Israël en guerre - Jour 196

Rechercher

Montpellier: un homme condamné à 12 mois avec sursis pour « apologie du terrorisme »

Dans une vidéo relayée début novembre par la Licra, l'homme avait qualifiédevant quelques dizaines de personnes, l'attaque du Hamas du 7 octobre "d'acte de résistance", "d'acte héroïque" et de "battement d'ailes de papillon"

Des terroristes du Hamas, à proximité du kibboutz Nir Oz lors du massacre du 7 octobre 2023. (Crédit : Hassan Eslaiah/AP)
Des terroristes du Hamas, à proximité du kibboutz Nir Oz lors du massacre du 7 octobre 2023. (Crédit : Hassan Eslaiah/AP)

Un quadragénaire a été condamné mercredi à 12 mois de prison assortis d’un sursis simple par le tribunal correctionnel de Montpellier qui l’a reconnu coupable « d’apologie du terrorisme » pour des propos tenus lors d’une manifestation propalestinienne début novembre.

Comme peine complémentaire, l’homme de 44 ans, sans emploi et souffrant de dépression, sera inscrit au Fichier des auteurs d’infractions terroristes (Fijait), ce qui le contraindra à régulièrement déclarer son domicile et ses déplacements à l’étranger, a indiqué la présidente du tribunal en rendant son délibéré.

Il écope également de trois années d’inéligibilité et devra verser environ 3.000 euros au total de dommages et intérêts à cinq associations qui s’étaient portées parties civiles.

Lors de l’audience du 8 février, le parquet avait requis 12 mois d’emprisonnement avec un sursis probatoire de 18 mois et un stage de citoyenneté. Il avait également demandé à ce que l’homme soit frappé d’une interdiction de participer à toute manifestation publique pendant un an.

Dans une vidéo relayée début novembre par la Ligue internationale contre le racisme et l’antisémitisme (Licra), le militant avait qualifié au micro, devant quelques dizaines de personnes, l’attaque du groupe terroriste islamiste du 7 octobre « d’acte de résistance », « d’acte héroïque » et de « battement d’ailes de papillon ».

Le préfet de l’Hérault, François-Xavier Lauch, avait alors dénoncé des « propos extrêmement graves » et saisi le procureur de la République.

Dans son jugement, le tribunal a estimé mercredi que l’homme, qui se qualifie de « militant antiraciste politique » depuis une dizaine d’années, « ne pouvait ignorer que le Hamas fait partie des organisations considérées comme terroristes par l’Union européenne ».

Désigner l’attaque du Hamas comme un « acte de résistance » revient donc à émettre un jugement favorable » et le délit d’apologie du terrorisme est dès lors « caractérisé », a expliqué la présidente du tribunal.

A sa sortie, l’homme a indiqué qu’il « ne savait pas » encore s’il ferait appel, sans plus de commentaires.

Lors de l’audience, il s’était justifié en disant qu’on « ne peut pas parler du 7 octobre sans parler de colonisation ». « Les faits sont tragiques, les morts du 7 octobre sont tragiques », avait-il ajouté, estimant cependant que « le terrorisme est un terme politique, pas juridique ».

« On n’applaudit pas le meurtre d’un enfant, on ne relativise pas de telles monstruosités », lui avait répondu Maxime Rosier, avocat du Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF) Languedoc-Roussillon, partie civile.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.