, a noté le Croissant rouge palestinien. Des images ont montré des scènes de chaos sur le site, avec des jets de pierres et de pétards en direction de policiers lourdement armés.

Déterminée à faire disparaître les nombreuses pierres amassées dans la mosquée, la police a décidé d’entrer dans le bâtiment – ce qui a entraîné des dizaines d’arrestations et des scènes d’échauffourées identiques à celles qui s’étaient déroulées il y a presque un an. Après six heures, la police a fait savoir qu’elle était parvenue à faire sortir les émeutiers responsables des violences. Le calme est alors revenu et les prières de l’après-midi se sont déroulées sans incident et en présence d’environ
50 000 fidèles musulmans.

Le site est un épicentre émotionnel du conflit israélo-palestinien et les tensions qui s’y produisent ont le potentiel d’avoir des conséquences bien plus larges. Le Hamas et les autres groupes terroristes de Gaza ont déclaré à l’envi que le lieu saint représentait une ligne rouge à ne pas franchir. Les interventions policières visant à disperser les émeutes sur le mont du Temple, l’année dernière, avaient contribué à faire éclater la guerre d’onze jours à Gaza, au mois de mai dernier.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...