Netanyahu a-t-il fait déchirer des documents avant la passation des pouvoirs ?
Rechercher

Netanyahu a-t-il fait déchirer des documents avant la passation des pouvoirs ?

Le bureau du Premier ministre devrait ouvrir une enquête informelle, puis officielle si le ministère de la Défense ou le Shin Bet estiment que c'est nécessaire

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu au cours d'une conférence de presse au bureau du Premier ministre à Jérusalem, le 20 avril 2021. (Crédit : Yonatan Sindel/FLASH90)
Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu au cours d'une conférence de presse au bureau du Premier ministre à Jérusalem, le 20 avril 2021. (Crédit : Yonatan Sindel/FLASH90)

Des responsables du bureau du Premier ministre devraient enquêter sur des accusations laissant entendre que l’ancien Premier ministre Benjamin Netanyahu aurait ordonné à son personnel de déchirer des documents, à son bureau, avant la passation de pouvoir en date du 13 juin, quand il a laissé son fauteuil à Naftali Bennett, selon un article du journal Haaretz paru dans la journée de samedi.

Selon le journal, l’enquête va, dans un premier temps, examiner ces affirmations. Les investigations resteront alors informelles.

L’article a précisé qu’une enquête officielle pourrait être ouverte dans un second temps si cela s’avère nécessaire. Elle pourrait avoir lieu sous l’autorité d’une instance extérieure, comme le ministère de la Défense ou les services de sécurité du Shin Bet.

La semaine dernière, Haaretz avait indiqué que deux conseillers du bureau du Premier ministre avaient déchiré des documents qui avaient été mis dans des coffres, dans une partie du bureau occupée par Netanyahu et d’autres responsables, sur demande du Premier ministre. Ces actes de destruction présumés auraient eu lieu quelques heures avant que la Knesset ne vote en faveur du nouveau gouvernement dirigé par Bennett, qui a écarté Netanyahu du pouvoir après douze années passées à la barre du pays.

Le parti de Netanyahu a nié ces accusations, les qualifiant de « totalement mensongères ». Il a précisé dans une publication sur Twitter qu’elles étaient « absurdes » et que tous les documents avaient été sauvegardés numériquement.

« Les médias qui nous attaquent en permanence en prétendant que c’est leur travail de critiquer le gouvernement œuvrent maintenant à délivrer un laissez-passer au régime et à attaquer l’opposition sur la base d’accusations mensongères et ridicules », a noté la formation dans un tweet qui a été partagé par Netanyahu.

Des employés des archives de l’État israélien à Jérusalem, le 3 septembre 2021. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Il est difficile de dire quels sont les documents qui auraient ainsi été déchirés et quelle serait leur quantité – même si, selon Haaretz, les coffres dans lesquels ils se trouvaient abritent habituellement les papiers relatifs aux emplois du temps des responsables, au travail de routine du gouvernement et autres.

Yaakov Lozowick, à la tête des archives de l’État entre 2011 et 2018, a déclaré au micro de la radio militaire, vendredi, que si ces documents ont vraiment été déchirés, il était possible qu’il n’y ait pas eu de copie numérique.

« Si des documents ont été déchirés au bureau du Premier ministre alors il semble qu’il ne s’agisse pas ici d’informations normalement mises à disposition de tout un chacun. On est en droit de se dire qu’on évoque, ici, des contenus d’une extrême sensibilité », a-t-il commenté.

En réponse aux accusations des médias, le prochain président de la Commission de la Constitution, du droit et de la Justice, le député Gilad Kariv (parti Travailliste), a noté que la destruction des documents serait non seulement illégale mais bien « une déviance totale par rapport aux procédures d’opération habituelles ».

« De tels actes portent un coup à la continuité du gouvernement et ils sont susceptibles d’avoir un impact sur une passation appropriée du pouvoir de la part de l’ancien gouvernement au suivant », a écrit Kariv dans un courrier adressé au procureur-général Avichai Mandelblit, réclamant l’ouverture d’une enquête. « Ce dossier exige un examen rapide et fondamental car il touche au cœur de la vie démocratique…. et, pas moins, à la question de la sécurité nationale ».

Le député Travailliste Gilad Kariv lors d’une réunion de faction à la Knesset, au parlement israélien de Jérusalem, le 6 avril 2021. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)

Kariv a aussi demandé à Mandelblit d’émettre des directives claires en direction des personnels du gouvernement concernant l’interdiction de détruire des documents officiels.

Yair Golan, législateur du Meretz, a également vivement recommandé d’enquêter sur les accusations dans la journée de vendredi, appelant le chef de la police et le dirigeant des services du Shin Bet à examiner la possibilité que des documents incriminant le Premier ministre, qui auraient pu servir de preuves, aient pu être déchirés. Golan a fait ici probablement référence à l’Affaire 3000, le dossier pour corruption impliquant Netanyahu qui est aussi appelé « le scandale des sous-marins » – dossier dans lequel plusieurs proches de l’ancien Premier ministre ont été accusés d’avoir touché des pots-de-vin pour aider à finaliser un accord naval très important.

Le ministre de la Défense, Benny Gantz, a pour sa part réclamé une nouvelle enquête sur le scandale dans la soirée de samedi, après qu’une tentative antérieure de sa part de lancer des investigations a été annulée par le procureur-général pour éviter un conflit entre une telle enquête et celle qu’il mène lui-même dans le dossier.

Netanyahu n’est pas suspect lui-même dans cette affaire mais plusieurs députés – notamment le ministre des Affaires étrangères Yair Lapid, qui doit devenir Premier ministre en 2023 – ont appelé à ce que le rôle qui a pu être tenu par Netanyahu soit examiné. Netanyahu est actuellement traduit devant la justice dans trois dossiers pour corruption liés à son temps passé au poste de Premier ministre.

A LIRE – Etat d’Israël vs. Netanyahu : détails de l’acte d’accusation du Premier ministre

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...