Netanyahu appelle Gantz à la formation d’un gouvernement d’unité ; Gantz décline
Rechercher

Netanyahu appelle Gantz à la formation d’un gouvernement d’unité ; Gantz décline

Les partis de droite ont promis de former un bloc de droite uni avec Netanyahu à sa tête pour faire pression sur Gantz pour qu'il renonce à "laïcité" dans un gouvernement d'unité

Benjamin Netanyahu et Benny Gantz échange une poignée de main durant un évènement marquant le troisième anniversaire de la mort du président Shimon Peres, le 19 septembre 2019. (Crédit : GPO)
Benjamin Netanyahu et Benny Gantz échange une poignée de main durant un évènement marquant le troisième anniversaire de la mort du président Shimon Peres, le 19 septembre 2019. (Crédit : GPO)

Les dirigeants de tous les partis du bloc de droite et des partis religieux ont signé un document jeudi dans lequel ils s’engagent à recommander Benjamin Netanyahu au poste de Premier ministre et à ne pas entrer dans une coalition sans tous les autres, alors que le Premier ministre a appelé le chef de Kakhol lavan Benny Gantz à rejoindre « un gouvernement d’unité » qui inclurait tous ces partis.

Kakhol lavan a rejeté cette offre, qu’il a qualifiée de « manœuvre » politique.

Le document a été signé lors d’une réunion entre le chef du Likud et ceux des partis de droite jeudi matin, au lendemain d’une conférence de presse mercredi, lors de laquelle Benjamin Netanyahu a annoncé la constitution d’un front uni fort de 55 sièges destiné à faire pression sur Benny Gantz pour qu’il renonce à sa demande d’un gouvernement d’union « laïc » avec le Likud, excluant de facto les partis ultra-orthodoxes et religieux.

Si Netanyahu ne dispose pas de suffisamment de mandats, il espère que le président Reuven Rivlin considérera le bloc de 55 sièges comme un parti unique et qu’il lui confiera la tâche de former le prochain gouvernement parce qu’il dispose d’un bloc plus large que Kakhol lavan.

Netanyahu, le leader de Yahadout HaTorah, Yaakov Litzman, les responsables de Yamina, Ayelet Shaked, Naftali Bennett, Rafi Peretz et Bezalel Smotrich y ont ainsi apposé leur signature. Le dirigeant du Shas, Aryeh Deri, bien qu’absent de la rencontre, lui a donné son accord par téléphone et le signera bientôt, selon un porte-parole du Likud.

Ils y ont promis que leur parti mènerait « des négociations de coalition ensemble et [entrerait] dans un gouvernement ensemble uniquement. Aucun parti ne procédera à des négociations séparées et n’entrera dans un gouvernement sans tous les autres partis ».

Le document stipule également que « notre candidat au poste de Premier ministre est Benjamin Netanyahu ».

Il a bien été signé par Ayelet Shaked et Bezalel Smotrich alors qu’ils avaient fait part de leur réserve plus tôt dans la journée.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu reçoit les dirigeants des formations ultra-orthodoxes à son bureau à Jérusalem, le 18 septembre 2019. (Autorisation : Likud)

Ce front uni avait été annoncé mercredi, quand les chefs du Likud ont déclaré que les chefs des partis avaient décidé de rejoindre l’équipe de négociation pour la coalition et d’agir « comme un seul bloc de droite ». Cette alliance permettrait d’éviter une coalition d’unité composée du Likud, de Kakhol lavan et d’Yisrael Beytenu, avec Gantz à sa tête, encouragée par Liberman.

Liberman avait également insisté qu’une telle coalition devrait adopter des politiques libérales, ce qui écarterait d’office l’inclusion des partis ultra-orthodoxes.

A l’issue de la réunion de jeudi matin, Benjamin Netanyahu a appelé son rival Benny Gantz à la formation d’un gouvernement d’union nationale, deux jours après un scrutin qui a échoué à dégager un vainqueur.

« Lors des élections, j’ai appelé à la mise en place d’un gouvernement de droite. Malheureusement, les résultats des élections montrent que cela n’est pas possible. Le peuple n’a pas tranché entre les deux blocs. Par conséquent, il n’y a pas d’autre choix que de former un gouvernement d’union, aussi large que possible », a déclaré M. Netanyahu dans un message vidéo.

Deux jours après les législatives, les résultats encore provisoires créditent le Likud de M. Netanyahu de 31 sièges sur les 120 de la Knesset, contre 33 pour le parti Kahol Lavan de l’ancien général Benny Gantz.

« Benny, nous devons mettre en place un gouvernement d’union le plus large possible aujourd’hui. Le peuple attend de nous deux que nous prenions nos responsabilités et que nous agissions en coopération », a ajouté M. Netanyahu, prenant le pays par surprise.

« C’est pourquoi je t’appelle Benny. Rencontrons-nous aujourd’hui, à n’importe quel moment, pour faire avancer ce processus qui est plus que jamais d’actualité. Nous n’avons pas le droit d’aller vers une troisième élection – je suis contre. L’ordre du jour – un gouvernement d’union large, aujourd’hui », a souligné le Premier ministre.

Kakhol lavan a rejeté l’offre et des sources au sein du parti ont déclaré aux médias israéliens qu’il s’agit plutôt d’une manœuvre politique de la part de Netanyahu.

« Il a décidé d’aller vers un troisième scrutin, et il essaye de nous faire porter le blâme. S’il se retire, un gouvernement d’unité sera formé dans la journée. »

« Kakhol lavan est le plus grand parti et Benny Gantz devrait former un gouvernement d’unité et le diriger », ont ajouté ces sources.

Netanyahu et Gantz se sont rencontrés jeudi lors d’un évènement marquant le troisième anniversaire de la mort du président Shimon Peres. A la demande de Rivlin, les deux hommes ont échangé une poignée de main et posé pour une photo.

Durant l’évènement, Rivlin, qui est chargé de décider qui devra former le gouvernement, a déclaré qu’il fera son possible pour éviter de devoir organiser une troisième élection.

« Il appartient aux élus de s’assurer de cela, et notamment à ceux qui dirigent les deux partis principaux », a-t-il ajouté.

Rivlin a salué l’appel à un gouvernement d’unité de Netanyahu et déclaré que « lorsque les délégués des partis viendront me voir, ils devront expliquer ce qu’ils ont l’intention de faire pour que nous puissions assister, dans les plus brefs délais, à la formation d’un gouvernement israélien ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...