Netanyahu accusé de sexisme et de racisme après avoir raillé Shasha-Biton
Rechercher

Netanyahu accusé de sexisme et de racisme après avoir raillé Shasha-Biton

"La paka-paka et la Shasha-Shasha’: Le Premier ministre a semblé attribuer les morts de la COVID-19 à la numéro 2 de Tikva Hadasha avec des sobriquets moqueurs

La députée Yifat Shasha-Biton visite le service de coronavirus du centre médical Ziv dans la ville septentrionale de Safed le 3 décembre 2020. (David Cohen / Flash90)
La députée Yifat Shasha-Biton visite le service de coronavirus du centre médical Ziv dans la ville septentrionale de Safed le 3 décembre 2020. (David Cohen / Flash90)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a été accusé lundi de sexisme et de racisme à l’égard d’une ancienne députée du Likud devenue candidate pour le parti Tikva Hadasha, Yifat Shasha-Biton, après avoir fait référence à elle en utilisant un sobriquet méprisant tout en semblant lui attribuer la responsabilité des décès entraînés par le coronavirus au sein de l’Etat juif.

Dans un entretien qui a été accordé lundi matin à la chaîne Kan, il a été demandé à Netanyahu comment, malgré les « grandes réussites » que le Premier ministre se plaît à revendiquer dans la lutte contre le coronavirus et dans le cadre de la campagne de vaccination massive, l’Etat juif avait pu enregistrer près de 6 000 décès des suites de la COVID-19.

« Demandez à la shashot et à la pakot, à la paka-paka et à la Shasha-Shasha, », a-t-il répondu, faisant référence à Shasha-Biton en utilisant une phrase désignant une personnalité qui geindrait en permanence.

Suite à la formation d’un nouveau gouvernement, au mois de mai, Shasha-Biton avait été nommée présidente de la commission Corona à la Knesset, où elle avait été très appréciée par la population pour avoir renversé et critiqué un certain nombre de restrictions approuvées par le gouvernement pour tenter d’entraver la pandémie de COVID-19. Sa décision de s’opposer au Premier ministre avait irrité Netanyahu et ses alliés qui avaient ensuite enlevé à la Commission son pouvoir de rejeter les règles gouvernementales.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu fait une déclaration aux médias à la Knesset à Jérusalem, le 2 novembre 2020. (Yonatan Sindel/Flash90)

Depuis que Shasha-Biton a quitté le Likud pour rejoindre un autre déserteur du parti au pouvoir, Gideon Saar, et son nouveau parti Tikva Hadasha, Netanyahu a laissé entendre de manière répétée qu’elle endossait la responsabilité des taux de morbidité élevés au sein de l’Etat juif.

Répondant aux propos de Netanyahu, Shasha-Biton a déclaré que ce dernier emmenait « Israël dans un abysse très profond ».

« Son mépris pour les citoyens d’Israël et pour les victimes du coronavirus est une bassesse sans précédent pour cet homme qui, dans le passé, était considéré comme un Premier ministre respecté », a dit Shasha-Biton à Kan.

Yifat Shasha-Biton, membre de la Knesset, assiste à la commission de l’éducation, de la culture et des sports, le 15 juillet 2019. (Hadas Parush/Flash90)

« Je ne vais pas m’abaisser à ce niveau. Je vais continuer à me battre pour les citoyens de l’Etat d’Israël, sans crainte, en conservant en moi la voix de la raison et avec le soutien énorme de la population d’Israël », a-t-elle continué.

Plusieurs personnalités ont suggéré que les propos de Netanyahu avaient exprimé à la fois du sexisme envers Shasha-Biton et du racisme à l’égard de ses origines séfarades.

Le président de Tikva Hadasha, Gideon Saar, a expliqué que « l’attaque honteuse » contre la numéro deux de son parti était un nouvel exemple « du discours débridé de haine » du Premier ministre et de ses soutiens.

« Le jour qui se lèvera après Netanyahu – et il est proche – nous reviendrons à un dialogue respectueux et cohérent entre nous et nous guérirons Israël », a dit Saar.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...