Netanyahu au PDG de Volkswagen: la protection des véhicules est une priorité
Rechercher

Netanyahu au PDG de Volkswagen: la protection des véhicules est une priorité

La rencontre avec Herbert Deiss intervient un mois après l'ouverture du "campus de l'innovation" par le géant automobile allemand à Tel Aviv

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu (à droite) serre la main du PDG de Volkswagen Herbert Diess dans son bureau de Jérusalem le 20 juin 2018. (Amos Ben-Gershom/GPO)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu (à droite) serre la main du PDG de Volkswagen Herbert Diess dans son bureau de Jérusalem le 20 juin 2018. (Amos Ben-Gershom/GPO)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a rencontré le PDG de Volkswagen Herbert Diess dans son bureau de Jérusalem mercredi.

Soulignant qu’il revenait tout juste de la 8e Conférence internationale sur la cyber-sécurité, Netanyahu a déclaré à Diess que « la protection des véhicules est un objectif principal », selon une déclaration du Bureau du Premier ministre.

Le Premier ministre a indiqué qu’il était heureux d’apprendre que Volkswagen cherchait à investir en Israël.

Le mois dernier, Volkswagen a officiellement ouvert son « campus de l’innovation » à Tel Aviv, qui sera au centre de ses activités de recherche et de développement en Israël.

Le campus a déjà commencé ses activités en Israël, ce qui permet au géant allemand de l’automobile de s’associer à des entrepreneurs locaux et à des start-ups pour développer des véhicules autonomes et des technologies de mobilité, de grandes bases de données et de cyber-sécurité.

Baptisé Konnect, le campus est basé à Tel Aviv et permettra aux start-ups locales d’accéder au groupe et à ses marques. Le campus encouragera la coopération commerciale et soutiendra le développement de nouvelles technologies, avec le mentorat d’experts Volkswagen et le suivi des entreprises.

Ces dernières années, VW a été mêlée à un scandale qui concernerait deux hauts responsables israéliens. En septembre 2015, l’Agence de protection de l’environnement des États-Unis a signifié un avis de violation à Volkswagen, alléguant que quelque 480 000 véhicules VW et Audi avaient été équipés d’un logiciel capable de tromper les tests en dissimulant les émissions polluantes réelles.

Deux des personnalités les plus importantes qui ont dû démissionner à l’époque étaient Ferdinand Piëch, ancien président et directeur général du groupe Volkswagen, qui était alors président du conseil de surveillance de VW, et Martin Winterkorn, alors président du conseil d’administration de la société mère du groupe Volkswagen, Volkswagen AG.

En février 2017, les médias allemands ont associé au scandale Yuval Diskin, qui a dirigé le Shin Bet de 2005 à 2011 et Avi Primor, l’ambassadeur d’Allemagne de 1993 à 1999, affirmant qu’ils avaient eu connaissance de la falsification et ont relayé l’information à Piëch et Winterkorn.

Les deux Israéliens avaient alors catégoriquement démenti toute implication dans le scandale des émissions du test « Dieselgate », et aucun des médias allemands n’a précisé comment et pourquoi ils auraient obtenu les informations sur la fraude aux émissions.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...