Israël en guerre - Jour 201

Rechercher

Nasrallah : L’Iran et le Hezbollah pourraient répondre aux frappes en Syrie

Des "erreurs de calcul" pourraient déclencher une guerre, selon le chef du Hezbollah ; Israël n'a pas réussi à sortir l'Iran de Syrie ni le Hezbollah à se doter d'armes avancées

Cette photo publiée par l'agence de presse officielle syrienne SANA, montre des missiles volant dans le ciel près de l'aéroport international, à Damas, Syrie, le 21 janvier 2019. (SANA via AP)
Cette photo publiée par l'agence de presse officielle syrienne SANA, montre des missiles volant dans le ciel près de l'aéroport international, à Damas, Syrie, le 21 janvier 2019. (SANA via AP)

Le chef de l’organisation terroriste du Hezbollah a averti samedi qu’il pourrait réagir aux frappes aériennes israéliennes en Syrie visant principalement les positions iraniennes et ce qu’Israël dit être des livraisons d’armes.

Hassan Nasrallah a déclaré que l’alliance entre le gouvernement du président syrien Bashar el-Assad, l’Iran, et son mouvement terroriste du Hezbollah libanais pourrait mettre fin à sa politique de ne pas réagir aux frappes israéliennes.

« A tout moment, les dirigeants syriens et l’axe de résistance peuvent prendre la décision de traiter l’agression israélienne d’une manière différente », a déclaré Nasrallah dans un large entretien accordé au réseau de télévision libanais al-Mayadeen.

S’adressant directement au Premier ministre Benjamin Netanyahu, Nasrallah a prévenu qu’un faux pas pourrait conduire à un conflit plus large.

« Prenez garde de ne pas exagérer ce que vous faites en Syrie. Un mauvais calcul pourrait entraîner la région dans une guerre ou une confrontation majeure », a-t-il prévenu.

Images satellites diffusées par l’armée israélienne de ce qu’elle dit être des installations iraniennes à l’intérieur d’une base militaire syrienne près de Damas, qui ont été détruites dans une attaque aérienne israélienne le 21 janvier 2019. (Armée israélienne)

Israël dit qu’il a mené des milliers de frappes contre des cibles iraniennes en Syrie pour empêcher la Force Al-Qods des Gardiens de la révolution islamique de Téhéran de s’y retrancher.

Elle a également mené des frappes contre des livraisons de missiles avancés au Hezbollah.

Jérusalem a récemment commencé à dévoiler sa campagne de plusieurs années en Syrie, ce qui, selon certains, pourrait pousser l’Iran, le Hezbollah ou la Syrie à réagir.

La plupart des frappes aériennes se sont déroulées sans représailles. La semaine dernière, l’Iran a tiré un missile depuis la Syrie sur Israël à la suite d’une rare frappe de jour près de Damas. Il a été intercepté par une batterie de défense aérienne du Dôme de fer.

Israël a averti qu’il continuerait de cibler les positions en Syrie occupées par l’Iran et son allié libanais, le Hezbollah.

Réagissant à l’interview, le porte-parole en langue arabe de l’armée israélienne a écrit sur Twitter que Nasrallah est « isolé de tous côtés ».

« Les citoyens libanais savent que vous ne défendez pas le Liban, mais que vous le détruisez », a tweeté Avichay Adraee.

Hassan Nasrallah, dirigeant du Hezbollah, lors d’un entretien avec al-Mayadeen, le 26 janvier 2019 (Capture d’écran).

Dans l’interview, qui a duré plus de trois heures, Nasrallah s’est vanté qu’Israël n’a pas réussi jusqu’à présent à renverser le gouvernement syrien, à extraire l’Iran de Syrie ou à empêcher le Hezbollah d’acquérir des missiles de précision.

« Vous n’avez pas réussi à empêcher l’arrivée des moyens nécessaires au Liban. Alors vous avez échoué. Vous avez échoué en Syrie. Maintenant, vous [effectuez des frappes aériennes]. Mais cela ne veut pas dire que vous atteigniez votre but. »

Il a également déclaré que Netanyahu avait été le plus grand perdant du retrait prévu des Etats-Unis de Syrie et a cité le retrait comme un autre « échec ».

Les autorités israéliennes craignent que le retrait des États-Unis de la base d’al-Tanf près de la frontière irakienne ne permette à l’Iran de transférer plus facilement ses armes en Syrie et au Liban.

Israël a déclaré que le Hezbollah possède un petit nombre de missiles guidés de précision et cherche à en obtenir des milliers pour une future guerre, une menace que l’État juif est déterminé à prévenir.

Quand on lui a demandé si le Hezbollah avait des missiles de précision, il a répondu : « Bien sûr, nous possédons un nombre suffisant de missiles de précision ».

Adam Rasgon a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.