Rechercher

Mort du résistant norvégien qui a démoli les espoirs de bombe atomique nazie

Joachim Ronneberg, qui s'est éteint à 99 ans, a été immortalisé dans le film hollywoodien "Les Héros de Télémark"

Joachim Ronneberg (à gauche), Jens Anton Poulsson et Kasper Idland reçoivent le roi Haakon VII à l'avant-première du film "La Bataille de l'eau lourde", à Oslo, en 1948. (Crédit :CC BY-SA 4.0 Wikipedia/Leif Ornelund)
Joachim Ronneberg (à gauche), Jens Anton Poulsson et Kasper Idland reçoivent le roi Haakon VII à l'avant-première du film "La Bataille de l'eau lourde", à Oslo, en 1948. (Crédit :CC BY-SA 4.0 Wikipedia/Leif Ornelund)

Héros norvégien à l’origine de l’une des plus importantes opérations de sabotage contre les nazis lors de la Seconde Guerre mondiale, Joachim Rønneberg est mort dimanche, à 99 ans.

Il avait dirigé un groupe composé d’à peine neuf hommes qui sabotèrent dans la nuit du 27 au 28 février 1943 une usine norvégienne produisant de l’eau lourde, portant un coup d’arrêt au programme de recherches nucléaires de l’Allemagne nazie.

« Rønneberg est probablement le dernier des résistants les plus marquants à s’en être allé », a déclaré la Première ministre norvégienne, Erna Solberg, à l’agence locale NTB.

Située près de la ville de Rjukan, dans le sud de la Norvège, la centrale de Vemork était à l’époque la seule au monde à produire de l’eau lourde en quantités significatives.

Engagés dans une course de vitesse avec les Alliés pour le contrôle de l’atome, les nazis avaient rapidement mis la main sur l’installation une fois la Norvège conquise en 1940.

Immortalisé au cinéma dès 1947 avec « La Bataille de l’eau lourde » de Jean Dréville puis en 1965 par « Les Héros de Télémark » avec Kirk Douglas, l’épisode est l’un des principaux faits d’armes de la Résistance norvégienne.

Joachim Rønneberg a pourtant longtemps été réticent à parler de ce qu’il a vécu durant le conflit. Ce n’est que dans les années 1970 qu’il a commencé à évoquer ses exploits.

« J’ai réalisé que les gens attendaient une réponse. C’est important que nous sachions tous ce qui s’est passé pour ensuite parvenir à faire de meilleurs choix », déclarait-il en 2015 à NRK.

« Ceux qui grandissent aujourd’hui doivent comprendre que nous devons toujours être prêts à lutter pour la paix et la liberté », avait-il ajouté.

M. Rønneberg, devenu journaliste après la guerre, était également connu en Norvège pour son engagement auprès des jeunes pour les sensibiliser aux dangers de la guerre.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...