Israël en guerre - Jour 236

Rechercher

Mouvement anti-Israël sur les campus américains : près de 200 arrestations

De Columbia à New York, en passant par l'université d'État d'Arizona, Upenn, et jusqu'au Canada, des personnes seront "poursuivies pour intrusion illégale"

Une personne interpelée par la police alors que des étudiants pro-palestiniens et anti-Israël manifestent sur le campus de l'Université du Texas, à Austin, au Texas, le 24 avril 2024. (Crédit : Suzanne Cordeiro/AFP)
Une personne interpelée par la police alors que des étudiants pro-palestiniens et anti-Israël manifestent sur le campus de l'Université du Texas, à Austin, au Texas, le 24 avril 2024. (Crédit : Suzanne Cordeiro/AFP)

Près de 200 manifestants anti-Israël ont été interpellés samedi sur trois campus américains lors de l’évacuation par la police de leurs campements, dernier épisode d’un mouvement étudiant qui s’élargit aux États-Unis.

Partie il y a dix jours de l’Université Columbia à New York, cette nouvelle vague de soutien aux Palestiniens et contre la guerre que conduit Israël dans la bande de Gaza a gagné nombre d’établissements, de la Californie au nord-ouest des États-Unis, en passant par le centre et le sud.

Une centaine de manifestants anti-Israël ont été brièvement interpellés par des policiers anti-émeute dans une université de Boston.

L’établissement, la Northeastern University, a annoncé sur X « l’interpellation d’environ 100 individus par la police », en précisant que « les étudiants qui ont présenté leurs cartes de Northeastern U. ont été libérés […] Ceux qui ont refusé ont été arrêtés ».

La police évacuant un campement de tentes pro-palestiniennes et anti-Israël sur le campus de l’Université Northeastern, à Boston, tôt le samedi 27 avril 2024. (Crédit : Michael Casey/AP)

Des « insultes antisémites violentes » comme « Tuez les Juifs » avaient été proférées sur le campus selon l’université, qui a annoncé ce qu’elle a appelé un « retour à la normale » à la mi-journée.

Un campement « illégal » de quelques tentes y a été démantelé par des policiers de l’université et des forces de l’ordre locales en tenue anti-émeute, selon des images diffusées sur les réseaux sociaux.

À l’autre bout du pays, les forces de l’ordre de l’université d’État d’Arizona (ASU) ont « arrêté 69 personnes samedi après l’installation d’un campement non autorisé », a indiqué l’établissement en accusant la « plupart de ne pas être étudiants ou membres du personnel de l’ASU ». Ces personnes seront « poursuivies pour intrusion illégale ».

Et dans le centre des États-Unis, 23 personnes ont été interpellées lorsque la police, munie d’équipements anti-émeute, a évacué un campement installé à l’Université de l’Indiana, a rapporté le journal Indiana Daily Student.

Village de tentes

La présidence de Columbia, épicentre new-yorkais de la mobilisation estudiantine, a de son côté renoncé à faire évacuer par la police un « village » de tentes de 200 personnes sur une pelouse de son campus.

Un dirigeant du mouvement y est interdit d’accès après avoir proféré des menaces anti-Juifs, décrivant les sionistes comme des nazis et assurant ne pas vouloir passer à l’acte de tuer, dans une vidéo datant de janvier. Le jeune homme a présenté par la suite ses « excuses », selon CNN, qui a décrit le campus comme « relativement calme » samedi.

La situation s’est en revanche tendue à l’Université de Pennsylvanie (UPenn), dont la présidente avait démissionné cet hiver après des déclarations devant le Congrès à Washington pour le moins controversées sur la lutte contre l’antisémitisme. A la suite d’ « informations crédibles de cas de harcèlement et d’intimidation », la présidence a ordonné le démantèlement immédiat d’un campement.

Khymani James, l’un des leaders des manifestations anti-Israël à l’Université de Columbia, dans une vidéo datant de janvier 2024 dans laquelle il déclare que « les sionistes ne méritent pas de vivre ». (Crédit : Capture d’écran vidéo)

En Californie, le campus de l’université polytechnique de Humboldt restera « fermé » pour le reste du semestre, et les cours auront lieu à distance, en raison de « l’occupation » de deux bâtiments, selon un communiqué.

Et au Canada voisin, un campement a été érigé pour la première fois à l’Université McGill de Montréal où le mouvement anti-Israël dure depuis février. L’établissement s’inquiète « d’un risque d’escalade et de confrontation ».

Policiers anti-émeute

Les images de policiers anti-émeute interpellant des étudiants, à l’appel de dirigeants d’universités, ont fait le tour du monde.

Le mouvement de solidarité avec Gaza a pris une tournure politique à sept mois de l’élection présidentielle américaine, entre allégations d’anti-sionisme et d’antisémitisme et défense de la liberté d’expression, un droit constitutionnel aux États-Unis.

Le pays compte le plus grand nombre de Juifs au monde derrière Israël (quelque six millions) et aussi des millions d’Américains arabo-musulmans.

Toute la semaine à travers les États-Unis, étudiants et activistes anti-Israël ont été interpellés et le plus souvent relâchés sans poursuites en justice.

Des manifestants de l’Université de Californie du Sud se battent avec des agents de la sécurité publique de l’université qui tentent de retirer les tentes du parc des anciens élèves suite à un mouvement d’occupation pro-palestinien et anti-Israël, à Los Angeles, le 24 avril 2024. (Crédit : Richard Vogel/AP)

Et dans ces rassemblements, des étudiants juifs de gauche et anti-sionistes soutiennent la cause palestinienne, keffieh – foulard palestinien traditionnel – sur les épaules, allant même jusqu’à dénoncer ce qu’ils appellent un « génocide ».

Mais d’autres jeunes Juifs américains expriment leur malaise et leur peur face à des slogans antisémites.

Skyler Sieradzky, 21 ans, de l’Université George Washington de la capitale a affirmé cette semaine s’être fait cracher dessus en arrivant avec un drapeau israélien.

Israël est en guerre depuis près de six mois à la suite de l’assaut barbare du groupe terroriste palestinien du Hamas sur le sud d’Israël le 7 octobre dernier, au cours duquel des terroristes ont tué près de 1 200 personnes, pour la plupart des civils, et en ont enlevé 253 autres.

Israël a répondu à cette attaque, la plus meurtrière de l’histoire du pays et la pire menée contre des Juifs depuis la Shoah par une opération aérienne suivie d’une incursion terrestre dans la bande de Gaza visant à anéantir le Hamas, à mettre fin à son règne de seize ans à Gaza et à libérer tous les otages.

Plus de 34 300 personnes seraient mortes à Gaza depuis le début de la guerre, selon le ministère de la Santé du Hamas. Les chiffres publiés par le groupe terroriste sont invérifiables, et ils incluraient ses propres terroristes et hommes armés, tués en Israël et à Gaza, et les civils tués par les centaines de roquettes tirées par les groupes terroristes qui retombent à l’intérieur de la bande de Gaza. L’armée israélienne dit avoir éliminé 13 000 terroristes palestiniens dans la bande de Gaza, en plus d’un millier de terroristes qui ont pris d’assaut Israël le 7 octobre.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.